Débats passionnés sur les chaînes russes....

Publié le par Boyer Jakline

Les téléspectateurs seraient abasourdis de suivre débats et polémiques qui ne cessent sur les grands médias russes.

Contradictoires, sans concession. Très agités....

Aux antipodes de l'image rabougrie qui est donnée par la doxa occidentale, c'est une société en ébullition qui apparaît. De l'émission mensuelle " Envoyé spécial " sur Rossia 1 le mercredi soir, à "Dimanche soir ", sur RTR planéta, en passant par "Duel" le jeudi soir sur la même Planéta, les pro-politique-Poutine sont plus nombreux, mais pas seuls, loin de là. Qu'il s'agisse de l'Ukraine, du retour de la Crimée dans le giron russe, de la Syrie, de l'ingérence américaine et de l'Otan aux frontières russes... les opposants sont virulents: il y a le jeune politicien polonais, aux accents provocateurs, ou le journaliste américain, marié à une russe et installé à Moscou, qu'il s'agisse, désormais des" libéraux", du parti Yabloko, remettant en cause la politique économique et sociale du pouvoir, ou des députés de la Rada de Kiev, s'écharpant avec les représentants du Donbass ou de la Crimée: tous les arguments répétés à l'envi ici sont entendus et contestés: "annexion de la Crimée", " intervention russe en Ukraine ". "Les problèmes de la société russe, ce n'est pas Obama et l'OTAN , mais la bureaucratie, les services secrets et la corruption"...

.Ces débats contradictoires où les arguments des adversaires de la politique du Kremlin sont développés permettent de justifier les politiques menées..
Le dernier numéro d'"Envoyé spécial " était consacré à la guerre de l'information que la Russie estime menée à son encontre, constatant un pic dans celle ci, lié à ce qui est estimé une réaction aux succès internationaux des actions russes, diplomatie et militaire.

Quant à moi, citoyenne d'Europe, je m'inquiète du quadruplement du budget militaire de l'Otan en Europe pour nous " protéger" de la menace russe.

Quant à moi, citoyenne de France, d'Europe et du monde, je m'inquiète de ce sommet à Washington et du nouveau mantra " bombe sale", "Corée du Nord" etc, etc...

Que prépare-t-on? C'est ce que soulignait le débat dans l'émission citée: le fond sonore prépare toujours les opinions: à quoi ?

Sait-on que les USA et La Russie représentent 90% de l'arsenal nucléaire mondial, et que la Russie a refusé de participer au "sommet " de Washington? Je n'ai pas entendu UNE SEULE fois cette information sur nos chaînes, l'absence de la Russie à ce "sommet".

Je lis ici et là que 12% des russes ne croient pas à la " propagande" déversée par les médias de leur pays..Et je veux bien le croire. C'est à rapprocher des 75% des français qui ne font pas confiance à NOS médias.

Mon point de vue: le rôle joué par la Russie au plan international, contre le " terrorisme ", contre les politiques occidentales, agressives et dangereuses est incontestablement positif.... Que le capitalisme russe joue aussi sa carte, c'est tout aussi incontestable.

Mais nous en sommes là!

Moment incroyable de vérité lors de l'émission" Envoyé spécial", mercredi dernier, où un universitaire brillant, d'une génération soviétique, répond au représentant de Yabloko, parti libéral ( baisse des charges sociales pour les entreprises, citant Lénine: non au Capitalisme monopoliste d'état que mettrait en oeuvre Poutine...) ce dernier interpelle: " comment se fait il que les enfants des amis de Poutine soient tous banquiers?"

Notre universitaire: " Et les enfants de Bush ? La Russie est un pays capitaliste, et il semble que vous ne voulez pas entendre parler de socialisme..."

A l'heure où chez nous des voix de plus en plus nombreuses, dernière en date Chantal Mouffle écrit un essai sur " l'illusion du consensus " et plaide pour la pluralité des expressions seule capable d'ouvrir des alternatives, constater cela ne manque pas de sel

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article