Vers les élections législatives....

Publié le par Boyer Jakline

Le 18 septembre prochain, les citoyens sont invités à renouveler la Douma fédérale.

Plus de 111 millions d'électeurs sont appelés à ce vote.

Elus pour 5 ans, ces nouveaux députés voteront le budget et en assureront la mise en oeuvre. C'est comme ça qu'est expliqué le changement de date : de décembre à septembre.

La Russie, vue à travers nos médias de désinformation, c'est un homme mystère dangereux, des sportifs drogués, de temps en temps un opposant politique assassiné ou un homosexuel matraqué.

Or, il y a des millions de personnes, diverses, aux prises avec une réalité sociale pas toujours simple, une vision du monde et des divergences d'appréciations. Seul terrain où un fort consensus demeure : la politique étrangère.

J'entends comme vous la belle fable qu'on nous raconte sur les présidences d'Obama. Homme brillant, décontracté, ouvert. Et c'est le même mensonge inversé que sur Poutine.

Heureusement, il est des éditorialistes américains qui font le vrai bilan de la politique internationale du président américain. Et là, on est loin du conte de fées.

Mais revenons à la Russie...

L'intérêt des citoyens pour ces élections est de moyen à très moyen....

La date d'abord, le 18 septembre, est souvent un des derniers week end à la datcha. Quoi de plus important que ça : faire des conserves, de baies, de champignons. Derniers beaux jours. balades en forêts.
Mais surtout derrière ce désintérêt, il y a le manque de confiance en un scrutin qui changera peu la donne.

Tous les sondages indiquent que 50% des électeurs prévoient de se déplacer. Ils étaient 57% le mois dernier. Grand sujet de défiance : les élections seront-elles honnêtes ? Le président dont la côte de popularité ne faiblit pas , + de 82%, s'y est engagé .

C'est un défi pour lui, interpellé à ce sujet par Ziouganov, PC.

La côte du parti du président, " Russie Unie" est en baisse et celle de son président avec elle. Dmitrii Medvedev est en dessous des 50% d'opinions positives.

" Russie Unie " compte sur le président pour assurer un résultat honorable....
La côte de popularité des partis politiques en règle générale est en baisse.

" Contre tous ", c'était une possibilité donnée aux électeurs : voter " contre tous ".
Or, le bulletin portant cette mention a été supprimé. Il a été rétabli pour les élections locales. De nombreux électeurs le regrettent et s'abstiennent !

Les intentions de vote elles aussi évoluent : Russie Unie passe de 39% à 31%.
Le deuxième parti reste le parti communiste, avec 15% des voix et le parti d'extrême droite est lui juste derrière avec 14%. A noter qu'il y a deux partis communistes: le KPRF, l'officiel, à 15% et le parti des communistes russes, qui reproche au premier d'être trop compromis dans le système. Il récolte peu de suffrages...

Les difficultés économiques et sociales qui s'accumulent pèsent lourdement sur le scrutin. La confiance dans le gouvernement est toujours plus défaillante. Prix en hausse, accès à la santé onéreux ou/et impossible. Niveau des retraites misérable. Or, c'est dans cet éléctorat que la motivation citoyenne est la plus forte. Le bilan de la Douma sortante est jugé négativement. Sur les grands dosssiers économiques et sociaux peu de mesure jugées posistives et populaires, c'est à dire allant dans le sens d'une amélioration de la vie des citoyens.

Trop de soutien aux riches et....aux corrompus....La lutte contre la corruption à tous les étages de l'organisation fédérale, régionale et locale a été désignée comme prioritaire..Mais les habitudes sont tenaces !

Les journaux s'étonnent ces derniers jours du peu de mobilisation médiatique et politique autour des élections. Les débats à la TV sont programmés à une heure peu favorable à une écoute de masse ( 18h)

A noter également que plus de 60% des citoyens considèrent qu'il y a une opposition dans le pays et qu'elle est nécessaire. L'opposition insttutionnelle est identifiée à Ziouganov, PC, et Jirinovski, extrême droite.
L'opposition non institutionnelle doit se rendre plus repérable, pensent-ils. De Khodorovski à Navalny en passant par Yavlinski du parti Yabloko, né dans les années 90 et toujours là. Parti libéral à l'occidentale...Or Russie Unie occupe déjà bien ce terrain ...

D'autres partis ont du mal à trouver leur place. Qu'il s'agisse des Verts, 1% , du parti Russie Juste 1% et d'autres encore qui ont fait leur apparition.

19% de la population est favorable à une plaque commémorative à Boris Nemtsov sur le lieu de son assassinat, 37% des moscovites. La mairie de Moscou a refusé cette initiative.

Publié dans Politique

Commenter cet article