Cela va mieux en le disant.....

Publié le par Boyer Jakline

Petit rappel en vrac que me suggère une conversation avec une amie lectrice attentive du blog.

Sur la Crimée et l'Ukraine.

En 1991, lors du vote pour son indépendance de l'Ukraine, les habitants de la Crimée ont été consultés :voulaient ils être  russes ou devenir Ukrainiens, tous étaient jusque là soviétiques? À une écrasante majorité, ils dirent vouloir être russes. Ce résultat dérangeant fut mis au placard. Comme c'est devenu une pratique répandue....dans la démocratique Europe, de la France( 2005) à la Grèce ( 2015), en passant par l'Irlande....

Bref, comme disait l'ami Bertold Brecht, voici venu le temps de dissoudre le peuple, quand il ne comprend pas. 

La Russie a  reconnu immédiatement le nouvel état indépendant ukrainien. (Juillet 1991)

Qui peut penser que la Russie à intérêt à un pourrissement de la situation en Ukraine, sur sa frontière la plus significative, où vivent des populations très proches culturellement, historiquement et économiquement ? Or, certains, de l'U.E à Washington, le pensent....

Et, bien sûr, RIEN chez nous sur les groupes néo nazis très actifs en Ukraine, sur lesquels s'est appuyé et s'appuie le pouvoir de Piotr Porochenko. C'est le seul gouvernement qui s'est réjoui de l'assassinat de l'ambassadeur russe à Ankara... L'émoi arrive un peu à l'Union Européenne quand une politique très rétrograde se déploie dans la Pologne new look.... Or, tout est très poreux entre la Pologne et l'Ukraine, géographiquement et historiquement.... Mais qui s'en soucie ...

Sur le pluralisme dans les médias russes :

Lors de débats quotidiens sur les grandes chaînes TV russes il y a régulièrement deux journalistes, ou experts occidentaux ( sur 6 personnes présentes ) : polonais, américain, anglais, portant sur le plateau la contradiction aux analyses russes. Un journaliste américain parlant remarquablement le russe est associé en direct de Washington. Il est juste dans ses propos, pas hostile ni complaisant.

Il y a souvent un protagoniste israélien...mais il est, lui, plus pro-russe que les russes.

Quand le débat porte sur l'Ukraine, sont présents sur le plateau des députés ou journalistes proches du pouvoir ukrainien, des élus du Donbass.

Voilà bien longtemps que cela n'existe plus dans nos médias les plus populaires.

Hier, 20 décembre, France Culture avait posé ses micros à Moscou. Belle initiative !

" La grande table" , dont je suis une auditrice fidèle, a donné la parole, en direct de Moscou, à des créateurs, poètes, sociologues. Il ressortait de ce qui se disait le caractère ouvert de la société russe, en mutation, confrontée aux mêmes types de problèmes sociaux économiques que les pays européens, mais les affrontant différemment. 

De ces propos, il n'est pas ressorti un seul cliché dont nous sommes abreuvés dès qu'il est question de ce pays. Merci à Olivia Gesbert.

J'y retrouvais ce sentiment que j'ai d'une société qui a une longueur d'avance sur la nôtre. Où la chape de plomb de la pensée unique pèse nettement moins.... 

Les logiciels de nos élites ne sont pas à jour.

Mais pour quel pays le sont ils? Incompréhension du vote anglais, Brexit, du vote américain, Trump, et même en France où le duel annoncé pour les présidentiells, remake de 2012, Sarkozy-Hollande est non grata avant même le vote.... La réalité est têtue...

Sur le terrorisme:

La Russie est confrontée à une recrudescence des tentatives qui sont prévenues. La différence avec ce qui se passe chez nous tient au fait que sont montrées les personnes arrêtées. Nous, nous sommes tenues de croire sur parole les déclarations officielles " nous avons empêché X attentats" Point à la ligne. Rien devant les tribunaux....

Je ne m'étendrai pas sur le lynchage médiatique dont fait l'objet ici la Russie et son président à propos de la Syrie et d'Alep. Et tous ceux qui, en France, refusent de croire à la ligne générale, pour reprendre le titre d'un film soviétique des années 20 sur la Révolution en cours alors....

Qui suscite l'incompréhension totale des Russes. 

Mais quelques précisions tout de même.
Je donnerai à penser en rappelant la position russe: empêcher un scénario libyen. Maintenir autant que possible l'état syrien.

La Russie, intervenue directement depuis fin septembre 2015, intervention qu'elle a annoncée à la tribune de l'ONU, a bousculé le scénario.  C'est sur la nature du scénario  qu'il y a divergences...Cette guerre durait depuis 2011. Les Russes ont proposé une collaboration avec les occidentaux, en vain. Ils reprochent l'armement en continu des "rebelles" par la coalition occidentale.
Leur point de vue vient d'être réaffirmé : " nous avons respecté notre ligne: séparer les opposants au pouvoir des djihadistes " dit le porte parole du MInistère de la Défense russe.
Il évalue à 10.000 le nombres de djihadistes venus de la Fédération de Russie.
Pour les Russes, Alep est libérée. Ici, Alep est tombée!

Je rappelle aussi que Raqqa, capitale provisoire de l'Etat Islamique en Syrie, est à 800 km des frontières de la Fédération de Russie, la distance Toulouse-Lille.

Et, bien sûr, l'assassinat de l'Ambassadeur russe à Ankara par un membre de la police turque est un événement lourd de signification. " Provocation " dit le Président russe, " pour gêner les discussions prévues entre l'Iran la Turquie et la Russie " pour un réglement durable de la situation en Syrie.

Une rencontre était programmée hier, à Moscou. Elle s'est tenue.
Moscou a déjà pris l'initiative de rencontres entre les opposants à Bachar el Assad et les représentants du pouvoir.

L'hystérie la plus totale est de mise chez nous sur toutes ces questions. 
Là aussi, la réalité s'imposera. Finira par s'imposer. Et imposer des révisions déchirantes.
Se souvenir tout de même que Bachar el Assad était très " fréquentable " jusqu'en 2008. Les capitales européennes le recevaient en grandes pompes.... Comme Kadhafi ? L'intervention russe lui a évité un tel destin ? 

A suivre. Evidemment, je ne dirai rien de la bataille de Mossoul où les civils sont tués par des bombes propres occidentales, lors de bavures!

 

 

Demain, 22 décembre, c'est la grande conférence de presse annuelle de Vladimir Poutine. Les journalistes étrangers y sont de plus en plus nombreux.

Echos dans nos médias ? A suivre ...

Andréï Karlov, ambassadeur assassiné: " je n'aime pas quand on tire dans le dos "....

Andréï Karlov, ambassadeur assassiné: " je n'aime pas quand on tire dans le dos "....

Publié dans humeur

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article