Le monde vu de Moscou

Publié le par Boyer Jaakline

Kiev, hiver 2014 :la démocratie en marche ? Photo d'Andréï Sténine, mort dans le Donbass, le 5 août
Kiev, hiver 2014 :la démocratie en marche ? Photo d'Andréï Sténine, mort dans le Donbass, le 5 août

C'est sur ce thème que j'ai commencé mon travail d'information sur la Russie d'aujourd'hui. Il y a plus de six mois.
Ce thème s'est imposé à moi, car le pourquoi, le comment de notre monde commun depuis vingt ans , depuis, il faut bien le noter, la disparition du "deuxième bloc", ne cesse d'interroger.
Jusqu'au pape François qui dénonce ce développement exponentiel de "guerres locales" , véritable troisième guerre mondiale en puissance.

Aujourd'hui, il y a emballement.

Il y a l'Ukraine, où le cessez-le feu est extrêmement fragile et la situation de la population du Donbass, que l'on vous cache scrupuleusement, inimaginable. Eglises, hôpitaux, écoles, habitations détruites. Certaines villes sont détruites à 80%. Dans les lieux quittés par l'Armée Ukrainienne et la Garde Nationale, des charniers sont mis au jour. Les responsables du Donbass montent un dossier de toutes ces horreurs pour les présenter à un TPI.

Le Moyen Orient est en passe de s'embraser de façon encore plus radicale et dangereuse. La question que posent les Russes est simple : l'objectif réel est-il de "lutter contre le terrorisme" ou, à travers le chaos, d'assurer une hégémonie ? Pour eux, la réponse coule de source.

 Et pour nous, la pertinence de la question est incontestable : en effet,  plus "la lutte contre le terrorisme " se développe, plus le terrorisme croît.
Cette lutte autorise l'affranchissement de toute règle du droit international.

Ils notent : "les convois humanitaires russes vers le Donbass ont suscité les hauts cris des Occidentaux : ingérence, ingérence, mais bombarder la Syrie contre l'avis du pouvoir en place, avis qui n'a même pas été demandé, c'est normal".

Si, dans un premier temps les Russes avaient dénoncé " le double standart" à la maneuvre dans l'attitude occidentale (discours de Munich-2007), là, ce sont le cynisme et la brutalité les plus complets qui s'affichent. Et, disent-ils, c'est l'Europe qui paiera le plus cher son alignement, notant que les interventions américaines, quasiment toutes hors accord du Conseil de Sécurité de l'ONU, se passent toujours LOIN de leur territoire national.
Le double standart explique cependant le jugement des Russes sur les élections, en Ecosse, en Ukraine ou en Syrie.
En Ecosse, l'observateur russe, présent dans la délégation de suivi du déroulement du scrutin a commenté à son retour,  vidéos à l'appui : "les exigences à l'égard de la Russie lors d'élections ne sont pas de tout les mêmes ! Ici, pas de présentation de pièces d'identité des électeurs, pas d'urnes inaliénables, dépouillement dans des vastes hangars ouverts à tout vent ". Pour nos médias occidentaux, circulez, y a rien à voir,. Cependant, en Ecosse, ça et là pointe l'accusation  de fraudes électorales.. Quant à l'élection de Porochenko, donnée comme sommet de la vie démocratique ukrainienne, elle s'est déroulée dans un pays en guerre, où un territoire important, le Donbass, les refusait, après des actes terroristes épouvantables, le 2 mai, à Odessa, entre autres. Mais rien n'y fait. Et, notent les Russes, comment contester alors  l'élection de Bachar El Assad ? Ce qui ne manque pas d'être fait.

De fait, les peuples n'ont plus le droit à l'autodétermination. Par exemple,  ce matin sur nos médias le président Obama, dont 51% des américains ne comprennent plus la politique étrangère, dit à l'ONU : "ceux qui ne rejoindront pas le combat contre le terrorisme seront désignés comme des états non démocratiques et passibles de sanctions" . Traduire : ceux qui ne s'aligneront pas sur nous.  Fermez le ban.

Les USA se sont adressés aux Russes pour les associer à leur "combat" contre le "terrorisme"; En les menaçant :" vous allez avoir les mêmes problèmes en Asie Centrale". les Russes n'ont pas attendu ces conseils et menaces. Ils s'étonnent seulement de cette arrogance. Car, là aussi, ils mènent leur propre politique, où quand même, bon an, mal an, c'est l'action diplomatique, politique qui prévaut. Ils considèrent qu'à l'heure actuelle la Maison Blanche n'a plus de diplomatie, la force suffisant à tout, et, notent-ils, ils bombardent d'abord des pays qui n'ont pas de système défense anti aérienne.

  Les combattants des républiques auto proclamées de Lougansk et de Donetsk ont été déclarés "terroristes". Pour les Russes, et pas seulement le Kremlin, le chaos en Ukraine est organisé pour assurer sur les flancs de la Russie une hégémonie. Ce n'est pas la visite de Porochenko à Washington, où il est allé demander de l'aide, argent et armes, et prêter allégeance, qui infléchira ce jugement.

Double standart, cynisme et brutalité, droit international bafoué et exsangue, ce comportement heurte mais pas seulement la Russie . De grands pays observent, Inde, Chine, Afrique du Sud, ces BRICS, mais aussi bon nombre de citoyens en France et en Europe.
"Le chaos pour sauver le dollar", c'est le titre d'un ouvrage best seller en vente dans toutes les librairies à Moscou.. Cela mérite au moins d'y réfléchir.

Les Russes défendent leurs intérêts. Ils développent et renouvellent leur armement, convaincus que seule la dissuasion sera efficace.

Mais il est évident qu'ils sont, à l'heure actuelle, le seul contre poids politique dans ce coin du monde.

 Il est temps que l'ONU reprenne la main..

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article