Le président russe dresse la feuille de route

Publié le par Boyer Jakline

Guennadii Ziouganov,
Guennadii Ziouganov,

C'est un exercice annuel . Le 12 e pour Vladimir Poutine . Devant les élus des deux assemblées, les gouverneurs des régions, les responsables des tribunaux et, Russie nouvelle oblige, les représentants de toutes les confessions religieuses . Bref, toutes les formes de pouvoir qui ont un rôle à jouer dans la Russie actuelle. Du moins tel qu'elle le voit .

Près de 500 journalistes, russes et étrangers, sont accrédités.

Pas de questions. Une intervention d'une heure qui dresse la perspective pour les mois, les années à venir. Le premier quart d'heure est consacré à la politique étrangère. L'actualité est si brûlante et la ligne tracée, qu'il n'est nul besoin pour lui d'y revenir. Elle fait d'ailleurs consensus.

La majeure partie développe, bilan et perspectives, la situation économique, sociale, politique du pays.
Vous pourrez lire le contenu détaillé qu'en a fait et publié le Courrier de Russie.

Je retiendrai la priorité accordée à la lutte contre la corruption " frein au développement du pays ". Les élus devront publier leurs avoirs y compris à l'étranger . L' appréciation est portée sur l'état de l'économie " difficile mais pas critique ".
Il déroule ensuite secteur par secteur difficultés et perspectives des différents domaines: industrie, agriculture, politique sociale, rôle de l'état.

Appel aux grandes entreprises, soutien à l'investissement, aide aux PME, révision dans tous ces domaines de la présence bureaucratique.

Aide aux catégories sociales les plus en difficulté .
Il confirme un objectif déjà affiché à plusieurs reprises, et pas seulement par lui, de créer un modèle social attractif.

Il appelle à l'union de l'ensemble de la société. Il rappelle que 2016 est l'année des élections législatives et souhaite un scrutin " honnête "...

Dans les réactions à chaud des leaders politiques, le seul " bémol" est apporté par Guénnadii Ziouganov :

" Si les objectifs en matière de politique économique et sociale sont louables, les moyens alloués ne suivent pas. 10% les plus riches accaparent 80% des richesses du pays. Difficile dans ces conditions, trop d'injustices sociales, d'appeler à l'unité du pays Quant à l'organisation d'un scrutin "honnête ", beaucoup dépend du pouvoir lui-même et des consignes qu'il donnera et dont il assurera la mise en oeuvre "

Guénnadii Ziouganov est le secrétaire général du Parti Communiste russe ( KPRF) fondé en 1992 . Il est le seul leader d'opposition crédible . Le candidat du KPRF a battu le candidat du pouvoir en septembre dernier dans la Région d'Irkoutsk. C'est une victoire et une première hautement symbolique car cette région, la 4e de Russie, est un grand centre industriel et universitaire .

Pour la petite (?) histoire, Ziouganov aurait battu Eltsine, aux présidentielles de 1996, si les élections avaient été " honnêtes ".

Le KPRF est par contre tout à fait derrière le président dans le domaine de la politique étrangère : Ukraine, Crimée, Syrie, Union Européenne.

Mais chez nous, où l'on adore parler de l'opposition en Russie, on méconnaît celle là...et on l'ignore .

Dans les commentaires entendus en direct après l'allocution du Président, une a retenu mon attention: Vladimir Poutine a insisté sur le développement et la nécessaire efficacité de l'agriculture. Un journaliste pose la question à un élu : comment cela peut se passer dans le Région de Moscou où 95% des terres appartiennent à des privés ?

Réponse de l'élu : ils devront coopérer et y faire travailler des "fermiers " ( le mot anglais farmer a été introduit correspondant à un style d'agriculture intensive . J.B) . On ne peut rien faire sans la terre ."

En Russie....et nulle part ailleurs ! A suivre !

Publié dans vaste Russie

Commenter cet article