Natalia Soljénitsina chez Vladimir Pozner (2)

Publié le par Boyer Jaakline

Chez Pozner, le 15 décembre dernier
Chez Pozner, le 15 décembre dernier

Deuxième partie de l'interview :

Après un long développement sur l'appréciation par Soljénitsine de Vladimir Poutine, plutôt positive, dans la mesure où ce dernier s'est appliqué à restaurer la "grandeur" de la Russie, après un échange long sur la nécessité de rétablir un enseignement de qualité, en particulier celui de la langue russe, car les petits russes maitrisent de moins en moins la belle langue de Tolstoï, ce fut le tour de la situation créée depuis Maïdan entre la Russie, l'Europe et l'Ukraine.

Traduction, sinon intégrale, du mois de larges extraits, puisqu'il s'agit de choses qui nous agitent aussi et une analyse largement partagée en Russie. Mais pas dans les nuances, (nationalisme- patriotisme)
Ce qui n'étonnera pas les lecteurs attent
ifs !

Sur "l'empire"

Vladimir Pozner

A propos de l'empire russe et soviétique, qui avait comme particularité d'être d'un seul morceau, que penser de la nostalgie de certains russes ?

Natalia Soljenitsina

La Russie est de toutes façons immense..Combien de peuples, de cultures différentes.

Et, hormis les pays Baltes, tous ces mondes ont une histoire commune. La Russie a combattu dans le Caucase. Tolstoî témoigne de cette guerre dure. Mais Tolstoï n'imagine pas que Sébastopol soit autre chose que russe. On peut débattre de la façon d'y parvenir. Mais l'Otan installée à Sébastopol, je suis contre.

Alexandre Soljenitsine pensait que l'empire nous faisait courir à notre perte, nous prenait trop de forces.

La Russie doit se recentrer sur elle-même dans sa grande diversité. Et puis il y a empire et empire, non ? L'Amérique, c'est un empire, incontestablement. Et elle agit comme un empire. Elle aussi, en tant qu'empire, est vouée à finir. Et le plus tôt sera le mieux.

Avec l'Ukraine, la Biélorussie, il n'est pas question de former un « petit » empire. Mais leur origine historique, linguistique commune est indiscutable . Ne peuvent refuser de la voir que des gens mal intentionnés. Et là, nous sommes au milieu d'une tragédie.

Vladimir Pozner

Mort en 2008, voilà ce que pensait Alexandre Soljénitsine sur l'Ukraine, ce qu'il n'a cessé de dire :

" Ce qui se passe en Ukraine, produit par une fausse formulation lors du référendum de 1991 me procure une amertume et douleur permanentes. Poursuivre avec fanatisme et écraser la population russophone, soit 60% de la population vivant sur le territoire de l'Ukraine, se déclarant russophones lors des sondages, est tout simplement une mesure barbare, qui se retournera contre le propre développement culturel de l'Ukraine.

D'immenses étendues, qui n'ont rien à voir avec l'histoire de l'Ukraine, comme la Crimée, la Novorossia et tout le sud-est sont intégrées de force dans l'état ukrainien actuel et sa politique forcenée d'intégration à l'Otan. La volonté de chasser la flotte de la Mer Noire de Sébastopol est une injure malfaisante à deux siècles d'histoire russe. Dans ces conditions, la Russie ne peut trahir dans l'indifférence ces millions de russes en Ukraine, rompre le lien qui nous unit à eux ".

Cela ressemble à l'appréciation de Vladimir Poutine ?

Natalia Soljenitsina :

Je ne sais pas quelle est l'appréciation de Vladimir Poutine sur le sujet.

J'observe comme tout le monde ce qu'on nous donne à voir. Mais il me semble que Poutine n'a aucune prétention à l'égard de Lougansk et Donetsk .

Après la Crimée, il fallait déclarer clairement :"non, il n'y aura pas d'autres Crimées . Nous vous aiderons, vous de Lougansk et Donetsk, mais nous vous aiderons à trouver votre place en Ukraine".
Il le dit maintenant.

Peut-être fallait-il le dire alors. Mais, je ne suis pas un acteur politique.

 

Sur le patriotisme et le nationalisme.

Aujourd'hui de nombreuses voix s'élèvent contre l'éducation des enfants au patriotisme.Le patriotisme est une chose naturelle absolument faisant partie d'l'être humain à l'égard du pays où il est né, a grandi, vit.. A la différence du nationalisme qui fait à juste titre débat, le patriotisme est l'amour pour son pays, complètement naturel. Mais le patriotisme se doit d'être lucide. Nous avons absolument besoin d'un patriotisme lucide. La connaissance de l'histoire, ce patriotisme là, c'est comme une carte pour le navigateur. Si sur cette carte nous ne posons des petits drapeaux que sur les lieux des batailles gagnées et estompons , voire ignorons totalement les lieux de nos défaites et de nos grandes pertes, c'est tout simplement dangereux pour notre futur proche.

Quant au nationalisme, en particulier dans ses formes extrêmes, c'est une maladie. Là est le plus grand danger pour notre peuple. Mais si l'on observe l'histoire mondiale, on constate que sans un nationalisme positif, aucune nation ne se serait construite. C'est comme ça.
 . Nationalisme positif et patriotisme lucide nous sont indispensables.

 

Comme dans toutes ses émissions, Vladimir Pozner achève avec ce que l'on appelle le questionnaire de Marcel Proust.


 


 

Publié dans société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article