Calendrier

Publié le par Boyer Jaakline

Le 1er septembre, en Russie, journée du savoir. De l'école primaire à l'Université, les cours reprennent.
Les écoles accueillent les enfants du cours préparatoire à la terminale. C'est l'occasion d'une cérémonie qui a survécu à l'effondrement de l'URSS. Un élève de terminale "parraine" un nouvel arrivant du cours préparatoire. Il sera son tuteur, l'aidera à se familiariser avec sa nouvelle vie.
Et, comme toujours en Russie, beaucoup de fleurs offertes.

Pour des enfants du Donbass, arrivés en août, ce sera une rentrée d'un nouveau type. Certains se sont inscrits dans les écoles ou universités dès leur arrivée. D'autres pensaient qu'ils pourraient retourner chez eux au 1er septembre, mais, finalement, s'inscrivent. Les présidents d'université qui souhaitaient accueillir ces jeunes gens ont fait acte de candidature auprès de leur ministère de tutelle.

Comment les russes jugent-ils cette arrivée massive de réfugiés?

Selon le Centre Lévada, 80% des sondés, début août, pensaient qu'il fallait accueillir les réfugés du Donbass.
Quant à leur donner la nationalité russe en simplifiant les démarches administratives, les résultats sont plus nuancés et divers.

Si 20% estiment que les procédures administratives devraient être accélérer pour les réfugiés qui souhaitent acquérir la nationalité russe, 40% estiment par contre que rien ne doit être modifié pour eux. 11% pensent même qu'il faudrait la rendre plus difficile.

A la question: " que penseriez vous si des réfugiés venaient s'installer près de chez vous", 30% jugent cela positif, et 47% plutôt posifif. 19% sont hostiles ou très hostiles.

Cela confirme la difficulté de cette situation pour la population russe qui connaît aussi le chômage et les bas salaires, le manque d'infrastructures sociales, même si la situation s'est plutôt maintenue depuis la crise de 2008., après de nets progrès entre 2000 et 2008.
C'est d'ailleurs le paradoxe de la situation actuelle de conflit entre les pays riches, le G7, et la Russie: la Russie est un grand pays "néolibéral", il y a peu de différences idéologiques quant aux questions du travail, de la finance. Ce n'est pas l'URSS ! Même si le pouvoir russe tente de se démarquer sur les questions sociétales, morales(?) religieuses, face à l'Europe "décadente".
Mais, autre paradoxe, la situation actuelle a fait passer au second plan ces tentatives.
Au passage, je signale que la culture anti gay n'est pas plus féroce en Russie qu"au Maroc où nos élites, si scrupuleuses quand il s'agit de la Russie, adorent aller se reposer et sont accueillies à bras ouverts par le Roi..!

Calendrier: le secrétariat de la Maison Blanche a annoncé qu'Obama recevrait le 18 septembre Piotr Porochenko, "le temps de voir de quel côté ira la balance", dit la journaliste russe au journal de ce soir..

Il sera demain en Estonie, frontière directe avec la Russie. Que va-t-il y faire?

Je souhaite bonne chance à la nouvelle" ministre européenne des affaires étrangères, l'Italienne Federica Mogherini. On l'a dit moins anti russe. Après les Finlandais qui ne veulent plus des sanctions contre la Russie et maintenant les Slovaques, qui se prononcent de même, peut-être verrons nous baisser un peu la tension et cesser de prendre pour argent comptant toute allégation du pouvoir de Kiev?

Publié dans la vie comme elle va

Commenter cet article