22 juin 1941 : cela va mieux en le disant. (1)

Publié le par Boyer Jakline

La société russe " se concentre" , selon la formule d'un chancelier du tsar, après la défaite russe dans la première guerre de Crimée ( 1853-1856 ). Déjà Angleterre, France tentaient de prendre pied dans cette région stratégique de la Mer Noire.
"Se concentre", expression reprise très souvent dans le débat actuel. Traduire "se cherche",

" réfléchit à ses valeurs ", comment se construire dans un nouvel environnement.

Une plus longue citation de cette dépêche envoyée par le ministre aux chancelleries russes en Occident nourrit bien la réflexion:

" On reproche à la Russie de s'isoler, de se taire au vu de faits non conformes ni au droit ni à la justice. On dit que la Russie est fâchée. Elle n'est pas fâchée, elle se concentre. "

Ce dernier mot est traduit aussi par "elle se recueille". L'idée étant la même.
Il s'agissait alors pour la Russie d'accepter les règles de la Sainte Alliance, imposées par le Traité de Paris.. Ce qu'elle refusait, alimentant une crainte disproportionnée des capitales occidentales sur les intentions agressives de la Russie....
La Russie d'aujourd'hui " se concentre " donc, assimile TOUTE son histoire. La période soviétique est un gros morceau.

A deux ans du centenaire de la Révolution de 1917, la " ligne générale " ne semble pas fixée.
Le pouvoir caractérise 1917 comme effondrement de l'état russe et, du coup catastrophe nationale, de même que l'effondrement de 1991...Mais le débat est loin d'être clos.
J'aurai largement l'occasi
on d'y revenir.


En particulier, jamais tranchée, toujours sous-jacente, quelquefois sur la table, la place de Staline.
Son rôle dans la grande victoire de 1945.
Il y eut un temps où le peuplle avait gagné par ses sacrifices, malgré Staline et les horribles années 37/38.

Puis revint l'image de Staline grand stratège qui assura la victoire avec le peuple.
C'est ce récit qui est plutôt dominant. Des historiens s'y collent et écrivent une histoire acceptable. Exit les années 37/38. Le récit commence en 1941.

Et voilà que Vladimir Pozner, dans son mot d'humeur hebdomadaire " Répliques ", sur sa page internet pozneronline, y revient le 22 juin dernier.

Je traduis son texte in extenso dans une rubrique suivante.
47 commentaires suivent, partagés en pour et contre son propos. Les pour s'exprimant plus volontiers.

Revue de la flotte de la mer Noire en 1849. Tableau de Aïvasovski, grand peintre " maritime "

Revue de la flotte de la mer Noire en 1849. Tableau de Aïvasovski, grand peintre " maritime "

Publié dans société

Commenter cet article