Pouchkine, Alexandre Serguéiévitch....

Publié le par Boyer Jaakline

 

En cette année 2015, année de la littérature en Russie, difficile de faire sans Pouchkine ;

Evidemment, mon choix est volontairement tendancieux.

Entre Boris Godounov, Eugène Onéguine ou la Fille du capitaine, et tout ce que je ne cite pas, il y a de grands opportunités pour rendre hommage à celui qui est considéré comme un héros national.

Mais comment ne pas vous donner à lire ce pamphlet aux échos si actuels ?

Ma traduction vise à l'explicite.
Je ne tente pas une version rimée et poétique. Rester humble .

Il y a même dans ses oeuvres un très bref : " Debout, Ô Grèce, debout ", écrit en 1829.

Evocation de la guerre d'Indépendance des Grecs contre la domination ottomane.

 Le brillant poète anglais Lord Byron, amoureux de la liberté et haïssant l'Europe du Congrès, s'engagea aux côtés des Grecs et mourut là en 1824, rattrapé par une mauvaise fièvre.
Tout cela donne l'impression que le temps est immobile... 

Des permanences de l'histoire pour éclairer le présent, ou comment le nationalisme russe ne commence pas avec le président actuel.

Cependant, ne pas avoir une vision simplette de Pouchkine. Il détesta les tyrans, tsar russe compris. Lire sa "Fille du capitaine" où il prend fait et cause pour la grande révolte paysanne du XVIIIe, dirigée par Pougatchov contre Catherine II .

 

 

 

Traduction:

Pourquoi tout ce bruit, orateurs des peuples ?

Pourquoi menacez vous d'anathèmes la Russie?

D'où vient votre indignation? des humeurs de la Pologne ?

Holà : c'est un démêlé entre Slaves, un démêlé domestique,

ancien, déjà pesé par le destin, 

et dont la solution n'est pas entre vos mains.

 

Il y a longtemps que ces deux tribus se font la guerre.
plus d'une fois nous nous sommes inclinés, ou bien eux.

Qui vaincra : l'orgueilleux polonais ou le russe fidèle ?
Les ruisseaux slaves se fondront-ils dans la mer russe,

Ou bien s'assèchera-t-elle ?Telle est la question.

 

Laissez nous. Vous n'avez pas lu les Tables ensanglantées,

Vous ne pouvez saisir, elle vous est étrangère,

Cette hostilité intestine.

Pour vous, le Kremlin ou Prague sont inaudibles.
L'audace d'une lutte désespérée vous flatte, insensés,

Et vous nous haîssez.

 

Pourquoi, répondez donc?

Parce que sur les ruines de Moscou en flammes,

Nous n'avons pas reconnu la volonté cynique

De celui devant qui vous trembliez ?
 

Parce que nous avons réduit à néant

L'idole qui pesait sur les cieux 

Et par notre sang avons racheté

La liberté de l'Europe, son honneur et la paix ? 

 

Vos paroles sont menaçantes: essayez donc les actes .

Le preux, reposant sur sa couche,

est-il désormais trop vieux pour tirer son épée?

La parole du tsar est-elle désormais impuissante ?

 

Ou bien sommes nous trop peu ?Le russe a-t-il perdu les goûts de la victoire ?

De Perm à la Tauride,

Des rochers glacés de Finlande, jusqu'à la Colchide brûlante,

Du Kremlin ébranlé

Jusqu'aux murs de la Chine immobile,

la Russie, vieillie, ne se lèvera pas ?

Envoyez donc, beaux parleurs, vos fils qui veulent en découdre,

Il y a de la place pour eux 

Dans les champs de la terre russe,

Pour reposer en terre étrangère.

 

Aux détracteurs de la Russie - Pouchkine -1831

Клеветникам Россиu 1831

О чем шумите вы, народные витии?
Зачем анафемой грозите вы России?
Что возмутило вас? волнения Литвы?
Оставьте: это спор славян между собою,
Домашний, старый спор, уж взвешенный судьбою,
Вопрос, которого не разрешите вы.

..........

Славянские ль ручьи сольются в русском море?
Оно ль иссякнет? вот вопрос.

......
Для вас безмолвны Кремль и Прага;
Бессмысленно прельщает вас
Борьбы отчаянной отвага —
И ненавидите вы нас…

За что ж? ответствуйте: за то ли,
Что на развалинах пылающей Москвы
Мы не признали наглой воли
Того, под кем дрожали вы?
За то ль, что в бездну повалили
Мы тяготеющий над царствами кумир
И нашей кровью искупили
Европы вольность, честь и мир?..


Вы грозны на словах — попробуйте на деле!
Иль старый богатырь, покойный на постеле,
Не в силах завинтить свой измаильский штык?

Иль русского царя уже бессильно слово?
Иль нам с Европой спорить ново?
Иль русский от побед отвык?
Иль мало нас? Или от Перми до Тавриды,
От финских хладных скал до пламенной Колхиды,
От потрясенного Кремля
До стен недвижного Китая,
Стальной щетиною сверкая,
Не встанет русская земля?..
Так высылайте ж нам, витии,
Своих озлобленных сынов:
Есть место им в полях России,
Среди нечуждых им гробов.

1799-1837 Alexandre Serguéiévitch Pouchkine

1799-1837 Alexandre Serguéiévitch Pouchkine

Commenter cet article