Des nouvelles de Russie, retour sur un séjour : performance au Conservatoire Tchaïkovskii (3)

Publié le par Boyer Jakline

7 octobre, Conservatoire, Moscou." Un génie du cinéma et un génie de la musique "

7 octobre, Conservatoire, Moscou." Un génie du cinéma et un génie de la musique "

C'est une " performance" dit l'amie qui m'invite.

Le Conservatoire de Moscou est une salle sobre, à l'acoustique impeccable, qui fait rêver!

Piotr Illiitch est assis,songeur dans son fauteuil de marbre, nous accueille devant l'édifice sur la belle rue Bolchaya Nikitskaya, en plein coeur de la capitale à deux pas du Kremlin.

Le bâtiment de l'agence TASS est à l'entrée, dès qu'on quitte les vieux boulevards. De nombreux cafés restaurants très branchés sont plein de clients. dans le centre de Moscou, la crise, connais pas ! Il fait nuit, il est 18h. Il bruine.

Ce concert unique, donc:

il s'agit de voir le film d'Eisenstein "Alexandre Nevski " de 1938, projeté sur un écran derrière l'orchestre. Toute la partie musicale sera en direct. Orchestre, choeurs sont sur la scène.Combien sont ils, tous très jeunes, 100? 120? Viendra un moment une mezzo-soprano, très jeune, elle aussi.

Le résultat est stupéfiant.Le public est nombreux. Beaucoup n'ont jamais vu le film.

Un présentateur raconte l'histoire de sa création: comment Prokofiev a recomposé sa musique, après avoir vu les premiers rush et comment Eisentein a repris certains cadres, après avoir entendu la proposition de Prokofiev. Le film est une commande de Staline. Tourné en 4 mois d'été à Mosfilm.... Il faut avoir vu le film pour apprécier la performance technique. Staline a approuvé le résultat et 800 copies seront faites et diffusées dans tout le pays . "On allait voir ce film, comme on allait à une manifestation officielle, des cortèges entiers ", précise le présentateur. Le film sera interdit après la signature du pacte germano-soviétique. Ici on dit plutôt " Molotov-Ribbentrop "

" Pour ne pas donner une mauvaise image des allemands " . Mais dès le début de la guerre, il sera à nouveau diffusé.

Ce film s'achève par un texte,écrit noir sur blanc en lettres énormes : " celui qui entrera sur la terre russe avec le glaive, mourra par le glaive. La terre russe ne périra pas ". Longue volée d'appaudissements, distributions de fleurs aux interprètes : geste russe qui ne déroge pas à la coutume.

Je lis le message du film en pensant au contexte géopolitique tendu. Mais il semble que je sois la seule à y voir un message subliminal. Pour le public, mélomane, venu souvent en famille avec de jeunes enfants, cela semble une évidence.

Publié dans la vie comme elle va

Commenter cet article