Douce France : un pays de retraités ?

Publié le par Boyer Jakline

Quand j’ai quitté mon poste à Moscou, une collègue russe,  devenue une amie, a tenté de me persuader de rester. À bout d’arguments,  elle me dit : tu vas t’ennuyer, c'est un pays de retraités.

Cette phrase ne m’a jamais quittée. Dans la "crise sanitaire" actuelle, elle se colore différemment. La stratégie du gouvernement et du méprisant de la République est fondée sur la peur,  propagande éhontée.  Si ce sentiment traverse tous les milieux,  c'est à n’en pas douter chez les retraités qu’il fonctionne à plein. Un, une retraitée aux revenus et logement convenables est empêché-e dans son quotidien,  mais pas tellement. Ils pratiquent souvent un autoconfinement. Après tout,  pourquoi pas ?

. On sait que c'est parmi ces couches là que se recrute dès 2017 l’électorat Macron. Stratégie de la peur oui, car 1- depuis bientôt un an, UN AN, nous avons du recul,  nous savons des choses sur les victimes du virus. 2- les politiques d’austérité à  l’hôpital s’appliquent sans discontinuer : suppression de lits, pas de revalorisation des métiers de soignants. Écoutez en lien Farida. 3- culpabilisation incessante des citoyens. 

On entend aussi que le pouvoir a peur. Ce qui explique sans doute une incapacité à renouveler réflexions et stratégie.

Par ailleurs,  on sait qu'il y a  retraités et retraités.  Beaucoup n’ont ni revenu ni logement convenables. Ceux-là ne sont pas les aficionados du Président, Gilets Jaunes plutôt. J’en ai croisé beaucoup les samedis jaunes.

Le pays est ainsi remodelé selon des intérêts tous sauf généraux.  Les capitaux continuent  d’enfler, et de tourner autour de la planète,  quelques mastodontes voient leurs superprofits s’envoler. Chez nous l’emblématique Bernard Arnaud au profil de rapace prospère ad nauseum. 

Les citoyens s’appauvrissent et sont assignés à résidence.  Il y a tout de même bon nombre de pays, où la lutte contre le virus, difficile,  mêmes causes,  mêmes effets, (affaiblissement ou inexistence des systèmes publics de santé) se mène dans une vie sociale quasiment normale. En Russie,  entre autres.

Je ne décolère pas. Ce qui n’a aucune efficacité pour la communauté.

Je m’interroge : d’où viendra le déclic ? Car il ne peut pas ne pas venir. Déjà le FMI  s’inquiète : les grandes épidémies dans l’histoire sont suivies d’éruptions sociales. Lesquelles ? Quels  résultats ? 

Manifestation en Espagne. Novembre 2020.

En lien deux interventions notables : 

Ce que dit Emmanuel Todd, toujours pertinent. 

L’entretien sur "Là bas, si j’y suis" avec Farida C., ce cadre administratif hospitalier,  Gilet Jaune, matraquée, à terre tirée par les cheveux, mise en garde à vue,  aujourd'hui au tribunal. Son témoignage est remarquable et dit notre époque,  car pendant la peste le festin continue... la répression contre tout ce qui bouge. " Les gaz dans les manifestations, c'est pour nous faire taire" dit Farida. 

 

Dernières nouvelles de la province russe :

Pour "affiner" le commentaire des grands médias russes "mainstream" comme on dit ici, j'ai interrogé deux amies proches qui vivent en province. Dans deux villes différentes.

Je note que parmi mes liens en Russie beaucoup ont été malades. Dans des formes légères. Sauf mon ami Roustem à Oufa.  Lui a eu une forme plus sévère, dont il se remet doucement.

Mini sondage :

Oui, la vie est quasiment normale ...travail, famille patrie...et lieux "non essentiels" ouverts, mais avec une fréquentation mesurée. Pas tout le monde en même temps. Cependant, si l'inquiétude recule, et la "panique", dit l'une d'elles, la vie est toujours compliquée. Organisation sécurisée au travail,  Inquiétude pour les parents âgés, une certaine méfiance à l'égard du vaccin...est-il fiable...

Un bout du tunnel se dessine tout de même et de nombreux instituts travaillent à d'autres vaccins.

Ici,  entendre la Mairie de Paris  envisager le reconfinement ou apprendre que les librairies sont classées désormais en lieux essentiels " en cas de confinement".

Lieux non essentiels : il faudra se souvenir qu’un président dit philosophe a déclaré les lieux de culture non essentiels.  

Allegria !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article