Elections US vues de ....Donetsk, université technique, et de Moscou.

Publié le par Boyer Jakline

 

Ours en famille en Carélie...Le numéro de novembre de Sans Frontières offre des analyses décalées, par rapport à ce que l'on entend ici.

Pas de panique en Russie à l'élection de D.Trump.

Au contraire, car les russes furent très attentifs à la volonté réitérée de la part du candidat Trump de réviser les relations avec la Russie.
Ils se prennent à espérer des relations différentes avec l'Europe, la fin des sanctions, moins d'OTAN etc, etc.... Ce qui devrait nous réjouir aussi, car toute cette tension guerrière se passe ici en Europe. ( Je n'oublie pas la guerre monstrueuse en Orient, déclenchée tout de même par l'intervention US en Irak)
La TV russe multiplie les débats, dans l'équivalent de " C'est dans l'air ", tous les soirs, entre 19h et 20h.

De nombreux intervenants spécialistes russes de la politique étrangère, du Moyen Orient, des USA. Toujours des intervenants américains, ou correspondants de presse à Moscou, ou interrogés en direct des Etats Unis. " La tournée actuelle d 'Obama en Europe n'a-t-elle pas pour but de prolonger les sanctions ?" " La politique qui s'annonce plutôt positive à l'égard de la Russie ne sera-t-elle pas l'objet d'un deal : moins de relations russo-chinoises ?", entre autres...

Revient sans cesse la manipulation des médias occidentaux sur ce que font les Russes en Syrie, et en général. ( L'attitude du FBI à l'égard des diplomates russes en poste aux USA pendant le déroulement des élections: inimaginable !).

Ils précisent que l'on peut suivre sur le site du Ministère de la Défense russe, online, ce qui se passe à Alep. Que depuis 28 jours, ni les forces gouvernementales, ni la Russie n'ont bombardé Alep. Ce site serait consulté par les journalistes occidentaux.

Sait-on que la Chine est aussi présente sur le " terrain des opérations " en Syrie?

Quant à la " surprise" des commentateurs, sondeurs, et éditorialistes occidentaux à la victoire de Trump, ils l'analysent ainsi: ils ont cru à leurs propres fables. La seule façon de ne pas être surpris, c'est d'être dans l'objectivité des faits, qu'ils vous plaisent ou non.

Les Russes entendent aussi ce que dit D.Trump sur la Syrie, ne faisant plus de l'élimination de Bachar el Assad l'objectif numéro 1, mais prêt à envisager une réelle collaboration avec la Russie dans la lutte contre le terrorisme.
Ils savent que les changements de cap sont difficiles à négocier. Mais se disent " prêts à faire leur part du chemin", tout en soulignant que la dégradation des relations russo-américaines n'est pas de leur fait. 

 Il n'a pas non plus le même regard sur la Crimée : autre façon d'envisager la situation ukrainienne ....

Bref, pour les mêmes causes provoquant la panique des milieux dirigeants européens, la Russie a bien accueilli l'élection du nouveau président.

Dans le nouveau numéro de Sans frontières, les analyses présentées sur les élections américaines sont proches des analyses russes.

Comme d'habitude, beaucoup d'analystes français ou franco-russes.


Je profite de ce moment pour vous signaler que Jacques Sapir vient d'être élu à l'Académie des Sciences de Russie. Il enseigne en partie en Russie. Félicitations à lui !

Vu de là-bas, décidément,  le monde n'est pas pareil...

 

Parmi tous ces articles, il en est un, " Déraillement apocalytique de l'Occident antichrétien ", dont je ne partage pas les tenants et les aboutissants qui traduit une vision du devenir de l'Europe  présente aussi en Russie, dans les milieux orthodoxes Il est signé Françoise Compoint, une agrégée de philosophie, jeune intellectuelle française, dont vous pouvez regarder le parcours dans le numéro même. Des positions à la De Villiers.


Et bonne lecture, car, comme me le disait un lecteur attentif de Sans Frontières, c'est comme le Monde Diplomatique...Copieux!

Commenter cet article