La Baie des Cochons : lectures ukrainiennes

Publié le par Boyer Jakline

Une fois de plus notre pays est du côté des bellicistes. Ministre des Affaires Étrangères,  parti vendre des armes en Inde, soutien au va-t-en-guerre ukrainien.  Etc..

En Russie, dans les débats télévisés quelquefois la Baie des Cochons est invitée.  Il’y a 60 ans, la CIA fomentait un coup d’état pour renverser la jeune révolution cubaine ( 1er janvier 1959)

Les lecteurs de ce blog savent à quel point les analyses divergent entre ce qui est  raconté ici sur Maïdan,  il’y a 7 ans, et ce qu’analysent la Russie et les opposants ukrainiens à Maïdan. 

Pour nous, en France, il s’est agi de soutenir une "opposition démocratique": importer la démocratie. Ah, importer la démocratie ! En parler aux Gilets Jaunes toujours en prison. 

En fait,  renverser un président élu qui’s’apprêtait à  signer un accord de  coopération avec la méchante Russie. 

Depuis,  l’Ukraine est devenue un protectorat américain, l’anglais la deuxième langue officielle,  le russe étant interdit dans l’espace public depuis des années. 

Nos télévisions nous montrent un président ukrainien demandant de l’aide à l’Union Européenne ou dialoguant, en russe(!), avec le boss américain.  

En Russie on le montre également casqué,  botté,  gilet pare-balles,  dans les tranchées sur la ligne  de démarcation avec le Donbass. 

On voit aussi les nouvelles victimes civiles à  Donetsk.  Hier, c’était un ouvrier rentrant du travail,  abattu dans sa cuisine par un tir de mortier. Il y a quelques jours,  c’était un enfant de 5 ans explosé dans la cour de sa grand-mère.  Fake, crient les Etats-Unis. 

 

Depuis quelques semaines, il y a eu une tentative de pression militaire plus forte. Une délégation de l’OTAN et de soldats américains se sont rendus dans le Donbass.  Les troupes ukrainiennes chauffées à blanc trépignaient et bombardaient à partir de la ligne de front. Les Etats-Unis dépêchent deux navires de guerre vers la Crimée. 

Au passage,  la Crimée est privée d’eau depuis des semaines.  Coupée par Kiev. Cette manie des sanctions et de la maltraitance de populations que l’on prétend libérer. Cuba a produit des vaccins efficaces,  mais n’a pas de seringues à cause du blocus, par exemple. 

Et soudain,  machine arrière. La Russie hausse le ton, affirme qu'elle veut obtenir l’application des accords de Minsk. Le 30 mars, rencontre téléphonique Poutine-Merkel-Macron, à  l’initiative de la Russie. 

Qu’elle ne restera pas inactive face à tout ce déploiement à  ses frontières.  Veut garantir la fin du calvaire du Donbass sur le pied de guerre. 7 ans de malheur.  Donetsk, magnifique ville,  son aéroport international en lambeaux,  comme  Damas, entre autres. 14.000 morts. La plupart de leurs leaders ont été assassinés. D'autres prennent aussitôt la place.

Cependant, face à la propagande de Kiev répandue sur nos médias : au secours,  la Russie va nous envahir, il faut voir la politique russe dont la préoccupation première est d’achever le gazoduc Nordstream 2. Il devrait être mis en activité en septembre prochain.

 Cette population ukrainienne russophone n’a jamais accepté le nouveau pouvoir putschiste et complice de néonazis, pour qui ces gens sont des sous-hommes,  de la vermine (citations exactes). C'est une guerre civile. De nombreuses forces politiques en Russie  demandent que le Donbass soit intégré à la Russie. Dont le KPRF.  La Russie paye déjà les retraites à cette population,  car Kiev n’honore pas son devoir.

Chronologie :

Le 14 avril, Joe Biden téléphone à Vladimir Poutine.  Dit souhaiter des relations stables et " prévisibles " (adjectif très commenté dans les débats) avec la Russie,  correspondant aux intérêts de Washington.  Se dit préoccupé par le regain d’activité militaire russe aux frontières de la Crimée et de l’Ukraine. Invite Vladimir Poutine à un sommet sur le climat fin avril. Se rencontrer dans les mois qui viennent.  Sur les 25 points abordés par Biden,  l’Ukraine a été en 15e position. Camouflet pour Zélenski. Les dirigeants européens,  Merkel-Macron,  jouent les deuxièmes mains.

La Turquie refuse le passage au Bosphore des deux navires, rappelés aussitôt par Washington. 

La Russie engage ses navires vers la Crimée.

Le 15 avril, les États-Unis votent de nouvelles sanctions contre la Russie. 

Et c'est dans ce contexte qu’est évoqué l’épisode de la Baie des Cochons et l’échec de l’expédition. 

 La Russie estime défendre ses intérêts nationaux, véritables contre-feu au "retour de l’Amérique".

Donetsk attend toujours du concret 

Donbass,  Ukraine,  Russie : de quoi parle-t-on.

Donbass, Ukraine, Russie : de quoi parle-t-on.

Publié dans humeur, Donbass

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article