Les valeurs traditionnelles (2)

Publié le par Boyer Jakline

Le débat prend de l'ampleur le 24 octobre, Konstantine Raïkine, directeur d'un grand théâtre de Moscou, le Satyricon, et dirigeant du comité des directeurs de théâtres pousse un grand " coup de gueule" sur le retour de la censure et d'un certain ordre moral.
L'interdiction de la censure est un grand progrès de notre société, dit-il en substance, et les interventions, soit de l'Etat, soit d'organisations para militaires ou religieuses, pour interdire certains spectacles ou performances culturelles sont inadmissibles; Il a cette formule choc : " voulons nous retourner dans la cage ?"

L'art a un rôle décisif pour entendre la société et la secouer...dit-il en substance. Si telle oeuvre vous dérange, rien ne vous oblige à la voir....

Outre ses qualités de créateur Raïkine porte un nom célébrissime en Russie et URSS. Son père était un humoriste-moraliste, cité à tout bout de champ, entre Raymond Devos et Guy Bedos.

Le fils a encore deux phrases choc, citant Dostoïevskii qui croyait au goût pour la servitude des Russes " privez nous de nos tutelles, et nous supplierons de nous les rendre ". A -t-il à ce point anticipé ce que nous serions?- crie Raïkine en colère.

Il fustige le rôle négatif de l'église, citant cette fois Tolstoï: " il ne faut pas réunir le pouvoir et l'église, sinon elle se mettra au service du pouvoir et ne servira pas Dieu " . Je rappelle que Tolstoï fut excommunié à la fin de sa vie.

L'affaire avait commencé l'année dernière quand un spectacle avait été interdit à Omsk, Sibérie,  sur intervention de la hiérarchie de l'église locale. Ce responsable ecclésiastique a été remplacé.

Puis, il y a eu fin septembre la fermeture de l'exposition de photos dont j'ai déjà parlé suite à l'intervention " des officiers de Russie", association qui s'est créée pour assurer un certain ordre moral....Pas plus officier que pape... Ce qui a choqué dans cette histoire c'est le laisser-faire de la police.

La toute puissante Eglise Orthodoxe Russe demande l'interdiction du spectacle ' Jésus Christ super star ",opéra rock américain, recréé en Russie dans les années 80. Il blesserait le sentiment religieux de certains.... A noter que pendant la période soviétique il fut interdit car " propagande religieuse ".
Le spectacle est toujours à l'affiche à Moscou et en province.

 

C'est là que le débat s'engage.

Vladimir Pozner prend publiquement position pour soutenir les propos de K. Raïkine.
Ce débat est suffisamment important pour que Dmitrii Peskov, porte parole du Kremlin, s'en mêle.
Pas question de retour à la censure, dit-il. Par contre quand l'Etat finance, il est normal qu'il ait un droit de regard sur les contenus.....Que penser de cette vision ?

Il y a eu aussi la nomination dans le nouveau gouvernement de deux femmes ministres, l'une aux Droits de l'enfant, Anna Kouznetsova, 34 ans, épouse d'un prêtre,  mère de six enfants, qui veut promouvoir, entre autres, une loi anti avortement.

La toute puissante église orthodoxe russe demande l'interdiction totale de l'avortement et de désigner comme "ennemi de la patrie" celles qui le pratiqueraient. Le Parlement a adopté une limitation partielle de l'avortement.

La nouvelle ministre de la santé, Véronika Skvortsova, se prononce contre cette interdiction, qui encouragerait les avortements clandestins, avec tous les risques induits.

Dernier épisode, le traitement d'un prisonnier politique dans une colonie pénitentiaire. Il aurait subi des tortures physiques. L' enquête est en cours et  le directeur suspendu.

 Vladimir Poutine suit le dossier personnellement.

 La société réagit. Des pétitions circulent sur les différents sujets. Voir dans mon article sur les valeurs traditionnelles (1), où il est indiqué que 72% de la population est contre l' interdiction de l'IVG.

C'est en cela que la période ne ressemble pas aux terribles années trente.

Enfin, pour ceux qui s'inquièteraient de l'ordre moral en Russie, je rappelle que nous avons la Manif pour tous et autres Christine Boutin, que toute l'Europe est traversée par ces courants conservateurs et rétrogrades.

La toute récente élection de Donald Trump le confirme. ( Je reviendrai sur les réactions russes à cette élection).

Comment la Russie pourrait-elle y échapper, à moins de lui reconnaître une responsabilité progressiste messianique ?

C'est vrai que la Russie " officielle" se verrait bien en " gardienne du temple " des valeurs  traditionnelles". 

Savoir que cela ne fait pas consensus me semble important.

Je vous renvoie à ce que disait Andréï Makine chez Elisabeth Quin, 28', que j'ai publié sur mon blog début octobre. 

 

Lévada-Tsentr continue son travail. Je reçois leur lettre hebdo à laquelle je suis abonnée. Ceux qui ont annoncé ses démêlés avec le pouvoir se taisent. Idem pour les difficultés d'Amnesty international que les officiels russes minimisent...à suivre, donc!

Quelques éléments de réflexion !

Les catholiques intégristes se mobilisent contre "Golgota Picnic"

Publié dans société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :