École à l’encan : version russe.

Publié le par Boyer Jakline

Nous avons connu ces charges : quel(le ) ministre déclarait : pas besoin de 4 ans d’études pour s’occuper d’enfants de 3 ans. L’expression employée était plus violente.

Version russe : raccourcir drastiquement les études en lycée professionnel : le troisième personnage de l’état,  Valentina Matvienko,  déclare en commission : pour apprendre à sourire,  2 mois suffisent... Et propose d’arrêter le cursus scolaire en seconde,  sucrant la première et la terminale. 

Cela vaut une cinglante réaction de la députée communiste,  dirigeante de l’Union des femmes,  ( tiens, réunion non mixte. Je me demande comment ce débat honteux et vain a pu enflammer notre microcosme politico-mediatique. Ce qu’il dit de notre société malade.)

Nina Ostanina préside cette association qui s’appelle " Espoir de la Russie ". Pas moins.

Cet échange traduit deux conceptions de l’éducation : service public ou au service  des entreprises privée dans leur course au profit. Nous sommes confrontés au même choix. L’éducation nationale française est en bien mauvais état. 

Je traduis sa réaction à la proposition (?) de madame Matvienko. 

Le 6 avril. 

 
 Je ne vais pas chercher à savoir qui le premier a eu l’idée de raccourcir les études dans les lycées techniques et professionnels. Mais l’intervention en commission de madame Matvienko force à se demander  : jusqu'à quand ?
" Il faut raccourcir le temps de formation ! Il ne faut pas quatre ans pour apprendre à travailler à une femme de chambre, on peut apprendre à sourire en deux mois. " C'est vrai, Valentina Ivanovna. En deux mois, "vous pouvez, bien sûr, apprendre à fumer à un lapin". Mais il ne faut pas oublier qu'en Fédération de Russie, l'enseignement secondaire général est obligatoire (article 66, partie 5, 273-FZ «Sur l'éducation en Fédération de Russie»). Pensez-vous vraiment qu’en deux mois les diplômés de la 9e année pourront maîtriser le programme de la 10e et de la 11e année? Ou est-ce que l'éducation d'une génération alphabétisée de Russes n'est pas à l'ordre du jour? Combien de temps le sort des enfants russes sera-t-il contrôlé par des «hommes d’État» dont la fonction est uniquement de répondre aux besoins immédiats des super riches, qui ont cruellement besoin d’une main d'œuvre de personnes peu éduquées?

 Au primaire - apprentissage à distance, dans le secondaire  apprentissage abrégé ?

 Cette déclaration de la Présidente " apprendre à sourire à une femme de chambre en deux mois !" n'est pas  une nouveauté pour le gouvernement.

Déjà la vice-Premier ministre, Golikova, déroule un tapis rouge  fait du destin de millions de jeunes hommes et femmes devant la cavalerie du business  «Les entreprises demandent de changer le contenu de l'éducation vers une orientation plus pratique, par exemple en introduisant la formation en alternance. Et il est prêt à soutenir ces nouveaux programmes. " Les affaires dictent et payent, mais l'État trahit et vend. ( deux verbes très proches en russe. J.B )

Oui, de nombreuses familles russes connaissent des difficultés financières et cette circonstance les oblige à emmener leurs enfants sur le marché du travail après avoir quitté l'école. «Aujourd'hui, 65% des diplômés de l'école vont dans des écoles professionnelles», dit Golikova. Mais, avec une réduction significative des programmes éducatifs, plus de la moitié des garçons et des filles sont voués à la vie de «serviteurs pour maîtres» semi-alphabétisés. Ils sont privés de la possibilité de devenir des professionnels recherchés ou des spécialistes qualifiés de niveau intermédiaire. Un avenir décent est enlevé à nos enfants!

Il faut arrêter les bacchanales du "gouvernement" actuel dans le domaine de l'éducation - c'est une question d'honneur! Je suis sûre qu'ensemble nous vaincrons l'épidémie de dévaluation de l'homme-travailleur !

Fin de la traduction
 
Une remarque :
Si au plan international la Russie joue un rôle essentiel dans l’établissement d’un rapport de forces antiimpérialiste, au plan intérieur,  elle est affaiblie par la course aux profits des oligarques. 
Illustration :
L’héritage soviétique  "Apprendre,  apprendre et apprendre " Lénine. 
Dans chaque classe au mur, le mot d’ordre. Je l’ai vu, de mes yeux ébahis. 

 

Publié dans La vie comme elle va.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article