L'Europe actuelle a-t-elle besoin de Lénine ?

Publié le par Boyer Jakline

Cela commence par un échange entre Rustem Vahitov et moi. Vous vous souvenez,  il m'avait interrogée sur la popularité,  ou non de Lénine aujourd'hui dans nos contrées.  Ou non...

Nous avions échangé et je lui avais fait part de l'absence  totale de l'évocation du 150ème anniversaire de la naissance de Lénine le 22 avril dernier dans l' Humanité.  En réponse,  il m'avait envoyé  une photo de l'Humanité du 22 avril 1945. S'en est suivi mon article 26 avril dernier.

 Reprenant cet historique,  Rustem Vahitov  publie dans Sovietskaya Rossya  l'article  qui s'intitule  : l'Europe actuelle a-t-elle besoin de Lénine ?

On se souvient aussi que ce journal fait un très grand travail pour  populariser les travaux,  la pensée  de Lénine,  enjeu d'une falsification permanente en Russie. 

Chez nous,  c'est le silence.  Enfin,  pas complètement car si l'Humanité ne dit rien  sur le théoricien et le fondateur du premier état ouvrier de la planète, j'ai eu l'agréable surprise  de lire son nom sous des plumes diverses.  De Frédéric Lordon,  évoquant  le  point L. pour ouvrir une perspective à l'impasse politique où nous sommes, (pas de demi-mesure possible...)  à  Emmanuel Todd, s'inspirant  de " Que faire ". Plus significatif encore, un dirigeant du mouvement cheminot expliquait dans un entretien ( QG le média libre) qu'il avait Lénine sur sa table de chevet.  Donc, ceux qui  réfléchissent et agissent pour sortir de l'odieux capitalisme lisent et réfléchissent en s'appuyant sur ce théoricien et acteur unique. 

J'avais rendu compte de tout cela à Rustem Vahitov. 

Il s'est désolé de cette omerta des milieux communistes. Puis, finalement, ne s'en est pas étonné.
Il développe une analyse circonstanciée... comme à son habitude.
J'en donne les éléments.

Résumé.

En 2018, les 200 ans de la naissance de Karl Marx avaient fait l'objet d'initiatives des dirigeants de l'Union Européenne. Ne pas s'en étonner, juge-t-il,  car Karl Marx est un très glorieux allemand, européen. Jean-Claude Junker s'est rendu à Trêves, sa ville natale.
Marx présente aussi l'avantage pour les dirigeants européens, capitalistes, osons le mot, qu'il n'a pas eu l'opportunité de mettre en pratique ses idées, faire la révolution.

Tel n'est pas le cas de Lénine...

 Dès 1915, il faisait l'état des lieux de l'ambition d'Union européenne, portée au départ par Victor Hugo, partisan des Etats Unis d'Europe dans un discours célèbre au Congrès pour la paix en 1848.  ( tome 26 des oeuvres complètes de Lénine).

Si l'objectif était la paix, c'est raté ! Et on nous a " revendu" le projet, au nom de la paix...

Qu'écrit Lénine en 1915?

Débattant avec les Mencheviks qui considèrent qu'envisager la révolution en Russie est irréaliste, " la base économique du pays n'offrant pas des possibilités" (parler de la révolution et du socialisme est à la portée de tous les réformistes.) Lénine répond que devant la colère des masses épuisées par la très dure vie qu'ils subissent, colère qui s'exprime dans les grèves et manifestations très violemment réprimées, on ne peut qu'accompagner ces mouvements, ne pas se défiler.

Sur l'Europe dès 1915 dans son article " Sur le mot d'ordre des Etats Unis d'Europe" voilà ce qu'il analyse :

on y verra une "solide instabilité". sous le capitalisme, ces états unis sont "égaux" dans le pillage des colonies et sous ce régime le partage ne peut s'opérer que par la force. Professer un partage  "juste", ce ne peut être qu'un mirage de petit-bourgeois."

De fait on peut constater aujourd'hui que dans cette Union, certains états s'enrichissent et d'autres s'appauvrissent.  La guerre est le seul moyen d'affirmer sa force et c'est ainsi que par deux fois, la guerre a éclaté entre les états européens, entraînant deux guerres mondiales.

"La guerre ne contredit pas les fondements de la propriété privée, c'est au contraire le développement inévitable et direct de ces fondements. Sous le capitalisme pour rétablir l'équilibre il faut de temps à autre des crises dans l'industrie et des guerres en politique"..." bien sûr des accords entre capitalistes et puissances sont possibles pour un temps et les Etats Unis d'Europe sont envisageables dans la complicité pour écraser le socialisme en Europe"

Actualité de ces analyses...

Donc, pour Lénine,  aucune union européenne possible sous le capitalisme.  Seul le socialisme permettra d'assurer une coopération durable en place et lieu d'une... concurrence  " libre et non faussée "... inscrite dans le marbre désormais.

Il fait la démonstration que pour s'unir, les états d'Europe ont besoin d'un ennemi commun.

Plus tard l'URSS tiendra ce rôle : les premiers accords se font en même temps que  débute la guerre froide, au début des années 50, analyse Rustem Vahitov.

Il postule aussi que le délitement de l'U.E commence avec la fin de l'URSS,  l'ennemi commun.  La place prise par  l'OTAN pour réanimer l'unité face à "l'ennemi commun", la Russie,  plaide pour cette analyse. 

Pour conclure l'article,  il suffit de constater le délitement de L'Union européenne,  accéléré avec la " crise " grecque,  la " crise " migratoire  et pour finir,  à ce jour,  le Brexit.  La " crise " du Covid19 éclaire d'un jour crû l'état d'impéritie et de concurrence entre états " forts" et les autres.

En toile de fond,  le pillage continu des pays ex colonies et des deux tiers de la planète. 

Pas tendre avec les  partis de " gauche " occidentaux  qui ignorent Lénine et ses analyses,  l'article  conclut qu'il  s'agit seulement de partis réformistes qui n'envisagent à aucun moment de rompre avec le capitalisme.  

 

Concernant la " russophobie" qui n'est pas un mirage de paranoïaque, je vous recommande le rappel historique de ce phénomène dans le Monde Diplomatique du mois de mai.

Publié dans Russie politics

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article