Bordeaux-Yaroslavl.

Publié le par Boyer Jakline

Photo du bandeau-titre : travelask.ru

Mon blog aurait pu s'appeler ainsi, Bordeaux-Yaroslavl.

J'ai débarqué dans cette ville en 2010 pour un échange lycéen.
J'avais eu ma collègue au téléphone et nous avions de concert et très efficacement organisé ce premier échange: Bordeaux-Yaroslavl. Ces conversations téléphoniques, nombreuses, étaient mon premier contact avec cette ville.
Après un bref séjour à Moscou, Yaroslavl.

Besoin d'autres horizons. Voir la " vraie" vie russe, puisque tous les russes, moscovites compris, vous disent que Moscou ce n'est pas la Russie. Je ne crois pas à ce cliché, Moscou a une façon très russe de ne pas être la Russie. Moscou se distingue surtout par un niveau de vie nettement supérieur à celui de l'ensemble du pays.

Séjourner dans une ville normale de province me tentait depuis longtemps.

De plus, une série d'attentats venaient d'avoir lieu dans le métro et je ne me voyais pas avec 20 adolescents dans le métro moscovite...

Donc, Yaroslavl.

Qui n'est pas non plus une ville normale russe. Classée au patrimoine mondial de l'UNESCO, elle appartient à l'Anneau d'Or, cette succession de villes en anneau, petites dans l'ensemble, qui se trouvent dans un rayon de 80 à 200km de Moscou et la protègeaient de maintes incursions, venant de l'Est, Tatares, Mongols, ou de l'Ouest, Polonais, Suédois.

Yaroslavl se trouve au bord de la Volga, dans sa partie Nord. Volga-matouchka, comme on peut lire dans les contes russes. Ce fleuve me guide dans mon avancée sur le territoire russe . Je l'ai visitée jusqu'à Kazan, capitale du Tatarstan... Mais un grand chemin me reste encore à parcourir jusqu'au vaste delta.

Yaroslavl est une grande ville. Il y a une école, primaire-collège-lycée, à la russe, spécialisée dans l'enseignement du français, auquel s'est ajouté l'anglais, nouvelle Russie oblige.

J'y ai rencontré des collègues. De jeunes femmes trentenaires dynamiques, très accrochées à leur pays, en même temps que lucides. Très blessées du Russie-bashing occidental, très en colère à propos du " drame ukrainien ", et derrière leur président pour le rattachement de la Crimée à la Russie, " le retour de la Crimée " dit-on ici. Non pas ralliées à la politique du Président par " la propagande du pouvoir ", mais parce que l'Ukraine, indépendante depuis 1991, est leur soeur, leur cousine ( en russe: soeur au deuxième degré). Beaucoup de mariages entre russes et ukrainiens, non vécus comme mixtes. Dans l'histoire russe, l'Ukraine est ce fleuve généreux qui va jusqu'à Moscou. Pas difficile d'imaginer le traumatisme que constitue la situation actuelle.

Yaroslavl, comme bon nombre de villes russes ont accueilli sans débat et états d'âmes des centaines d'Ukrainiens.

Ces personnes sont devenues des amis. J'y vais quasiment tous les ans. Désormais, un pont s'établit entre Yaroslavl et Bordeaux.

Ils eurent comme député dans les années 90 un certain Boris Nemtsov.

Lors des dernières élections minicipales, ils ont élu un jeune maire, qui n'appartenait au tout puissant parti du Président. Très naturellement, Yaroslavl est à la pointe d'expérimentations démocratiques.

12 juin: Jour de la Russie. Voir mon article du 12 juin 2015.

Yaroslavl, au patrimoine mondial de l'Unesco !
Yaroslavl, au patrimoine mondial de l'Unesco !
Yaroslavl, au patrimoine mondial de l'Unesco !

Yaroslavl, au patrimoine mondial de l'Unesco !

Publié dans Voyages : vaste Russie

Commenter cet article