Tolga, théâtre Fiodor Volkov et quelques moments français

Publié le par Boyer Jakline

Le monastère pour femmes de Tolga
Le monastère pour femmes de Tolga

Quelques détails techniques m'ont empêchée de publier mon dernier texte de Yaroslavl.

Le voilà.

Me voilà à Moscou. 3h15 de voyage dans un train dernier cri, comme s'en sont ouverts de nombreux sur les grands lignes au départ de Moscou: vers Nijni, Yaroslavl ou Péterbourg.

Vous pouvez effectuer le même trajet en 8h ou 3....

Samedi, enfin, l'été indien a pointé son nez.
Mon programme culturel chargé de la journée a commencé par une visite au monastère de Tolga, sur la rive gauche de la Volga . Nous avons pris le "tramway " maritime et 40mn après, nous y étions. Accueillis par une soeur qui a assuré la visite et l'histoire du lieu. Beaucoup de visiteurs . Mais la servante de Dieu, toute de noir vêtue, petite visage pâle seul émergeant, ne s'occupait que de nous. 1h30 de balade dans des lieux impeccables, parcs, églises...Et cette histoire toujours étonnante du destin de ces endroits pendant la période soviétique. Ici, par exemple, vivait le personnel d'une colonie pénitentiaire pour enfants, sise juste à côté, et fermée en 1987.

Ici, pendant la guerre, (1941-1945) il y avait un hôpital où on accueillait les blessés. Ce lieu abrite une " icône miraculeuse " qui fait son oeuvre avec les personnes en souffrance ! Cette " fonction " du monastère est une tradition: pendant la guerre avec Napoléon il en fut de même.

Le soir, ouverture du XVIe festival de théâtre de la ville dans le théâtre Volkov, premier théâtre sédentaire de Russie (1752 sous Catherine II). Beaucoup d'huiles, civiles et religieuses, et un invité d'honneur pour assurer l'ouverture le sémillant Oleg Tabakov, 80 ans, directeur du prestigieux MKHAT de Moscou, équivalent " culturel " de la Comédie Française. Petit clin d' oeil à l'intention du vice ministre de la culture présent sur les problèmes budgétaires du monde du théâtre. Dans le public, beaucoup de jeunes gens, car, c'est une spécialité de Yaroslavl, de nombreuses écoles de théâtres y sont en activité .

Au gré des multiples discussions, la même tonalité partout : " nous vivons beaucoup mieux qu'il y a 15 ans. Incomparable. Inquiétude plus ou moins grande sur le rapport rouble-euro . Inquiétude surtout pour ceux qui ont pris l'habitude de voyager en Europe . Mais tous voyagent, Egypte Turquie, toujours accessibles, ou dans leur vaste pays . Succès de l'Abkhasie, dans le Caucase, entre Géorgie et Sotchi, qui offre une mer magnifique, sans pollution, et du soleil...Car il faut un séjour au soleil, bien sûr! Beaucoup envisagent d'aller passer leurs vacances en Crimée.

Sur l'Ukraine, ce qui ressort de façon quasi unanime, c'est la proximité des deux peuples, russe et ukrainien, beaucoup de familles mixtes, une façon de dire que cette guerre les touche au plus près. Tous parlent très volontiers .

Et, surtout, de l'état des réfugiés du Donbass que toutes les villes russes ont accueillis ( un million tout de même) . L'accueil a été immédiatement organisé avec des quotas pour chaque ville .

Des enfants aux cheveux gris, affamés, des gens arrivés en pantoufles avec un maigre baluchon..." Si ça continue, ils vont être décimés " me dit une dame à Nijni " Trois fois par jour j'éclatais en sanglots . Des enfants aux cheveux gris, vous trouvez ça normal ? . Ou bien ces cheveux qui s'arrachent par poignées ". Cela a pour tous mes interlocuteurs valeur de justification qui viennent très peu dans la discussion. Sous entendu ou dit ouvertement "Krym nach " La Crimée est à nous " . Il ne fait aucun doute qu'ils sont, eux, les russes, les agressés et très vite, si la discussion se prolonge, la responsabilité des USA est directement dite.


Il y a quelques jours les actualités ont montré la visite de Berlusconi à Sébastopol, accueilli par Vladimir Poutine. Le projet d'un mémorial aux Italiens tombés ici pendant la deuxième guerre mondiale se précise.

Mon samedi culturel a été entrelacé de deux initiatives inattendues : une femme peintre française exposant dans un petit atelier de céramique et la présentation d'un ouvrage de poésie, en bilingue, français-russe d'une poétesse belge, en présence de la traductrice et des enfants de ladite poétesse, décédée.... Dans le beau musée de Yaroslavl. Une présence française ou de notre langue, discrète mais omniprésente.


Ce soir, je rentre à Moscou achever mon séjour.

" 2 roumains pauvres, parlant polonais ", pièce polonaise d'une jeune écrivain, tragi-comédie déjantée sur les pauvres du monde, que j'ai vue dans ce théâtre

" 2 roumains pauvres, parlant polonais ", pièce polonaise d'une jeune écrivain, tragi-comédie déjantée sur les pauvres du monde, que j'ai vue dans ce théâtre

Publié dans Voyages : vaste Russie

Commenter cet article