Ukraine : le gaz et le vaccin russes.

Publié le par Boyer Jakline

Il y a l’incroyable feuilleton du gazoduc Nordstream 2.

Il est dit tellement sur la géopolitique et les rapports de forces.

Et il y a le vaccin Spoutnik V,  sorti dès le mois d’août dernier et qui fait un tabac dans de nombreux pays.  RT signale même des diplomates américains qui souhaitent ce vaccin et l’émission 60 minutes du 9 mars révèle que  des agences de " tourisme vaccinal" se sont ouvertes dans l’espace post soviétique.  La journaliste s’empresse de préciser que ce sont des entreprises privées qui vont faire leur beurre. La Russie n’a rien à voir avec ça. 

Dernière nouvelle du front : l’Italie va produire en Lombardie ce fameux  vaccin.  Véritable camouflet à l’Union Européenne, complètement au dessous de tout.

Mais l’heure n’est pas au politicien, l’heure est à  l’efficacité. 

Même efficacité recherché par le président de la Slovaquie : je ne suis pas un assassin dit-il pour justifier sa commande de Spoutnik V, malgré les mots de l’Union Européenne. La responsable Santé de l’Union européenne n’a t-elle pas disqualifié ce vaccin en le qualifiant de  " roulette russe".

Retour au sujet :

l’Ukraine refuse absolument le vaccin, car russe, donc mauvais.  Suivant en cela son mentor, son suzerain ? : le pouvoir américain. 

Mais l’Ukraine veut absolument l’arrêt de la construction du gazoduc.  En effet,  il a été conçu pour contourner l’Ukraine,  pays de transit, qui se servait au passage et refusait,  refuse, de payer, même à un tarif préférentiel. 

Le suzerain est complètement compromis dans le business gaz  puisque un des fils de Biden,  devenu 46e président des États-Unis, était, est(?), à la tête d’un des consortiums de gaz ukrainien.  Scandale qui a pointé son nez pendant la campagne électorale américaine fut étouffé dans l’oeuf.

Extraction du gaz de schiste aux États-Unis.

Les États-Unis veulent fourguer leur gaz de schiste qui détruit la nature américaine et coûterait beaucoup plus cher aux Européens. 

Mais, plus généralement, l’Ukraine est une pièce maîtresse pour " contenir la Russie".

Les pays européens qui ne se plieraient pas à  l’injonction américaine sont voués aux gémonies, menacés de sanctions.  Mais rien n’y fait.  L’Autriche rapidement a fait savoir qu’elle continuait de soutenir le projet et en Allemagne même après un débat âpre ce sont les pro gazoduc qui ont gagné. 

Il reste moins de 200 km à  construire. 

Et donc  la question sur les plateaux tv : pourquoi voulez-vous de notre gaz, et pas de notre vaccin ?

L’épidémie fait des ravages en Ukraine.

En lien,  un article qui raconte la campagne folle partie de la Maison Blanche herself  pour dénoncer une diplomatie vaccinale du Kremlin, qui n’hésiterait pas à mentir sur les effets secondaires du vaccin américain.

1 milliard de personnes vont bénéficier du vaccin russe. De Maduro, au président argentin,  ils remercient publiquement la Russie et... Vladimir Poutine. 

Rappelons tout de même qu’il y a quelques mois Vladimir Poutine s’est adressé à Emmanuel Macron pour coproduire un vaccin.  Pas de réponse ! Quand on voit la situation de la vaccination en France, difficile de ne pas invoquer une forme d’irresponsabilité. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article