1917-2017 : " 9 janvier 1905 " le dimanche sanglant à St-Pétersbourg.

Publié le par Boyer Jakline

En cette année du centenaire de la Révolution d'Octobre, évoquer le "dimanche rouge" me semble opportun.

Petite remarque: le 9 janvier de l'Ancien régime est le 22 janvier actuel, changement de calendrier oblige. L'église orthodoxe russe marche toujours au calendrier julien, 2 semaines d'écart.

L'année 1917 ne fut pas un coup de tonnerre dans un ciel serein.  La Restauration des années 90 a sanctifié la famille impériale, assassinée.
Mais ce pouvoir ne faisait pas dans la dentelle.  Avant Octobre 17, il y en eut des épisodes de conflits plus ou moins durs entre les ouvriers en colère et l'armée de répression du tsar NIcolas II.
Le plus tristement célèbre est le dimanche rouge, dit-on en français, alors qu'en russe, beaucoup plus explicite, il s'agit du dimanche sanglant. Rouge, donc, du sang des manifestants, sauvagement réprimés par la police montée tsariste.
 

Le nombre officiel des morts, 130, ne correspond pas à la réalité beaucoup plus terrible au point d'inscrire cette date dans le processus révolutionnaire. Il est question de 2000 morts, les archives de la police évoque peut-être même le double ! L'ambassade d'Angleterre, aux premières loges, put témoigner. Un immense cri secoua tout le pays qui multiplia les grèves, secoua aussi  la planète toute entière.

L'objectif était de prolonger une suite de grèves dont les revendications n'avaient pas été satisfaites en apportant une pétition au Tsar. A la tête du cortège le prêtre Gapone sans doute un indicateur de la police secrète. Après cette journée terrible, il partit à l'étranger. De retour au pays, il fut pendu par les S.R, Socialistes Révolutionnaires.

Quand la foule, parmi laquelle de nombreuses femmes et enfants, s'approche du palais impérial, le Palais d'Hiver, aujourd'hui le Musée de l'Ermitage, la police "disperse " et tire .

La région de St-Pétersbourg concentrait de grandes usines et manufactures. Depuis le 3 janvier grèves et occupations d'usines se multipliaient.

 

«Тяжёлый день! В Петербурге произошли серьёзные беспорядки вследствие желания рабочих дойти до Зимнего дворца. Войска должны были стрелять в разных местах города, было много убитых и раненых. Господи, как больно и тяжело!».

"Journée pénible. De sérieux désordres se sont produits à Pétersbourg en raison du désir des ouvriers de venir jusqu'au palais d'hiver. Les troupes ont dû tirer dans plusieurs endroits de la ville. Il y a eu beaucoup de tués et de blessés. Seigneur, comme tout cela est pénible et douloureux ! Maman est venue de la ville juste à l'heure du service. Nous avons déjeuné en famille."

Dans le journal de Nicolas II, le soir du 9 janvier

 

«Вот, государь, наши главные нужды, с которыми мы пришли к тебе… Повели и поклянись исполнить их, и ты сделаешь Россию и счастливой и славной, а имя твоё запечатлеешь в сердцах наших и наших потомков на вечные времена. А не повелишь, не отзовёшься на нашу мольбу, — мы умрём здесь, на этой площади, перед твоим дворцом. Нам некуда больше идти и незачем. У нас только два пути: или к свободе и счастью, или в могилу… Пусть наша жизнь будет жертвой для исстрадавшейся России. Нам не жаль этой жертвы, мы охотно приносим её!»

 " Voilà, Souverain, nos principaux besoins avec lesquels nous venons à toi...Ordonne et fais le serment de les satisfaire et tu feras la Russie heureuse et glorieuse et tu imprimeras ton nom dans nos coeurs et celui des nos descendants pour l'éternité. mais si tu le fais pas et ne réponds pas à notre prière,- nous mourrons ici, sur cette place, devant ton Palais. Nous n'avons nulle part où aller, et nulle raison.Nous n'avons que deux voies : ou bien vers la liberté et le bonheur, ou bien vers la tombe...Que notre vie soit sacrifiée pour cette Russie épuisée de souffrance. Nous ne regrettons pas ce sacrifice, nous l'offrons !"

Extrait de l'adresse au Tsar, portée le 9 janvier.

La grève générale dans tout le pays commence le lendemain. On dit que le premier soviét fut créé à ce moment là.

27 juin 1905 : la révolte des marins du Cuirassé Potemkine

 

 

A mes lecteurs: si vous voulez réagir à un article, faites le sur l'article même. Ce ne sera pas obligatoirement publié. Mon email orange ne marche plus. J'ai reçu un commentaire, je ne peux y avoir accès.
Départ pour la manifestation de l'usine Poutilov. Le manuscrit en russe du texte des manifestants.
Départ pour la manifestation de l'usine Poutilov. Le manuscrit en russe du texte des manifestants.

Départ pour la manifestation de l'usine Poutilov. Le manuscrit en russe du texte des manifestants.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

impressons 29/01/2017 12:43

Sur le sujet, à lire le fort renseigné "Le Dimanche Rouge" de Jean-Jacques Marie. http://www.editions-larousse.fr/le-dimanche-rouge-9782035833488 Bon dimanche à vous.