Athènes, Kiev et tutti quanti....vues de Naples

Publié le par Boyer Jakline

ISCHIA, isola verde...

ISCHIA, isola verde...

Une semaine chez des amis. A Naples. De retour depuis plusieurs jours, mais il faut le temps de réadapter le regard !

Amitié et...canicule.

Même la belle " île verte ", Ischia, avait du mal à proposer de la fraîcheur ! Mais après une longue absence, plaisir à retrouver ces lieux qui me parlent.

Beaucoup de touristes, français, allemands, mais aussi russes. Peut être un peu moins d'asiatiques que dans d'autres coins d'Europe, en France et à Bordeaux, par exemple .

Naples fondée par les Grecs, sept siecles avant notre ère. Parténope. Beaucoup de vestiges, partout, à restaurer, mais ce n'est pas dans les priorités, semble-t-il, et il faudrait à l'Itale et à la Grèce tout le budget du patrimoine de l'Unesco....

Ou bien tout piétiner, casser, comme la soldatesque, américaine, en Mésopotamie-Irak en 2003...

Dans la ville historique, des aménagements ont été faits, des arbres plantés, au bout de la très commerçante via Chiaia, vers la place des Martyrs, par exemple, où de vieux napolitains prennent le frais en regardant les touristes.

Dans de nombreux coins de ruelles abruptes du vieux Naples, qui offrent un peu d'ombre, enfermées dans leurs placards de verre des madonnes veillent sur vous.

Dès le matin, le Vésuve et Capri au loin sont dans la brume de chaleur, estompés. On les devine plus qu'on ne les voit.

Un système de ramassage des ordures a été organisé. Ce qui n'est pas rien...

Cure de glaces et de sorbets rafraîchissants, spécialité de Naples.
La camorra, invisible à l'oeil du touriste, étend pourtant sa toile.

Scooters, motos déboulent de partout dans le ballet bien ordonné de la circulation faussement anarchique : on va passer ? qui s'arrête? Et ça passe...

Même Méditerranée, là, chaude comme un "bouillon", en italien, comme une " soupe ", en français, comme une "compote" en russe. Mais attention, la compote russe est un breuvage où nagent quelques fruits.
Lumière intense et, selon le cri d'alarme du premier ministre italien, lu dans la presse :

" bougeons nous, sinon, il va nous arriver comme à la Grèce ".

A qui le tour ? C'était déjà mon sentiment.

Il me revient le vers de La Fontaine : " ils n'en mouraient pas tous, mais tous étaient frappés " (les animaux malades de la peste ) .
Les péripéties grecques éclairent sous un jour cru la réalité de cette Europe des oligarques dans laquelle nous vivons. Européens qui pensiez que les oligarques étaient une spécialité russe, ukrainienne, ou grecque, revenez sur votre jugement... Les faits sont têtus.

L'Europe est à vendre et il ne manque pas de commis. Matteo Renzi, pas plus que François Hollande, ne remettent en cause ces critères austéritaires mortels. " Bougeons nous " veut dire ici comme chez nous, " obéissons plus vite aux diktats de la troïka " , sauf que je ne pense pas que le premier ministre italien ait promis de " s'attaquer à la finance ", comme un certain candidat Hollande.

Ce séjour à Naples, c'est aussi découvrir la "filière ukrainienne" : il s'agit de femmes, pas jeunes, qui viennent s'embaucher comme personnel de maison, dans les bonnes familles napolitaines.
Elles ne parlent pas italien quand elles arrivent. Bref, des travailleuses émigrées...Pour envoyer quelques centaines d'euro à leurs familles .Sans doute ailleurs aussi en Italie.

Je me souviens d'un récit qu'on m'avait fait d'une famille du nord de l'Italie qui a embauché à temps plein une dame, polonaise, pour s'occuper de la grand mère. Elle rentre chez elle pour ses congés annuels.
Ces pays qui " se sont libérés du communisme " , selon l'expression consacrée, ont redécouvert l'émigration économique massive avec les joies du capitalisme triomphant .

Dans une remarquable soirée consacrée à l'Europe, Arte diffusait une reportage qui indiquait que la Pologne connaissait la plus forte émigration depuis la guerre. La Lettonie a perdu le quart de sa population. Quant à la Bulgarie et la Roumanie, pauvres d'entre les plus pauvres de l'Europe, elles forment des médecins qui sont recrutés par des lobbysites pour aller travailler en Allemagne, dans nos campagnes et villes françaises aussi.

Bref des pratiques néo coloniales au sein de l'Europe que la situation grecque vient éclairer d' un jour vif.

A ce propos, difficile de ne rien dire sur les 950 pages des " réformes" imposées par

" l'Europe " à Athènes, à voter en une nuit.... Juste un exemple pris dans les privatisations (50% des avoirs publics grecs ) 14 aéroports vont être privatisés, les plus rentables, et par un de ces jeux financiers d'escrocs du grand banditisme qui désormais nous gèrent, l'argent ainsi obtenu va aller dans les caisses de l'état ...allemand.

Les populations des ex satellites soviétiques sont vite revenues de leurs illusions sur l'Europe

" riche et démocratique " qu'on leur a vendue...Comme ces Ukrainiens, d'ailleurs. Qui ne sont ni du Donbass, ni de Crimée. Mais voilà, ils y sont...

Pendant ce temps, en Russie, il y eut :

1- l'anniversaire de l'avion de Malaysian airlines abattu à quelques kilomètres de la frontière russo-ukrainienne, côté Ukraine-Donbass. Le point de l'enquête.

" Nous n'étions qu'un seul pays, maintenant il y en a deux " me dit, les larmes dans la voix cette ukrainienne rencontrée à Naples, avec qui j'échange quelques mots en russe. Son visage s'éclaire. Elle est née dans l'Oural. Beaucoup de ses parents sont en Russie..
Pour mémoire, l'Ukraine telle qu'on la connait, ou plutôt qu'on la méconnait, dans ses frontières et en tant qu'état, est une création soviétique (1919-1921), plus précisément stalinienne dans ses frontières de 1991, suite au pacte germano-soviétique et aux accords de Yalta (1940-1945 ) puis en 1954 Khroutchev lui " offre " la Crimée . Elle est composée de bouts de Pologne, Hongrie, Roumanie, Moldavie, à l'Ouest, Russie, à l'Est , Tatares de Crimée au sud.

2- il y eut la visite de députés français en Crimée .

3- aujourd'hui, 28 juillet, grande fête religieuse et politique : honorés hier à Kiev, aujourd'hui en Russie, les 1000 ans du baptême du prince Vladimir, converti au christianisme orthodoxe.
Célébrée par la Russie actuelle comme la naissance de l'état russe moderne.

4- et puis, comme dans un inventaire à la Prévert, les "Mistral".
Je vais revenir sur tous ces sujets dans les jours prochains.

"Hollande prendra une décision sur les "Mistral" dans les prochaines semaines" Ria novosti 28 juillet

"Hollande prendra une décision sur les "Mistral" dans les prochaines semaines" Ria novosti 28 juillet

Publié dans vaste Russie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article