Une franche amitié.

Publié le par Boyer Jakline

Le sort des propriétés diplomatiques russes sur le territoire américain témoigne du niveau d’amitié du gouvernement américain à l’égard de la Russie. 

Réagissant à la nouvelle incitation du Département d’État américain,  Maria Zakharova a  déclaré qu’il n’était pas question pour la Russie de vendre ses biens diplomatiques, pourtant interdits d’accès. Le Département d’État justifie sa proposition en indiquant que ces biens ne seront jamais rendus à la Russie. C'est tout de même une grande première dans les relations russo-américaines.

Cela commence en 2016. Sous la Présidence Obama.  Accusée d’être intervenue dans la campagne présidentielle,  et la pression qu’exercerait Moscou sur les diplomates américains en poste en Russie, la Russie voit son siège diplomatique  investie par le FBI, qui pénétra les locaux en fracturant la porte. Sans prévenir. Aucun document ne fut trouvé.  Le bâtiment est interdit depuis.  D’où la proposition insistante de le vendre. L’ambassadeur russe aux États-Unis a précisé que, en cas de vente,  le fisc americain prend sa part, et les sommes restantes ne permettraient pas des achats conformes aux nécessités diplomatiques. 

Mais les perquisitions ne se sont pas arrêtées là. Les consulats de San Francisco et Seattle ont été aussi perquisitionnés et interdits d’accès. Ainsi que d’autres résidences du corps diplomatique. Malgré des centaines de notes (470)envoyées au Département d’État pour y  avoir accès en vue d’inventaire et de vérification de l’état des lieux, un refus est  opposé systématiquement. 

En mesure de représailles,  la Russie a fermé le Consulat américain de Saint Petersbourg. 

Pour compléter le tableau : 

Vladimir Poutine a indiqué ces jours derniers que les bombardiers de l’OTAN  ont franchi les lignes rouges en survolant le territoire ukrainien à 20km de la frontière russe.

Enfin, ce 19 novembre Dmitri Peskov, porte parole du Kremlin,  a dénoncé une réelle ingérence dans les futures élections russes de 2024. En effet deux députés du Congrès ont déposé une résolution invitant les États-Unis à ne pas reconnaître Vladimir Poutine comme président de la Fédération de Russie  s’il y avait ballottage... Des relents de maccartysme. Voir le lien. 

Enfin, chez nous,  silence sur tous ces agissements. Nous sommes dans les comptes entre 5ème vague et 3ème dose... Plus les 1000 ans de la France. 

Publié dans geopolitique, humeur, Lu

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article