Pourquoi la Russie n'est pas l'URSS (2)

Publié le par Boyer Jakline

En vacances chez moi avec des amis russes, j'ai fait lire ce texte et expliqué l'intérêt qui m'apparaissait pour des lecteurs français.

Ces positions ont provoqué des réactions vives de la part de mon amie, trentenaire. " C'est, me dit-elle, le genre de texte que des éditorialistes en manque de gloire écrivent dans les journaux d'opposition. Ils sont sûrs ainsi d'avoir une écho à l'étranger."

Evidemment, c'est aussi pourquoi il me semble intéressant que chez nous, ceux qui cherchent des informations autres, la plupart de mes lecteurs, sachent que la société russe n'est pas le monolithe qu'on nous décrit.

Comme je l'indiquais en préambule du début du texte, elle n'a connu l'URSS que jusqu'à l'âge de 7 ans. Elle traduit aussi des fantasmes que j'ai rencontrés où des jeunes gens regrettent une société telle que leurs parents ou gds parents la racontent.

Et l'intérêt majeur, m'a-t-il semblé, c'est ce qui est dit sur la Russie actuelle. C'est cela qui alimente la " nostalgie ". Rappelons nous l'immense nostalgie des Allemands de l'ex RDA. Ils se sont libérés de la Stasi, mais à quel prix!

Là aussi, les discussions que nous avons eues sur la situation aujourd'hui, au plan économique et social, ne correspondent pas du tout à la vision d'apocalypse que l'on nous sert ici. Certes, il y a des difficultés. mais rien par rapport à ce qu'ils ont déjà enduré, de la pénurie des années 80 au chaos de référence pour tous, ou quasi, des années 90.

Et puis, toujours, cette situation de tension avec l'Otan et l'U.E qui favorise un soutien sans réserve et qui ne se dément pas au président.

Depuis, il y a eu le troisième attentat à Nice. Qui donne une couleur bien différente à la propagande sur " la menace russe ou Nord coréenne" ( déclaration de la nouvelle première ministre anglaise devant son Parlement). Le cap de l'U'E, enchaînée à l'OTAN, ne dévie pas!

Depuis, il y a aussi, moins lourde mais significative, la décision du TRIBUNAL Administratif Sportif de Lausanne d'interdire les J.O de Rio aux athlètes russes pour cause de dopage. Je publierai la déclaration du ministre des sports...

Suite de la traduction :

Ces derniers temps, tout ce qui a trait à l'époque soviétique est reçu sans critique.

C'est « l'effet boomerang ».
Rappelons nous les années 90 et comment 24h sur 24, 7 jours sur 7 nos médias n'en avaient que pour les crimes du communisme, la mentalité d'esclave de l'homo soviéticus et la supériorité de l'homme occidental. ( de la même façon qu'on avait enseigné aux esclaves que l'homme noir ne peut vivre sans la surveillance de l'homme blanc). ....Le régime soviétique était comparé au régime nazi et les péchés que l'on pardonnait aux autres empires, anglais ou américains, étaient là rédhibitoires h. Et entendre ça tous les jours sur ton pays et ton propre passé est, disons, peu agréable. Finalement, trop c'est trop, et l'effet recherché s'est transformé en son contraire. Aujourd'hui la moindre propagande antisoviétique provoque une réaction violente de rejet.

Telle est la loi : le Goulag, " ses millions et millions de victimes", un pays divisé en mouchards et victimes de répression, tout cela a volé en éclats et s'est transformé en son contraire. Toute évocation des répressions provoque grincement de dents. Ceux qui, dans les années 90, se délectaient du moindre mot de propagande antisovietique , sont aujourd'hui les admirateurs de rediffusions d'émissions TV soviétiques sur le mode hourra patriotique.

( La même chose avait pu être observée dans les années 80 : un regard romantique sur le régime tsariste et l'église orthodoxe).

Et puis, viendra un temps de nouveau boomerang et la simple évocation de l'URSS sera déplaisante. Les statues seront déboulonnées, on jettera drapeaux et portraits, musique et films seront mis au placard, les tanks seront démontés, les noms des héros soviétiques effacés, pour la X ieme fois l'histoire sera réécrite. Mais, une fois de plus, cela n'aura rien à voir avec le socialisme ou l'URSS.

Publié dans vaste Russie

Commenter cet article