Faut il enterrer Lénine ?

Publié le par Boyer Jakline

Jeudi dernier débat passionné dans l'émission quotidienne " 60 minutes ". Le groupe d'extrême droite à la Douma, dont le président est Jirinovskii,  a déposé une proposition de loi pour sortir Lénine du Mausolée et l'enterrer.

Pour ce sujet russo-russe, pas de correspondants étrangers. mais des points de vue très divergeants. Ce qui n'est pas exceptionnel à une heure de grande écoute sur le canal gouvernemental Rossia 1.

L'élu sur le plateau est un quinqua élégant,  loin d'un certain débraillé très étudié de Jirinovskii qui a son rond de serviette sur les plateaux télé.

Tous les ans, quasiment, la question est posée à la Douma, par l'un ou l'autre groupe, libéral ou d'extrême droite. Des sondages sont réalisés d'où il ressort qu'une courte majorité serait pour. Mais les mêmes sondages indiquent une appréciation positive ou très positive de l'URSS.  Réelle ou fantasmée, cette histoire est très présente. Après tout, n'est ce pas l'URSS qui a fait de la petite ouvrière du textile de Yaroslavl, amoureuse de parachutisme, la première femme cosmonaute du monde ? Valentina Terechkova, dont on vient de fêter les 80 ans, est aujourd'hui députée du parti présidentiel, Russie Unie, et joue un rôle très important dans la vie publique.

Le caractère symbolique de cet enterrement n'est pas anodin. Ce sujet est un vrai serpent de mer. Mais remis sur le tapis en ce moment, c'est une " provocation", a réagi le président du KPRF, Ziouganov, hors plateau. Provocation en cette année du centenaire. Provocation aussi compte tenu de la situation économique et sociale très tendue. Diversion. Car, à n'en pas douter, c'est le vide actuel d'une politique économique et antisociale qui donne des couleurs au passé soviétique.

S'en suit un débat très agité, où sont dites les positions de chaque partie sur la Révolution et son héritage, son rôle dans l'histoire russe,  de l'histoire mondiale, disent certains, ce que je pense aussi.

Pour ceux qui sont la droite, si on peut dire rapidement, 1917 est une catastrophe nationale. Opinion portée par Vladimir Poutine lui même qui déclara il y a quelque temps que la Révolution avait mis une bombe à retardement sous le pavillon Russie. ( à propos du droit à l'autodétermination des républiques soviétiques ).

Parmi les défenseurs de cet événement et de cette histoire, il y a Vladimir Bortko, cinéaste de très grande valeur, dont les adaptations pour des séries télévisées du " Maitre et Marguerite " de Boulgakov ou de l'Idiot " de Dostoïevskii, sont des bijoux. J'ai souvent regretté qu'Arte, par exemple, n'en acquière pas les droits et les diffuse. 

Il y a aussi un jeune éditorialiste, Constantine Siomine, qui  développe un point de vue très offensif. Tout d'abord, il note que, probablement, si on sondait les écoliers russes, 50% ne connaitraient pas le nom de Lénine. Ensuite, il explique que Lénine, ce n'est pas un homme mais un système d'économie populaire, à l'opposé de l'économie oligarchique actuelle. Pointant du doigt le député d'extrême droite, il lui lance : " cette économie a produit toute la richesse que vous  vous êtes accaparée en 1991, et vous voulez supprimer le Mausolée, qui est un reproche vivant quand vous allez au Kremlin ".

J'avais déjà repéré dans ces débats ce jeune homme en colère au regard acéré sur son pays et aux analyses carrées. Journaliste de 37 ans, il vient de la grande ville de l'Oural, Ekaterinbourg, grand centre économique et universitaire. Ville de Boris Eltsine. Ville​ où fut arrêtée et fusillée la famille impériale....L'ancienne Sverdlovsk soviétique où il est né.

Diplômé de l'école de journalisme de sa ville, il a couvert la guerre en Irak, et été correspondant d'une chaîne russe à  New-York pendant 3 ans , 2004-2007.. Il a créé un site, diffusé également sur Rossia 24, dont le nom annonce la couleur : Agit Prop, nom  lié aux premiers pas de la Révolution d'Octobre. Vladimir Mayakovskii en fut un des grands  et créateurs. Ce mouvement a inspiré? irrigué? tout l'art du XXe siècle.

Un autre soulignera : " à l'heure actuelle, 1% des Russes s'approprie 88% des richesses du pays. C'est une diversion qui va diviser la population ".

Enfin, un professeur de journalisme de la prestigieuse université de Moscou, souvent présent sur ce plateau, ponctue son rejet de la proposition par la formule : " ce n'est pas à un pygmée de juger un géant ".

Après avoir noté que l'omniprésente église orthodoxe russe refuserait une cérémonie à Vladimir Illitch, grâce au ciel si je puis dire, un consensus se dégage pour dire que ce n'est vraiment pas le bon moment !

Sans aucun doute, Vladimir Illitch aurait refusé cette momification, lui qui avait demandé à être enterré près de sa mère, à St-Petersbourg. Longtemps, il eut un compagnonnage​ avec Staline dans le Mausolée. Ce dernier en fut retiré au moment de la " déstabilisation ".  

Mais aujourd'hui, le Mausolée de marbre rouge, son locataire,  qu'en faire ?

L'accueil enthousiaste de la proposition par le président ukrainien honni a rafraîchi l'ambiance. N'allait on pas renforcer le courant le plus réactionnaire de la société ? Apporter de l'eau au moulin des révisionnistes qui glorifient Bandera en Ukraine ou Vlassov en Russie ?

Ainsi va la société russe, très loin de nos clichés et de nos préoccupations.

Commenter cet article