Retours, au pluriel.

Publié le par Boyer Jaakline

Me voilà donc de retour dans mes foyers.. 17 jours passés à Moscou, plongée dans la vie russe. Un autre monde, le nôtre aussi pourtant.
Sait-on jusqu'à quel point cette société s'est mise à vivre, depuis 20 ans, à notre semblance, 
nous occidentaux ? Ils adorent Mac Do, Auchan, Leroy Merlin. Les jeunes Russes lisent Harry Potter. Des chaînes privées diffusent Dr House. 81% des diffusions sur petits et grands écrans sont étrangères, beaucoup américaines. Au point que dans le climat délétère actuel avec les USA, il est évidemment des voix qui demandent de retirer tout cela du circuit... Aussitôt soulevant une levée de boucliers .

A notre semblance, je pourrais dire aussi, autant américanisés que nous..

Ils viennent même de créer une version russe de Homeland, qui sera diffusée en série à l'automne.
Cela s'appelle Patrie. En russe, il y a deux mots pour désigner la patrie. Au sens élevé où il est employé chez nous "Morts pour la Patrie" sur nos monuments, c'est un mot issu de la racine père, la terre des pères. Ce n'est pas pour cette patrie là que se lèvent ou se battent les Russes. C'est pour Rodina, la terre où l'on est né, celle qui sent l'enfance. Donc, la série s'appellera

" Rodina".
D'où cette colère de la très grande majorité de la population d'être mis à l'index par l'Union Européenne et le gouvernement américain.  Ils se sentent blessés, et en même temps confortés dans le désir d'être eux mêmes, jamais "comme il faut " pout les occidentaux.. Depuis des siècles. URSS ou pas.. C'est plus géopolitique qu'idéologique, la Russie étant aujourd'hui un bon élève du néo libéralisme. Mais, là aussi, apportant sa touche personnelle avec, en particulier, un intervention plus grande de l'Etat dans les politiques industrielles. J'aurai l'occasion d'y revenir.

Tous cependant ne voient pas la situation ainsi et dimanche la manifestation de la "Marche de la Paix" était celle de ceux qui dénoncent " l'intervention russe en Ukraine ", veulent une Russie  "démocratique, européenne et prospère ".  ( Qui ne la veut pas ainsi? protestent les autres) . A sa tête il y avait les dirigeants de l'opposition, Yavlinski de Yabloko, en particulier. Quelques drapeaux de l'Otan et de la Garde Nationale ukrainienne (les fascistes dans le commentaire officiel) s'étaient mêlés aux nombreux drapeaux russes et ukrainiens. Des dizaines de milliers de manisfestants, 5000 selon la police, 15.000, selon les organisateurs. Nous connaissons bien ça aussi.

Hier soir, lundi, un débat sur une grande chaîne, comme tous les soirs, une heure, après le journal télévisé de 20h. Animé par un journaliste vedette, Vladimir Soloviov. Des représentants de la manifestaion " autorisée et qui s'est déroulée dans le calme",  sans intervention musclée de la police, et des députés du parti présidentiel "Russie Unie", des personnalités nationalistes et de la droite extrême. 2 contre 3. Diatribe démesurée du vieux dirigeant d'extrême droite, Jirinovski, omniprésent sur les plateaux TV, et qui assure le show. Le thème était : les manifestants sont ils des traitres ou des patriotes ? Pour Jirinovski, c'est cette intelligentsia russe, qui depuis le XIX siècle, sous des formes différentes, a toujours fait le malheur de la Russie. dans une confusion totale de toutes les situations historiques, il hurle "il faut les fusiller". Là, nous sommes au paroxysme qui permet aux autres intervenants de se poser en politiques responsables. Nous connaissons bien ces stratégies de composition de plateaux TV  dans nos médias. Un autre personnage public connu, écrivain, directeur d'un journal "Zavtra" (Demain, en russe) Alexandre Prokhanov, dans la mouvance nationaliste, dit qu'ils sont  " les démons de Dostoïevski. ". Analyse proche de celle de JIrinovski, et thème récurrent dans la rhétorique nationaliste.

Ils s'écharpent ferme, le représentant de la manisfestation répondant que nul n'a le monopole de l'intérêt national, qu'eux aussi ont le souci de leur pays. Les représentants du pouvoir font remarquer à plusieurs reprises, pour le regretter, que cette manifestation explicitement anti Poutine intervient au moment où une paix fragile s'instaure dans le Donbass, grâce aux initiatives patientes du président russe. Un dialogue de sourds, mais un dialogue...

L'animateur, lui, fait remarquer, qu'une manifestation pro-russe, à Kiev,  est inimaginable .

Bref, l'histoire russe est convoquée, relue, réécrite en permanence dans ces débats, très nombreux et sur toutes les chaînes, y compris l'histoire récente, celle des années 90 et la libéralisation effrenée, le pillage du pays par les oligarques.  Les intervenants s'apostrophent avec véhémence :  "Où étiez vous, dans quel camp ? Près d'Elstine ?".

Justement, les oligarques : le retour de Mikhail Khodorovski, qui, de la Suisse, indique ce même jour, que si son pays est en crise, il se présentera à l'élection présidentielle de 2018.  La concommitence de cette déclaration avec la manif pour la paix conforte les tenants la thèse du complot !

A New York s'est ouverte une exposition de photos sur les guerres en Syrie et en Ukraine. Cette exposition arrive de Moscou. La liste des journalistes morts dans ces deux conflits est exposée. Les photos d'Andréï Sténine que ce blog vous a montrées sont nombreuses. Le public est jeune en recherche d'informations "Les médias nous cachent tout". Les émigrés d'origine ukrainienne, nombreux à New York, viennent soutenir Porochenko.

Tout cela,  à deux pas du siège des Nations Unies, où les représentants officiels de la Russie se voient intimé l'ordre de ne pas parler de l'Ukraine, sous peine de fermeture de leurs micros..

C'est d'ailleurs la même chose qu'ont vécu les députés de gauche, die link, allemand, Siryza, grec etc... au Parlement Européen de Strasbourg il y a quelque jours, lors de la signature en direct avec Kiev de l'accord U.E- Ukraine. Hostiles à la politique dangereuse de l 'U.E, vis à vis de l'Ukraine et la Russie, ils se sont vu interdire toute prise de parole. Ils ont quitté la salle, ne voulant pas cautionner "cette mascarade".

Un mot, enfin, sur le retour, ici,de l'ancien chef de l'Etat, battu il y a deux dans les urnes. Encore un homme providentiel qui " s'offre à son pays " !

Plus il y a d'hommes providentiels, moins les situations s'arrangent..

Il est temps de reprendre la main.

n-Pierre Chevènement, ancien ministre et représentant spécial de la France pour la Russie, s’est confié au Courrier de Russie dans le train Moscou-Iaroslavl, qui l’emmenait, le 16 septembre, assister au colloque franco-russe organisé par la Renaissance française sur la guerre de 14-18.

n-Pierre Chevènement, ancien ministre et représentant spécial de la France pour la Russie, s’est confié au Courrier de Russie dans le train Moscou-Iaroslavl, qui l’emmenait, le 16 septembre, assister au colloque franco-russe organisé par la Renaissance française sur la guerre de 14-18.

Publié dans la vie comme elle va

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article