Pionnières du cinéma soviétique.

Publié le par Boyer Jakline

Pour les 30 ans de la fin de l’URSS, 1991-2021, osons dresser un "bilan globalement positif" ? 

Car finalement dans quels domaines n’ont ils pas été pionniers,  pionnières?

A quelques jours du soixantième anniversaire de l'exploit Gagarine, le soviétique.

Dans la dureté d’une période, et d’une révolution, il y a eu aussi ça !

La revue Positif a consacré en  mars à ces pionnières un dossier.  1929-1936. Je publie cet article avec un peu de retard : l’actualité liée à la Russie laisse peu de loisir !

Déjà au mois d’octobre dernier,  2020, la Cinémathèque française leur consacrait une rétrospective. 

Je reprends ici l’introduction de la présentation. 

"Jusqu'aux années 1960, il y eut plus de réalisatrices en URSS que dans aucun autre pays. Ce n'est peut-être pas une simple note en bas de page de l'histoire, mais une question politique. L'accès des femmes aux moyens de production – par exemple du cinéma –, la remise en question de la division du travail par genres, ne se fait pas « naturellement », progressivement, mais est un processus révolutionnaire, qui se heurte à de fortes résistances et retours en arrière."

 

En lien aussi une de ces photos qui disent une histoire et une volonté : séance d’alphabétisation de femmes de la Commune paysanne Spartacus.

Un mantra, mon mantra, à l'usage de celles et ceux qui cherchent à comprendre cet OVNI que fut l'URSS : en 1917, 20% de la population , élites intellectuelles, économiques, tsaristes ou bourgeoises, vivaient à l'européenne. 80% vivaient au XVIIe siècle, le " mir",  la commune paysanne, la toute puissance du batka, " le père", sorte de pater familias russe.

 

Dernière minute :

Tension de plus en plus forte aux portes du Donbass où le président ukrainien se promenait hier dans les tranchées sur la ligne de démarcation avec le Donbass,  équipé de pied en cap. 

Les troupes ukrainiennes y sont massées. 

Il y a quelques jours,  Zélenski a eu un long entretien avec Biden.  Lequel Biden vient de marquer son territoire et sa présidence en bombardant la Syrie. Cet entretien a permis au président ukrainien,  s’exprimant en ... russe, d’écouter longuement son collègue américain. 

A la guerre, comme à la guerre : l’acteur- président dans son nouveau rôle, sinistre.

 

Apprendre à lire et à écrire : les premiers pas de la libération.

Apprendre à lire et à écrire : les premiers pas de la libération.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Sylvère BASTIEN 10/04/2021 21:59

Le cinéma soviétique est patrimonial, en tant qu'art vivant il n'existe plus. Il a produit des grands films et beaucoup de mauvais. Tous étaient faits sous le contrôle du pouvoir politique. Ce n'est pas là le cadre optimal pour permettre aux talents de s'exprimer.

Boyer Jakline 11/04/2021 09:02

Le cinéma soviétique n’existe plus, comme l’URSS. Cela ne vous aura pas échappé. Quant à la qualité des films, bien sûr. Mais jetez le même regard sur les productions occidentales où les critères de réalisation sont tout aussi puissants bien que plus subtils : entertainement et rentabilité. Beaucoup de projets exigeants n’accèdent pas à la réalisation ni au financement.
Donc, je suis en partie d’accord avec votre remarque si elle ne sous entend pas une supériorité des critères occidentaux... ou russes aujourd'hui.