Crimée, Russie : ils disent non ! (3)

Publié le par jaakline

Minoritaires, mais très actifs, des russes refusent la solution de "l'annexion" de la Crimée.
Ils ont manifesté, à Moscou essentiellement.

Quels sont leurs arguments ?

Le jeu en vaut-il la chandelle ?

Le journal Profil, édité en ligne avec Der Spiegel, a interrogé les pro, Loukianov, et les contre, Lilia Chevtsova, directrice du Centre Carnegie à Moscou. Elle leur a posé les mêmes questions.
Que dit Lilia Chevtsova ?

"La Russie a mis en péril l'ordre mondial et la paix"

Quand on dit "la Russie, de quoi parle-t-on ?

Du Kremlin... Oui, une très grande majorité soutient cette solution..Mais d'abord c'est après un méga lavage de cerveaux, et ensuite dans l'ignorance des conséquences attendues: isolement de la Russie sur la scène internationale, retour à une économie " de combat", c'est autant moins pour les budgets sociaux, retour à "la forteresse assiégée", et tout cela, dans un avenir proche..Les gens vont dégriser et voir les choses autrement..

En fait, c'est à l'oeuvre la nouvelle doctrine de Poutine : offrir une alternative à l'Occident , en recréant une sorte de nouvelle autocratie russe.

Est-ce là le début d'une nouvelle ère dans les relations Est-Ouest ?

Une ère nouvelle avait commencé avec la chute de l'URSS. On a eu alors l'espoir qu'une nouvelle ère s'ouvrait, dans les relations avec l'Occident, qu'il n'y avait pas d'alternative à la démocratie libérale. Il y avait un tabou: ne pas toucher aux frontières dans l'Europe postcommuniste. C'est cela qui s'est écroulé. Et puis, comment discuter, sur quelles bases?. Où est la légitimité, où est la légalité? qu'est-ce qui est premier: le droit des peuples à l'autodétermination, ou le principe d'intégrité territoriale.. Le système d'accords internationaux est caduc.

Que pensez vous des arguments de V. Poutine?

Non seulemnt nous sommes un certains nombres à ne pas être convaincus, mais nous sommes abîmés par ce qui est avancé! Ce ne sont que mensonges, contre-vérités! "Néo nazi, russophobes, antisémites?" Mais c'est dans bon nombre de villes russes que je vois ça! Je vais souvent à Kiev..je n'ai variment pas ue cette vision! Qu'est-ce qui autorise la Russie à juger de la "légitimité du pouvoir de Kiev"? c'est l'affaire des Ukrainiens.

"Nous sommes un seul peuple"? mais ce n'est pas le sentiment des Ukrainiens, "l'entrée de l'Ukraine dans l'Otan"? c'est un fantasme..aucun dirigeant ukrainien ne dit ça! Mais ce sont des arguments à usage interne, pour les Russes. Tôt ou tard, ils en auront assez de ce rapport biaisé au droit..Peu de russes ont envie de vivre dans une forteresse assiégée. Y compris dans les milieux dirigeants. Mais est-ce que ce retour en arrière va permettre de consolider la stratégie de l'alternative?

Quels sont les bénéfices de cette stratégie pour la Russie?

Cela indique simplement que le Kremlin ne peut agir dans le cadre ancien.. La Russie a été poussée à réagir, c'est clair. Mais l'hystérie antiukrainienne qui s'en est suivie a permis au pouvoir de détourner l'attention des problèmes intérieurs: chute du niveau de vie, corruption, criminalité.

Quant à l'adhésion de l'Ukraine à l'Otan, cela signifierait une confrontation avec la Russie, et l'Occident n'y est pas prêt!

Les déclarations de Poutine sur la suite, ne pas toucher à l'Ukraine, on ne peut y accorder aucun crédit...Bien que...ce serait un scénario si choquant pour le monde entier...

On évoque la fédéralisation de l'Ukraine. peut-il y avoir un compromis à ce sujet entre l'Occident et la Russie?

C'est une exigence de la Russie et des milieux russes en Ukraine: cela affaiblirait l'état ukrainien..Mais si nous sommes "un seul peuple", alors les Ukrainiens peuvent exiger de changer la constitution russe!

Mais peut-être y-at-il aussi chez quelques leaders occidentaux le souhait de régler la question dans le dos de Kiev...Ce tour de passe-passe ne marchera pas... C'est fini l'époque où des "grands" états réglaient le sort de petits..Ce serait encore des maïdan..Dans des capitales europénnes aussi d'ailleurs!

Pour la Russie, il y a une logique possible de pouvoir personnel: agressivité à l'extérieur, serrer la vis à l'intérieur. c'est un phénomène étudié à l'echelle de la planète..Il exprime toujours un pouvoir incapable de répondre aux défis de développement..une dégradation d'un système. Une forme d'agonie...qui peut durer longtemps!

Avantages et inconvénients pour la Russie : les réponses de Fiodor Loukkianov, dont l'analyse de la situatuin est dans les articles 1 et 2

D'abord, le retour de la fierté nationale, incontestable; ensuite voilà réglé le problème de la flotte russe de la Mer Noire, dont le destin était lié à la conjoncture, instable, de l'Ukraine.

  1. les inconvénients sont de plusieurs ordres : financiers, car cela va coûter beaucoup d'argent. Politiques, car l'intégration d'une partie de la populatio, tatare, en particuler, va être complexe, et avec la population ukrainienne aussi, celle qui considère ce geste comme une annexion. Et, évidemment des relations très tendues avec l'Europe et les USA.. Jusqu'où? je ne sais pas..mais en cas de fortes tensions, cela signifie collaborer plus avec la Chine, et à terme, dépendre d'elle.

Aucun scénario n'est à exclure, Otan..etc..mais si on veut aider l'Ukraine, et que l'état ukranien soit en capacité de prendre ses responsabilités, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui, elle doit n'adhérer ni à l'Otan, ni à l'Union Européenne, ni au projet eurasie.

Quant à la "fédéralisation" ou la "confédération", elle doit être une proposition des Ukrainiens eux-mêmes.
Et oui, en Russie, on peut assister à un durcissement de la politique intérieure. Ce qui ne serait pas une solution.

Ces interviews datent du 24 mars.. Ils éclairent des positions de fond de la société russe. Quelles que soient les péripéties à suivre, les évolutions se feront à partir de ces réflexions.

Concernant le "tabou" des frontières en Europe, il est impossible de ne pas noter que depuis 1992 la Tchécoslovaquie s'est divisée en deux états, l'Allemagne est redevenue un seul état, et la Yougoslavie a explosée, n'existe plus.

Publié dans Ukraine

Commenter cet article