Ainsi parlait Maiakovski.

Publié le par Boyer Jakline

Pour la première fois, vient d'être publié le texte intégral du voyage dans les deux Amériques, Sud-Nord, de Vladimir Maïakovski.

Ce grand poète novateur, révolutionnaire en art, fut tout naturellement le compagnon, le héraut d'octobre 17.

Il se suicide en 1930. Suicide ou... Suicidé ? Dans les années 90, toutes les morts violentes des années terribles furent suspectes. Rien de décisif ne fut trouvé.

1930 est l'année du virage stalinien.

Il se suicide donc dans son petit appartement du centre de Moscou, tout près de la Loubianka. Il est resté en l'état et vous pouvez le visiter. Si vous allez à Moscou, n'y manquez pas. C'est un lieu créatif où l'esprit a été gardé, respecté.

Pour y accéder, vous passerez dans une toute petite librairie, où, entre autres, sont en vente les affiches soviétiques de chaque période : la révolution, la " construction de socialisme " années 30, la guerre, mais aussi les années soixante avec un mieux vivre: produire, mieux se soigner, mieux se nourrir...

C'est une visite qui ne figure pas au programme de base.... À vous de la demander....Si vous aimez ce géant magnifique !

 

En 1925, il est aux Amériques. Le New York Times le décrit ainsi : " le generalissimo d'une armée de troubadours révolutionnaires ​".

Voilà ses premiers mots :

" DEUX MOTS. Mon dernier voyage : Moscou, Konigsberg ( par les airs), Berlin, Paris, Saint-Nazaire, Gijon, Santander, La Corogne (Espagne),. La Havane ( île de Cuba), Veracruz, Mexico, Laredo ( Mexique), New York, Chicago, Philadelphie, Détroit, Pittsburgh, Cleveland  ( Nord des États Unis), Le Havre, Paris, Berlin, Riga, Moscou.

J'ai vraiment besoin de voyager. Avoir affaire au vivant remplace presque pour moi la lecture. "...

 

Lisez le, voyagez avec lui.

Publié dans la vie comme elle va

Commenter cet article