Moscou a-t-elle trahi le Donbass (Novorossia) ?

Publié le par jaakline

​Dans sa chronique " La mauvaise humeur du jour", publiée ce jour, 7 juillet, dans le quotidien russe MK (Moskovskii Komsomolets)r, Mikhaïl Rostovskii, journaliste reconnu, répond : Moscou n'a pas trahi la Novorossia.
En effet, après la prise de Slaviansk, la "chute" prochaine de Lugansk, les "séparatistes" s'étant retirés à Donetsk (un million d'habitants), c'est un responsable de ce mouvement qui accuse.

J'en traduis les passages susceptibles d'éclairer ceux qui, ici, se posent la même question: la Russie a-t-elle laissé tomber la Novorossia ?.

Que dit Igor Strelkov, un des chefs des séparatistes, sur sa page internet ?

Traduction:

"Tous maudissent Kiev, Porochenko ...et la Russie. Qui a donné des espoirs, puis a abandonné aux mains des tortionnaires. Si la Russie ne s'en mêle pas, dans les jours qui viennent, la Novorossia va mourir"

Du point de vue de la real-politique, Moscou, dans sa politique officielle, a fait tout juste. Nous n'avions pas de possibilités réelles d'aider la Novorossia. L'entrée de troupes russes dans l'Est de l'Ukraine n'aurait fait que faire passer la guerre à une autre échelle et entraîner sans retour possible notre pays dans un bain de sang.. Nous sommes dans la situation assez rare où la justesse de la position est une maigre consolation.

.....L'épisode "Crimée, pour beaucoup de citoyens de Russie, a été le moment politique le plus heureux depuis des années. La Russie s'est démontrée à elle même que si elle veut très fort, elle peut. Les épisodes sanglants dans l'Est de l'Ukraine font la démonstration inverse. La Russie s'est heurtée aux limites de ses possibilités. Impuissante à empêcher une tragédie à ses frontières.

...... Après l'échec de la tentative de renverser Fidel Castro en 1961, JFK déclarait " la victoire a toujours beaucoup de pères, la défaite, elle, est orpheline". Le Donbass n'est pas tombé, mais déjà la recherche des responsables va bon train...

.... Qui donc est responsable de l'agonie de l'Est de l'Ukraine, dans des formes de plus en plus épouvantables?

Pour moi, sans hésiter, il n'y a qu'une seule réponse :

les élites politiques de Kiev, qui ont mis les régions russophones de leur pays dans une situation intenable. L'Occident, qui voulant poursuivre sa "noble tâche"de contenir la Russie, n'a pas été très regardant et a laissé perpétrer le martyr de populations civiles en plein coeur de l'Europe..Tout le reste vient APRES. TOUT...APRES !

....Il est apparu très rapidement que Kiev ne saurait user que de la force. Dans ces conditions, il était impossible d'abandonner la Crimée, lieu hautement stratégique pour la Russie dans sa recherche d'équilibre avec l'Otan. Crimée, qui plus est, mal intégrée à l'Ukraine.
Mais dès le départ, il était évident que Lugansk et Donetsk n'étaient pas la Crimée. Peut-être Moscou aurait dû précisément dire son point de vue, pour que ne naissent pas de faux espoirs.. peut-être..mais peut-être pas..

Réintégrer la Crimée à la Russie représentait un risque stratégique insensé. Mais avec une chance de succès. Faire la même chose avec l'Est de l'Ukraine, c'était simplement de la folie avec des conséquences terribles.
.... Imaginons que la Russie s'en serait lavé les mains dès le départ..C'était un feu vert aux exactions des "faucons" de Kiev, qui, déjà dès mars, ont démontré leur capacité à tuer, à Kiev même (il cite quelques exemples) . C'est cela qui a entraîné le pays vers l'effondrement, et non la position de Moscou.

... L'attitude de Moscou était dictée par l'instinct de conservation, par la volonté de prévenir la guerre civile en Ukraine.

....la Russie fait tout ce qu'elle peut. mais cela s'avère terriblement peu.. C'est horrible, c'est monstrueux. Mais c'est la réalité.".

Voilà.

Ce sont de larges extraits.

A Donetsk, la foule, des milliers de personnes, beaucoup de femmes, sont sur la place centrale. Elles ont des banderoles en anglais, en espagnol, demandant aux peuples du monde " d'ouvrir les yeux".

Publié dans Ukraine

Commenter cet article