Quelques brèves...

Publié le par Jaakline

Avant de revenir sur les élections en Crimée, je souhaiterais faire partager quelques éléments de ma réflexion. En vrac....apparemment!

1- Umberto Ecco, invité de "La grande Table" sur France Culture, mardi 13 mars- (hommage à cette émission respectueuse de ses auditeurs, quelles que soient leurs opinions, et toujours passionnante).

Comparant la culture européenne et la culture américaine, il souligne que c'est dans leur rapport au passé qu'elles se différencient essentiellement. Il déclare, je cite:

"Le dialogue entre ce qui s'est passé et ce qui se passe est fondamental.

Je continue à dire qu'il y a des livres excellents sur la tragédie des armées anglaises et russes en Afghanistan au XIXième siècle. Bush n'a pas lu ces livres là. De la même manière, si Hitler avait lu Guerre et Paix de Tolstoï, il aurait su qu'on n'arrive pas à Moscou avant l'hiver.." Fin de citation..

2-Tenter de donner à voir les événements dans leur complexité, dans leur multiples imbrications, c'est le but ambitieux que se donne ce modeste blog. Pratiquer auto-citation n'est pas correct..Mais je vous renvoie, fidèles lecteurs, à l'exposé que j'ai fait le 31 janvier, traitant du thème : "le monde vu de Moscou".

3- Comment est-on passé en moins de trois mois de " Poutine, homme de l'année" à Poutine l'homme à abattre"?

4- Réfléchissant "aux sanctions" que l'Union Européenne cherche à imposer à la Russie, et notant la difficulté de trouver les "bonnes" sanctions, car vu le niveau d'imbrication des économies, elles pénaliseront autant les Européens que les Russes, - ce qui entraîne déjà une réaction du ministre polonais de l'économie...Il est facile, dit-il en substance, aux Américains de plaider pour des sanctions..Ils sont loin... Réfléchissant donc à ce moment politique, me revenaient les vers de Maïakovski..." Et la bourgeoisie, que fait elle? Des mouches elle fait un éléphant (expression russe signifiant se faire peur) et ensuite elle vend l'ivoire".
Si donc, ce sont les marchands d'ivoire qui ont les clés en main, tant en Russie, qu'en Europe, un langage commun devraient être trouvé, vers le dialogue!

Avant de revenir sur les élections en Crimée, je souhaiterais faire partager quelques éléments de ma réflexion. En vrac...apparemment !

1- Umberto Ecco, invité de "La grande Table" sur France Culture, mardi 13 mars- (hommage à cette émission respectueuse de ses auditeurs, quelles que soient leurs opinions, et toujours passionnante).

Comparant la culture européenne et la culture américaine, il souligne que c'est dans leur rapport au passé qu'elles se différencient essentiellement. Il déclare, je cite :

"Le dialogue entre ce qui s'est passé et ce qui se passe est fondamental.

Je continue à dire qu'il y a des livres excellents sur la tragédie des armées anglaises et russes en Afghanistan au XIXième siècle. Bush n'a pas lu ces livres là. De la même manière, si Hitler avait lu Guerre et Paix de Tolstoï, il aurait su qu'on n'arrive pas à Moscou avant l'hiver..." Fin de citation..

2- Tenter de donner à voir les événements dans leur complexité, dans leur multiples imbrications, c'est le but ambitieux que se donne ce modeste blog. Pratiquer auto-citation n'est pas correct..Mais je vous renvoie, fidèles lecteurs, à l'exposé que j'ai fait le 31 janvier, traitant du thème : "le monde vu de Moscou".

3- Comment est-on passé en moins de trois mois de " Poutine, homme de l'année" à Poutine l'homme à abattre" ?

4- Réfléchissant "aux sanctions" que l'Union Européenne cherche à imposer à la Russie, et notant la difficulté de trouver les "bonnes" sanctions, car vu le niveau d'imbrication des économies, elles pénaliseront autant les Européens que les Russes, - ce qui entraîne déjà une réaction du ministre polonais de l'économie...Il est facile, dit-il en substance, aux Américains de plaider pour des sanctions..Ils sont loin... Réfléchissant donc à ce moment politique, me revenaient les vers de Maïakovski..." Et la bourgeoisie, que fait elle? Des mouches elle fait un éléphant (expression russe signifiant se faire peur) et ensuite elle vend l'ivoire".
Si donc, ce sont les marchands d'ivoire qui ont les clés en main, tant en Russie, qu'en Europe, un langage commun devraient être trouvé, vers le dialogue !

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article