Palmyre, Deir Az Zaw...Belgrade.

Publié le par Boyer Jakline

Week end de Pâques aux antibiotiques....

Ma tête enfumée m'autorise cependant de revenir ici. C'est que les évènements se multiplient et font sens...

Palmyre, tout le monde connaît, en France, en Russie.
Sa libération par l'armée syrienne, soutenue par l'aviation russe, " marque un tournant" disent les commentateurs avisés.
Par contre, d'autres sites ne sont pas également reconnus. Ici, en France on s'est désolé du siège d'Alep, où se seraient réfugiés les "opposants " au régime syrien que l'aviation russe s'acharnerait à combattre, faisant ami-ami- avec Daesh.

Les derniers développements de cette guerre terrible, mi civile, mi interventions extérieures de conquêtes, les reculs de DAESH font litière de cette lecture des évènements.

A ce propos ce que dit dans la presse américaine le fils de Robert Kennedy, Robert F Kennedy Junior, sur les enjeux internationaux et pétroliers de cette guerre a peu été repris ici: ça fait, ferait désordre. Sauf dans sa chronique hebdomadaire à l'Humanité du 25 mars dernier par Cynthia Fleury: il défend la thèse selon laquelle le conflit syrien n'était nullement lié à une question droit-de-l'hommiste mais à une sombre affaire de gazoduc qatari: les Etats Unis auraient décidé de renverser Bachar El Assad après qu'il ait refusé de soutenir ce projet.

Par contre, nous n'avons jamais entendu parlé ici de Deir-AZ-Zaw, à l'est du pays, assiégée depuis 4 ans par DAESH et approvisionnée depuis 3 mois par les cargos volants russes.


Une autre guerre méritera d'être regardée d'un autre angle: celle qui a vu l'OTAN bombarder la Serbie et l'implosion de la Yougoslavie.
Aujourd'hui des dizaines de milliers de serbes manifestent contre l'entrée de leur pays dans l'Otan. (Voir la vidéo en lien)
Mon amie du Donbass transmet un reportage réalisé en Serbie l'année dernière. 51 mn.

Prenez le temps. A la lumière de tout ce qui s'est passé depuis, revisitez cette histoire terrible.

Le schéma est toujours le même, grossier, efficace. Comment nous vend on ces conflits: un dictateur sanguinaire, une minorité écrasée, des charniers, des cadavres, et, au bout du chemin, un pays détruit, des populations qui régressent, " jusqu'à l'âge de pierre " - G.W.Bush sur l'Irak- dirigeant américain qui n'ira jamais au TPI, puisque les dirigeants américains ont déclaré aussitôt à la création de ce Tribunal que ce ne serait pas pour eux. Guantanamo peut rester ouvert. Milosévic est mort dans la prison du TPI, maladie de coeur non soignée. Son procès qu'il préparait avec exigence n'aura pas lieu...Qu'aurions nous pu entendre?

La Russie regagne pas à pas sa place politique en Europe. Elle confirme à quel point elle est en Europe et comme nos destins ont partie liée. L'Union européenne se perd, nous perd dans des orientations atlantistes catastrophiques, les américains eux-mêmes les remettent en cause, voir les primaires. Ne pas oublier non plus la responsabilité écrasante des dirigeants occidentaux dans l'état actuel du Moyen Orient, de l'Afrique. La guerre de conquêtes continue et le "terrorisme" a fait partie de la stratégie de réécriture du monde.Pendant ce temps, la menace russe est agitée en permanence.

Dans la période dangereuse, chaotique et quel autre adjectif encore où les Occidentaux, USA en tête et l'Europe aux petits pieds derrière ont joué les apprentis sorciers, envahissant, bombardant, rayant de la carte des pays entiers, nous récoltons.

Comme jamais, il est visible à quel point Europe et Russie sont un seul continent. A quel point les analyses, les interventions russes acquièrent une importance vitale pour rééquilibrer et trouver la voie vers la paix....Pour tous, Irakiens, Syriens, Libyens, Africains meurtris, mais aussi Parisiens, Bruxellois...etc, etc, et la lointaine Lahore.

Publié dans humeur

Commenter cet article