Doctor Liza .

Publié le par Boyer Jaakline

Doctor Liza .

Елизавета Глинка @doctor_liza

Pour twitter, si le coeur vous en dit.

Elle a 42 ans. de mère ukrainienne et de père russe. Après ses études de médecine elle part avec son mari, russe, juriste, aux USA. Elle y vit de nombreuses années et travaille dans un "hospice", hôpital gratuit pour personnes sans ressources; elle y acquiert une spécialité supplémentaire, elle était anesthésiste, dans les soins palliatifs.

Deux de leurs fils y vivent toujours. Leur troisième fils, adopté, vit en Russie, avec eux.

Elle a créé une fondation et deux "hospices" à Moscou qui permettent l'accès aux soins des SDF et des personnes sans revenus, en particulier ceux atteints de cancers.

Sa fierté, c'est d'avoir réussi l'ouverture d'un tel centre à Kiev, en 1999, alors qu'elle vivait et travaillait là-bas. Elle se demande ce que va devenir ce centre. Des habitants du quartier où il se situe n'apprécie pas la proximité de ces "gueux".

Elle est aujourd'hui connue de tous en Russie, car elle organise le rapatriement d'enfants du Donbass, atteints de maladies lourdes, qui ne reçoivent plus de soins dans la situation actuelle.

Elle ramène chaque fois une douzaine d'enfants. Quelques uns ont été blessés dans les tirs actuels. La plupart ne sont plus soignés. Elle en est à son quatrième convoi.
Faire cela, cela veut dire : 1- trouver des cliniques à Moscou, qui acceptent d'accueillir et de soigner. Elles sont cinq,pour le moment. 2- avoir l'autorisation des familles, c'est le plus simple. 3- passer en Ukraine, quels que soient les obstacles qui ne manquent pas. 4- atteindre Donetsk : là, plus de gare, plus de rails, donc le train arrivant de la gare de Koursk, à Moscou, s'arrête à une cinquantaine de kilomètres. Ensuite, bus, petits utilitaires, avec du personnel médical et passer entre les tirs d'obus.

Voilà une héroïne ordinaire, ou comment les époques engendrent les héros. Et les monstres.

Et non l'inverse.


Quelque nouvelles du Donbass et du "cessez le feu". Ceux qui pensaient que Kiev, en très grands difficultés sur le terrain, avait signé pour permettre le regroupement de ses forces, semblent avoir raison.
Un combat acharné se déroule dans l'aéroport de Donetsk, ou ce qu'il en reste, mais la Garde Nationale a été tenue en échec.
Le 1er Octobre, Donetsk a organisé la rentrée des classes dans certaines écoles encore debout. Avec un mois de retard. Mais c'était un moment symbolique très important. Les bombardements sont venus troublés cet événement. Des morts. Des civils. Des enfants.

Alors que nous sommes abreuvés d'images, épouvantables, du Moyen Orient, pas une image ne filtre du Donbass.

Je suis toujours en contact avec une universitaire d Donetsk.

Doktor Liza

Doktor Liza

Publié dans société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article