Des nouvelles de la Russie, retour sur un séjour : la Syrie (2)

Publié le par Boyer Jakline

Se retrouver en Russie c'est souvent un dépaysement total. Quand j'ai créé ce blog, je précisais que " le regard des Russes sur le monde tel qu'il change est indispensable ".

Là, les différences d'analyses et de gestes politiques sont au delà de ce que je pouvais imaginer... L'Ukraine d'abord, et maintenant la Syrie.

Revenir de Russie, c'est revenir d'ailleurs!

Le temps que je publie le dernier texte et l'hésitation du président français à recevoir le président russe, qu'il avait invité, s'est transformé en " annulation " de sa visiste par Vladimir Poutine. " Report " souligne le Kremlin. " Quand le président Hollande sera prêt " ajoute Vladimir Poutine.

Le 12 octobre, le premier ministre français fait la leçon au président russe devant l'Assemblée Nationale.

Je mets en lien la déclaration du Poutine au Forum de l'investissement à Moscou. Pourquoi la Russie a opposé son veto à la résolution française à l'ONU.

Hier le 12, TF1 est allé réalisé une interview du president russe, quelque part dans la province de Vladimir... 

Voilà qui redore le blason de nos médias, car jusque là rien ne filtre de la position russe sur cette guerre, où ils sont accusés de tous les maux.

Vous pouvez la retrouver sur le site de la chaîne ou sur facebook.

Nous sommes quand même un certain nombre, en Occident, à nous interroger sur ce qui nous est raconté .

Les occidentaux n'ont ils pas  été capables de rayer de la carte la Yougoslavie, de " ramener à l'âge de pierre " l'Irak, comme l'avait promis G.W Bush, de réduire la Libye à zéro, avec les conséquences pour le déploiement de l'Etat Islamique dans toute la région et l'Afrique. Sans la Russie.

En Syrie, cette guerre a commencé il y a 6 ans et  non depuis septembre 2015, avec l'entrée en lice de la Russie. Pour la Russie, il est question de permettre à l'état syrien de continuer à exister, contrairement aux états irakien ou libyen.

( Notez ce que dit la journaliste anglais: à propos des syriens qui sont là-bas.)

La manipulation des opinions via des images d'enfants d'Alep atteint des proportions ignobles. 

 Le nombre de ces images et vidéos qui circulent sur facebook est impressionnant et ça marche.

Où sont les enfants du Yémen, qui meurent sous les bombes françaises vendues à l'Arabie Saoudite ?

Où sont les enfants afghans, où à nouveau se multiplient les attentats terroristes ?

En Syrie où la guerre fait rage, tout tourne entre la définition des groupes terroristes. 

Dans ces conditions de " guerre de l'information " que dénonce la Russie, l'apparition bientôt en France de Russia Today en français donne déjà des frissons à France Info... " La propagande russe arrive..."

Le pluralisme des opinions devrait y gagner puisque, décidément, nos très nombreux journaux, magazines sont incapables de l'assurer. Et le gouvernement français n'est pas le dernier.

Serguéï Lavrov a été invité sur CNN pour une longue interview....

A quand l'équivalent chez nous où l'accusé ( la Russie) n'a que très rarement le droit à la parole ? ( Merci TF1).

Deux remarques pour finir :

D'après un sondage Lévada de fin septembre , seulement 11% des sondés sont préoccupés par la situation dans le Donbass ou la guerre en Syrie, tandis que le niveau de confiance au président est toujours de 80%.

Plus globalement une nouvelle analyse est développée par la porte-parole du MID, Maria Zakharova ou par tous les spécialistes du Moyen Orient :

- l'établishment américain voit dans cette situation une nouvelle guerre froide : évidemment, note-t-elle," ce sont les mêmes hommes qu'il y a 40 ans... venus à la politique avec la guerre froide. " Chez nous tout a beaucoup changé ".

Ou bien encore: " après 1991, nous avons quitté le front de la guerre froide, eux non ". Puis, plus largement, estiment-ils, il s'agit là de la fin du monde " unipolaire".

Désormais, aux côtés de la Russie, il y a la Chine, l'Inde qui ne sont pas prêtes à accepter le leadership, mortel, américain.

La Chine vient de déclarer que la sécurité de la Russie était mise en cause par les nouvelles installations de  l'OTAN  en Europe orientale.

Publié dans humeur

Commenter cet article