La Russie dans les livres (2) : L'Occident vu de Russie.

Publié le par Boyer Jakline

La  nouvelle Russie  est-elle de droite ou de gauche ? Cet ouvrage fera l'objet d'un troisième article.


Je vais m'attarder là sur " l'Occident vu de Russie " publié par l'Institut d'études Slaves, maison d'édition des " russistes " et autres " russisants", dont je fais partie.

 

Cet ouvrage, académique, immense somme de recherches et compilation, n'échappe cependant pas à l'analyse produite par Guy Mettan. Voir le précédent article. Son sous titre pointe le nez : Anthologie de la pensée russe de Karamzine à Poutine. Karamzine, 1766-1826, est un très grand écrivain, historien russe. Poutine ne se présente plus, véritable repoussoir de l'élite occidentale et objet permanent de diabolisation.

Il y a donc là un changement de plan nécessairement pas fortuit. C'est un très copieux ouvrage,  plus de 700 pages, de référence, que j'ai donc acquis. Je suis allée voir comment était traitée la partie contemporaine. On y retrouve tous les partis pris actuels : les citations pour l'essentiel issues des opposants au pouvoir actuel. Comme le souligne Guy Mettan de façon espiègle : " on nous explique pourquoi 18% de la population ne soutient pas le pouvoir. J'aimerais qu'on interroge les 82% sur les raisons de leur soutien." Ce n'est pas la citation exacte, mais c'est l'idée.

C'est la vaste mystification en cours. Le regard historique donne des pistes de réflexion.

Dans son introduction, Georges Nivat, un des très grand spécialiste de la Russie, indique :

 ...." Et toujours le même pugilat entre " despotisme éclairé encensé " par Voltaire et prédilection à l'esclavage dénoncée par Rousseau. Le combat continue, il fait même rage .

Il en va de même pour le côté russe, l'autre miroir du dyptique. Biffez la date, modifiez trois mots et la déclaration de mépris, de haine ou d'apitoiement pour l'Europe, ce grand cimetière, glisse d'une époque à l'autre, et vient s'afficher tout droit sur nore écran d'ordinateur. L'étonnement passé, il y a là matière à réflexions renouvelées."

Fin de citation. 

Sauf que dans le dernier chapitre, " Maison européenne ou Eurasie ", la réflexion n'est pas vraiment renouvelée... comme je le dis plus haut,

Au passage, je rappelle que la " Maison commune européenne " fut proposée par Gorbatchev à l'Europe, qui n'en fit aucun cas, tout à son bonheur de sa victoire sur l'ennemi soviétique. C'est comme ça que fut analysée la fin, la chute fracassante de l'URSS

 

Je me souviens de mon ébahissement au début des années 90 en Russie lorsque j'entendais, ressuscités, les débats du XIXe siècle en Russie, entre Slavophiles, les eurasiatiques d'aujourd'hui, et les Occidentalistes.

25 ans après où en sommes nous ?

Je livre cet ouvrage à votre réflexion.

Publié dans société

Commenter cet article

Niqueux 26/04/2017 22:09

D’emblée, il faut souligner et saluer l’exceptionnelle richesse de cette Anthologie de la pensée russe [...] Tout se présente avec jugement, sensibilité, pénétration, équilibre, respect de la parole des uns et des autres, en un bain de démocratie.
Christian Mouze, En attendant Nadeau, n° 25, 1er février 2017

Boyer Jakline 27/04/2017 07:43

Merci de votre mot. Je suis très attentive à tout ce qui permet de donner une vision plus complexe et, ma foi, plus vraie de ce grand et beau pays.