Crash du MH17, l'omerta et l'hiver

Publié le par Boyer Jaakline

Le 1er septembre en Russie marque l'entrée dans l'automne. Dès septembre, le thermomètre peut descendre en dessous de zéro la nuit.

L'Ukraine, plus au sud, est dans la même zone climatique. Comment s'annonce la très proche saison froide pour les populations du Donbass? Ils vivent, quand ils sont restés, dans des ruines. Le Donbass, c'est quelques quatre millions d'habitants. Dans un moindre mesure, le problème se pose aussi pour les réfugiés qui sont dans des tentes, non loin de la frontière. La plupart attendent de pouvoir rentrer chez eux. Les autorités russes s'organisent pour leur offrir un vrai toit.
Rien de tout cela ne filtre. Nous n'avons droit qu'aux coups de mentons aussi répétés qu'inutiles des "pressions sur la Russie".
La Russie, justement, ne cesse de demander un cessez le feu et l'ouverture de vraies négociations. Elle emploie le mot de "génocide" pour qualifier la situation actuelle et à venir, si la guerre ne s'arrête pas.

Regardons la carte de ce coin du monde: la Russie a une guerre terrible sur son flanc. Les frontières entre la nouvelle Ukraine indépendante et la Fédération de Russie n'ont jamais été complètement précisées. Ce fut en discussion à Minsk entre les deux présidents, ukrainien et russe.

Imagine-t-on une telle situation, disons,au Mexique, à la frontière américaine ? Non, c'est effectivement inimaginable..

Dernière info du front: hier, le président de la République autoproclamée de Donetsk (DNR, en russe) a tenu une conférence de presse. Il invite les responsables malaisiens à venir sur le site du crash du MH17. Site aujourd'hui "sécurisé". Il dit qu'aucune enquête n'a été conduite, ni par Kiev, ni par le experts internationaux . "le seul vrai travail effectué, ce fut le nôtre; rassembler 300 corps sur 20 km ".

Notons que les "experts" US et européens, prompts à désigner les coupables, n'ont apporté aucune preuve. Ce qui a fait désordre, même dans les camps de responsables américains.

Commenter cet article