Douce France, pass sanitaire : enfermés dehors ?.

Publié le par Boyer Jakline

Le pays de Pasteur met des vaccins américains dans des fioles

Le pays de Pasteur met des vaccins américains dans des fioles

Il y a la France qui écoute le président et se plie à  ses ordres et  contre-ordres, sorte de Jacques a dit...

Il y a la France qui ne décolère pas. Toujours les mêmes et pour cause : leur vie ne s’améliore pas, au contraire se dégrade et ce sont eux qui paient le plus lourd tribut à la pandémie : nombre de morts dans la première phase, printemps 2020, les moins vaccinés aujourd'hui,  car l’accès au vaccin est inégalement réparti... comme le reste,  service public hospitalier,  écoles,  postes de police  etc... De nombreux analystes soulignent désormais le parallèle entre les inégalités sociales et les inégalités devant la pandémie et la politique sanitaire. 

Et puis,  il y a les inquiets sur la nature du vaccin et les antivax par principe. 

Tout ce petit monde se retrouve massivement,  très massivement dans la rue en plein été pour refuser le pass sanitaire sorti du chapeau présidentiel un 12 juillet. 160.000 personnes disent sans rire les médias,  tous  évidemment.  C'est le ministère de l’intérieur qui communique.  À  la  louche... 160.000. 200.000 au 31 juillet, 204000 s’amuse le ministre de l'intérieur... La construction permanente d’une autre réalité. Jusqu'à ce qu’elle soit démontée par la réalité vraie,  forcément violemment en réponse à la violence du mensonge permanent. 

Les quasiment 10.000 à  Bordeaux viennent démentir dé- mentir. Miracle de la langue française.

Entre 5000 et 10.000 le 31 juillet,  chiffres de la Préfecture. Foule diverse, calme. Plus de banderoles habituelles des cortèges : santé publique,  chômage.  Et soudain,  entre 2 Marseillaise,  sort,  massif le " tous ensemble" bien connu. Visiblement, la mouvance " de gauche" s’est préparée.

Je m’inscris en faux contre une lecture raciste, obscurantiste, d’extrême droite de ces manifestants.  Il y en a. Mais  très très  minoritaires. C’est faire un sacré cadeau  aux "Patriotes" que de leur attribuer tous ces gens dans la rue ! Et pour que le " cadeau" se poursuive, ils ne quittent pas les plateaux télé, après un traitement de faveur,  sans intervention brutale de la police à Paris. ( Voir la place de la Bastille, pour comparer...).

Or, s’il fallait tenter de les identifier politiquement  je dirais qu'il y a là  beaucoup d’abstentionnistes qui ne voient plus que la rue pour exister politiquement. 

Notre société est dans un état de confusion total. Difficile de ne pas penser que nous, à gauche,  récoltons aussi ce que nous avons semé.

Macron par ses décisions entretient et nourrit la confusion.  "En même temps"sous perfusion... . Car tout de même,  le coup de massue du 12 juillet,  quelle est son utilité pour lutter contre la propagation du virus puisque c’est l’objectif annoncé ?

 La totalité de la population est pour vaincre le virus.

Quand le premier ministre déclare que Pasteur doit se retourner dans sa tombe,  il a raison.  Mais pas pour les raisons qu’il invoque : la soi-disant victoire de l’obscurantisme. (1français sur 2 deja vacciné au 27 juillet). Mais bien plutôt car "le pays de Pasteur" met en flacon les vaccins des autres et n’a pas été capable d’en produire un... Que bien des citoyens attendaient et attendent...

Tel est le but annoncé, et tant pis si pendant des mois, il a été déclaré qu'il n’y aurait pas de pass sanitaire. Et tant pis,  si en fin de déclaration,  il annonce  la mise en place de la réforme de l’assurance chômage  au 1er octobre. Réforme suspendue par le Conseil Constitutionnel,  ce qui le président tout puissant a très mal vécu. Tant pis s’il reparle de la réforme des retraites....

Vous trouverez en lien la loi du 31 mai dernier qui fixe un cadre juridique déjà contraignant.  Quel besoin y avait il de venir prendre à la gorge ? Toujours seul, pouvoir exorbitant que ne supportent plus bien des manifestants et d’autres.

"Enfermés dehors " cette magnifique métaphore dit bien la réalité de la vie de millions de concitoyens. C’est ceux-là d’abord que les nouvelles dispositions vont frapper. 

Au lieu  d’organiser très concrètement sur le terrain la vaccination : on sait qu’une très grande majorité sont pour cette vaccination.  On sait également où elle ne progresse pas, non par défiance idéologique mais par difficultés diverses d’accès. C'est à l’état, au  ministère de la santé  d’organiser au plus près, en mobilisant les médecins généralistes, appui essentiel pour une politique de santé publique.  Or, on se souvient qu'ils furent écartés dès les premières mesures gouvernementales au printemps 2020. Ce qui a pour moi immédiatement disqualifié les mesures préconisées et n’ont pas manqué de m’interroger sur les objectifs réels recherchés.

Au passage, notons que c'est une marque de fabrique : réforme du lycée et du bac sans les enseignants,  voire contre eux, lutte contre le virus sans les médecins...Faut le faire...

Une fois de plus,  Macron et Véran préfèrent manier le gourdin.

Au 27 juillet plus de 50% de la population est vaccinée. Ce n’est pas un record européen.  Angela Merkel s’est prononcée contre le pass sanitaire.  L’ Angleterre à retrouvé une vie quasi normale.  Et s’adaptera... si nécessaire. Chez nous,  le gourdin. Les politiques d’austérité à l’hôpital public se poursuivent : de nombreux petits hôpitaux ferment des services entiers par manque de personnel. Et ce n'est pas nouveau. 

Couvre-feu,  confinement dans certains départements d’Outre-mer : un cauchemar qui recommence. 

Auquel s’ajouterait la possibilité de licencier. 

Un virus toujours présent,  des mesures qui ciblent des populations plutôt que le virus... Bref, un cauchemar. Et je ne parle même pas des dispositifs envisagés pour les collégiens et lycéens. Ou vers une éducation NON nationale !

En lien,  la loi du 31 mai dernier. 

Le reportage diffusé sur Arte, remarquable. 

 

Comment, pourquoi devient-on Gilet Jaune.

Publié dans humeur

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article