G 20 à Brisbane : que cherchent "les occidentaux" ? (1)

Publié le par Boyer Jaakline

la photo qu'on vous cache: les BRICS au G2O 

Tenue éloignée du blog par des péripéties familiales, j'ai suivi ce sommet dans nos médias.
J'ai été partagée entre stupeur et colère. Que signifie ce lynchage en bonne et due forme du président russe, où la grossiéreté le disputait à la haine.

 Les Russes dans leurs  commentaires tiennent beaucoup à une certaine tenue des rapports internationaux . "Professionnalisme", "correction", "politesse" sont les mots qui reviennent le plus souvent.

Finie l'époque où un dirigeant soviétique tapait avec sa chassure sur son pupitre à l'ONU.

Donc, la messe étant dite, et le président russe ayant eu de nombreux tête à tête informels, avec le président français, le premier ministre italien, le premier ministre anglais, pour ne parler que des "occidentaux",  il est rentré chez lui. Vous ne savez que la fin de cette phrase, si vous avez suivi les informations, chez Pujadas, par exemple.

Que dit Vladimir Poutine sur l'Ukraine ?

Il va, répétant que si, en janvier, les appels de la Russie et de la Biélorussie pour une intervention en Ukraine de l'ONU avaient été entendus, si l'accord signé le 21 février avait été  respecté, l'Ukraine n'en serait pas là, entre guerre civile et dislocation. La Crimée serait toujours ukrainienne.
Le président russe continue de rappeler que la seule possibilité de maintien de l'état ukrainien, c'est la fédéralisation. Et que la guerre pourrait cesser immédiatement là-bas, si les sanctions s'appliquaient aux oligarques ukrainiens qui entretiennent des armées et cette guerre civile meurtrière.
Il rappelle également que l'alignement de l'Europe sur les intérêts du complexe militaro-industriel américain est mortifère pour elle, encore plus que pour la Russie
Les Russes rappellent l'appel à construire une "maison commune" lancé par M. Gorbatchev au moment de la chute du mur : non aux  barrières, plus de coopérations, non aux blocs militaires, c'est à dire, dissolution de l'OTAN, après la disparition du Pacte de Varsovie.
Gorbatchev soutient l'attitude russe dans ce moment difficile.
Henry Kissinger, présent à Berlin la semaine dernière, dans une interview à la presse allemande, soulignait " l'erreur fatale" des Européens dans la situation ukrainienne, en ne voyant pas l'importance de cette région pour la Russie, et appelait à rectifier le tir, le plus rapidement possible.

DAESH etc...

" Le mal absolu", voilà les mots de Barack Obama pour commenter les nouvelles décapitations, épouvantables, pratiquées par DAESH.

Il retrouve les mots de G. Bush avec son "empire du mal"  : le monde s'est-il apaisé depuis ?

Ce matin les mêmes qui ont pratiqué le lynchage à Brisbane s'insurgent contre la barbarie de l'Etat  Islamique.  

Entre lynchage et barbarie, y a-t-il une différence de nature, ou de degré ?

Qu'avons nous à y gagner, nous, citoyens d'Europe ?

Vladimir Poutine, le pestiféré des "occidentaux" à Brisbane, la photo qu'on vous montre.

Vladimir Poutine, le pestiféré des "occidentaux" à Brisbane, la photo qu'on vous montre.

Publié dans Politique

Commenter cet article