De "l'Empire" et des " vassaux" : le président russe le 18 décembre

Publié le par Boyer Jaakline

 

3 heures face à la presse, 1259 journalistes dont plus de 200 étrangers .

A l'aise. 
80% de la population le soutient.
Il fut question des prolblèmes intérieurs  et du débat, ou non débat, dans la société russe. La question a été posée plusieurs fois, sans doute parce que la réponse était insatisfaisante : quelle différence fait-il entre des "opposants" à sa politique, en particulier sur le dossier ukrainien, et " la cinquième colonne", . Pour les Russes, il s'agit de poser la question :

 tout opposant à cette politique est-il "un agent de l'étranger" ?

( L'expression "cinquième colonne" fait partie du paysage politique et médiatique russes )

 Réponse de Poutine :"  un "opposant" est celui qui est aussi patriote, n'a pas la même vision des situations, mais a le souci de l'intérêt national. La "cinquième colonne" défend des intérêts étrangers."  Débat typiquement russe.

Il fut question aussi des mensonges et de la haine diffusés par certains médias, et non des moindres, très proches du pouvoir.
C'est sur les questions internationales que la vision du Président russe nous concerne.

Journalistes iranien, turc, du Financial Times, entre autres, ont posé leurs questions auxquelles il a été répondu .


J'ai choisi de traduire in extenso la question du journaliste de la BBC et la réponse de Poutine. Car, me semble-t-il, nous sommes là dans la réponse à ce qui fait le fond de " l'information" occidentale sur la Russie 

Donner le point de vue des russes, toujours ma démarche. A vous de voir, après.

 

 

John Simpson, BBC :

Mr le Président, les pays occidentaux considèrent quasi unanimement qu' une nouvelle « guerre froide » a commencé et que vous y avez apporté votre pierre . Nous observons pratiquement chaque jour que vos avions de combat réalisent des maneuvres dangereuses en direction des pays occidentaux. Etant le président, vous êtes aussi le commandant en chef des armées et cela ne peut se faire sans vos ordres et vous seul avez le pouvoir décider de l'utilisation de votre aviation en direction d'autres pays, vers la Crimée, par exemple.

En ce moment vous vous heurtez à une grave problème avec votre monnaie. Peut être devez vous vous assurer du soutien des pays occidentaux ? Allez vous profiter de cette conférence de presse pour faire de nouvelles déclarations aux pays occidentaux et annoncer de nouvelles mesures efficaces pour l'Ukraine ?

Merci,

Vladimir Poutine :

Merci beaucoup pour cette question.

A propos de nos exercices et maneuvres militaires, vous avez dit que nous avons apporté notre pierre aux tensions du monde.
Nous l'avons fait dans la seule mesure où nous sommes décidés à défendre de plus en plus durement nos intérêts nationaux. Nous n'attaquons personne. Nulle part nous ne menons d'agression.Et le mécontentement de nos partenaires occidentaux, américains en premier lieu, vient de là , non de quelconques actions qui mettraient en péril la sécurité.

Je m'explique.

Vous évoquez les vols de notre aviation, y compris des avions stratégiques. Savez vous, qu'au début des années 90, la Russie a complètement arrêté les vols d'avions stratégiques, patrouillant dans les contrées lointaines, ce que faisait l'URSS. Nous avons cessé complètement. Mais les avions stratégiques américains, portant l'arme atomique ont continué à voler. encore et toujours.

Dans quel but ? Contre qui ? Qui menaçaient-ils ?. Nous, nous avons cessé ces vols pendant de longues années. Nous les avons rétablis il y a 2 ou 3 ans. Alors qui provoque ? Nous ?

Nous avons en tout et pour tout deux basesà l'étranger, dans des endroits dangereux, terrain de jeu des terroristes : en Kirghizie, en raison de la présence de combattants d'Afghanistan, et à la demande du pouvoir kirghize, le président d'alors Akaïev, et au Tadjikistan, également à la frontière avec l'Afghanistan. Je pense que vous aussi avez intérêt à la paix dans ce coin du monde . C'est fondé et clair.

Les américains ont des bases sur l'ensemble de la planète. Et vous dites que nous menons une politique agressive ? Est-ce bien raisonnable ? Que font les forces armées américaines en Europe, y compris avec l'arme tactique nucléaire ? Que font ils là ? Oui, notre budget militaire a augmenté, mais il représente, si je ne me trompe pas l'équivalent de 50 milliards de dollars. Et le budget du Pentagone, qui vient d'être confirmé par le Congrès est 10 fois supérieur : 575 milliards de dollars. Et vous prétendez que nous menons une politique agressive ? Est-ce bien raisonnable ?

Est-ce nous qui poussons nos forces armées aux frontières des USA ou d'autres états ?

Qui avance vers nos frontières les infrastructures militaires de l'OTAN ? Pas nous, évidemment. Et quelqu'un nous écoute-t-il à ce sujet , un dialogue est-il conduit avec nous ?. Absolument pas. Pour toute réponse c'est toujours : " ce n'est pas votre affaire, tout pays a droit de choisir comment garantir sa sécurité. " Ok.. mais nous aussi avons ce droit. Pourquoi veut-on nous l'interdire ?

Et enfin, je l'ai déjà évoqué dans mon adresse au pays (le 4 décembre) à propos du système de défense antimissiles. Qui est sorti unilatéralemnt de cet accord qui était vraiment la pierre angulaire du système de sécurité internationale ? Pas nous, bien sûr. Les USA en sont sortis unilatéralement. Ils créent une menace pour nous. Et ces éléments stratégiques sont déployés pas seulement en Alaska, mais en Europe, Roumanie, Pologne...c'est-à dire, là, tout près de chez nous. Et vous prétendez que c'est nous qui menons une politique agressive ?

Est-ce que nous voulons des relations d'égal à égal ? Oui, mais dans le respect inconditionnel de nos intérêts nationaux en matière de sécurité et d'économie.

Pendant des années, 19 je crois, nous avons mené des négociations pour entrer à l'OMC. Nous avons fait de larges compromis, persuadés que ces accords étaient en béton. Qui a tord, qui a raison, ce n'est pas là mon propos.

Je considère que dans le déroulement de la crise ukrainienne, c'est nous qui avons raison. Je l'ai dit et redit. Je considère que nos partenaires occidentaux n'ont pas raison. Mais laissons cela pour le moment.

Nous sommes donc entrés à l'OMC . Il y a des règles. En violation de ces règles, en violation des règles du droit international et au mépris des fondements de l'ONU, des sanctions sont unilatéralemnt imposées à l'économie russe, par des méthodes absolument illégales. C'est encore nous qui avons tord ?

Nous voulons développer des relations normales dans le domaine de la sécurité collective, dans la lutte contre le terrorisme. Nous sommes prêts à travailler à la limitation de l'arme nucléaire. Prêts à oeuvrer ensemble contre le trafic de drogues, le crime organisé, les maladies infectieuses, comme ébola,.
Prêts à collaborer. Pour autant que ne partenaires le désirent. "

Quand j'ai créé ce blog, je n'imaginais pas que très souvent, j'allais traduire des extraits des positions officielles de la Russie.

O tempora, o mores !

d'autres extraits, avec le Courrier de Russie

d'autres extraits, avec le Courrier de Russie

Publié dans Politique

Commenter cet article