Élections : quoi de neuf ?

Publié le par Boyer Jakline

Bureau de vote au moment du dépouillement. Photo Sputnik.

Bureau de vote au moment du dépouillement. Photo Sputnik.

Avec un taux de participation de 47,8℅. ( Moscou :20, St Pétersbourg 16℅) le premier vainqueur serait le camp de l'abstention" apathie démocratique" comme la designe un commentateur aguerri, journaliste de MK, soulignant une attitude nocive pour la démocratie.

Russie unie, fondé par Vladimir Poutine, dont le président est Dmitri Medvedev, premier ministre, obtient la majorité absolue, 54℅ et, grâce à un mode de scrutin modifié, plus de 300 sièges sur les 450 à pourvoir.

3 autres partis, comme dans la Douma sortante, seront représentés. À peu près à égalité, autour de 14℅, le Parti communiste, KPRF, et l'extrême droite, LDPR. " Russie juste" obtient autour de 8℅.

Plus de 3000​ irrégularités ont été observées. " Elles seront toutes prises en compte et analysées" promet Ella Panfilova, présidente de la Commission électorale.

Avec la majorité absolue, pas besoin du 49.3 pour faire passer les lois!

J'ai dû m'y reprendre à plusieurs fois pour faire comprendre à une amie russe ce qu'était le 49.3, cette invention diabolique au " pays des droits de l'homme".

" Cela traduit un besoin de stabilité dans la situation que nous connaissons " Vladimir Poutine.

Reste que les Russes qui viennent d'inaugurer, depuis 25 ans un système de représentatif, multipartite boudent autant les urnes que nos concitoyens.

Dans son analyse pointue du résultat, Alexandre Minkine, déjà cité, souligne la très grande différence avec la situation de 2011. Si fraudes il y a eu dans certaines villes, ce ne sont pas elles, estime-t-il, qui ont assuré la victoire. Il note l'extrême modernisation du parti présidentiel, cadres renouvelés à tous les niveaux, dans la perspective de la présidentielle de 2018, tandis que les deux autres partis " historiques" rabâchent les mêmes antiennes, sans voir ce qui a profondément changé dans le pays et quels comportements cela induit chez les citoyens..

En guise de conclusion :

Les sondeurs et analystes s'étaient peu trompés.

Ce qui pose un problème : quand les résultats d'une élection sont conformes aux prévisions, quelle est la part scientifique et la part auto réalisatrice ?

Cela vaut pour Moscou, mais pour Bordeaux, également....

Publié dans Politique

Commenter cet article