Athènes, Donetsk, Kiev.... et break !

Publié le par Boyer Jakline

Victoria Noland, photo wikipédia
Victoria Noland, photo wikipédia

J'ouvrirai ce billet d'humeur par une leçon de désinformation, voilà comment ça marche :.
La semaine dernière, à plusieurs reprises, nos médias ont annoncé que la Russie avait coupé la fourniture d'électricité au Donbass, pour cause d'impayés... Doublement surprenant. En effet les républiques de Lougansk et Donetsk, "rebelles", appartiennent à l'Ukraine. Renseignement pris auprès de mon contact à Donetsk, voilà ce qu'il en est :

1- pas de problème de fourniture d'électricité. Le Donbass produit en partie ses besoins sous forme de centrales à charbon.

2- L'Ukraine a refusé d'honorer ses factures à l'égard de la Russie, comme elle le fait régulièrement pour la fourniture de gaz, pour ce qui concerne l'électricité consommée sur le territoire du Donbass.
3-Les républiques "rebelles" envisagent d'établir des contrats directs avec la fédération de Russie pour la part d'électricité qu'elles achètent à leur grand voisin.

Par contre rien ne vous est dit sur cette guerre qui continue.
Rien non plus sur la marche des bataillons d'extrême droite qui marchent sur Kiev pour exiger la démission du ministre de l'intérieur. Ces difficultés pour le pouvoir à Kiev, on peut les lire dans les messages subliminaux, émanant de KIev que diffusent nos médias :" entrée massive de troupes russes sur le territoire de l'Ukraine". En gros, adressé aux capitales européennes "aidez nous !". L'Ukraine est dans les mains de oligarques, à qui l'U.E vient d'accorder 42 milliards, sans tergiverser et en catimini....


Dernière info : Saakachvili, gouverneur d'Odessa, s'est vu accorder des crédits américains pour faire fonctionner sa police. SIC !

Enfin, une pensée pour Athènes : finalement la démonstration est faite UNE FOIS DE PLUS, que les votes souverains des peuples européens ne servent à rien.
2005: les français, puis les hollandais, consultés par référendum sur le Traité Constitutionnel Européen, le rejettent. Son caractère ultra libéral ne promet que des difficultés aux peuples. 10 ans plus tard, c'est bien ce que l'on constate. Pauvreté, chômage, inégalités et.... dérive d'extrême droite dans de nombreux pays. En 2008, les Irlandais votent NON; ils doivent revoter en 2009 , jusqu'à ce que, de guerre lasse, le OUI s'impose, avec un fort taux d'abstention.
Aujourd'hui, les Grecs. Par deux fois, consultés, ils refusent l'hyper austérité qui les TUE. L'Union européenne, l'Eurozone imposent leur loi, encore plus durement.

La secrétaire d'état américaine, Victoria Noland, omniprésente en Ukraine avant, pendant Maïdan (c'est elle qui distribuait des cookies sur la Place ), rôde en Grèce depuis février...

Break : c'est le mien.
Je pars quelques jours, chez des amis, dans un autre coin d'Europe. Voir de là-bas Bordeaux, Moscou, Kiev , Donetsk et
Athènes.
Prendre du
repos et du recul.

Publié dans humeur

Commenter cet article