Douce France (7): pas partout pareil.

Publié le par Boyer Jakline

Me voici donc à la Réunion. 

Non par goût d’un exotisme tropical, mais c'est souvent que les circonstances vous  propulsent où vous n’auriez pas envisagé d’aller. 

Moscou est loin, mais Moscou  est fermée... Jusqu'à quand ? 

 

Donc, entre deux interdictions de vols, me voici pour la première fois dans la plus grande île des Dom-Tom. 

Surprise : 

Ici pas de confinement :  les gestes barrières  auxquels nous invite à l’arrivée un quatre pages sur papier glacé. L’épidémie semble maîtrisée. Une septaine est conseillée avec test en suivant.  Nous qui arrivons du désordre  métropolitain. 

Et c’est tout naturel  de se retrouver à  boire un verre à la terrasse d’un café !

Cependant il est plus que légitime de s’interroger sur notre situation.  Une gestion  sanitaire ? Vraiment ? On sait depuis le départ que la seule boussole a été de ne pas laisser sombrer l’hôpital public,  déjà en situation de burn out. Les politiques criminelles en sont la cause.  Menées par les mêmes.

Aujourd'hui de plus en plus de voix contestent le caractère sanitaire des décisions.  Tester la tolérance sociale à des restrictions de tous ordres,  stratégie permanente du choc. 

Aussi  les samedis sont agités,  à nouveau. 

Et les mêmes mensonges envahissent les écrans de télévision : BlackBlocs,  vitrines explosées, commerçants éplorés... tout ça est vrai,  mais  pose un certain nombre de questions :

Comment ces BB sont-ils filmés dans tous les sens ? Comment  les policiers-robocops ne peuvent ils pas intervenir ? Pourquoi  réservent ils leur attirail aux manifestants désarmés À qui profite tout ce cirque,  mais surtout  à qui ne profite t il pas ?

Car, c'est cela le chaînon manquant des reportages officiels : que se passe t il hors champ des télévisions officielles ? En lien, 20 minutes de ce qui est caché. Le reporter Adrien AdcaZz  a été  arrêté plusieurs fois,  mis en garde à vue, aujourd'hui  interpellé par la sécurité intérieure... mais chut!

Le 5 décembre à Paris,  ce sont les LBD,  les gaz, une main arrachée,  des GAV  de manifestants,  de journalistes. 

Les instances européennes,  de l’ONU continuent de s’en émouvoir,  mais ce pouvoir est sourd à tout. 

Jusqu'à quand ?

Car, finalement,  la seule question qui vaille aujourd'hui c'est : jusqu'à quand allons-nous collectivement supporter tout cela ?

La peur et la répression sont les deux armes de ce pouvoir rejeté par une grande partie du pays. 

 Comme disait  le grand Cicéron face à un apprenti dictateur : usque tandem abutere patientia nostra ?

Jusqu'à quand,  Catilina-Macron, vas-tu abuser de notre patience ?

En lien aussi,  les Gilets Jaunes à la Réunion et  "la fièvre" d'Aude Lancelin,  en bonne place dans une grande librairie de l’île. 

Dans une grande librairie de la Réunion,  rencontre inattendue !

Dans une grande librairie de la Réunion, rencontre inattendue !

Publié dans La vie comme elle va.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article