Ambiances russes.

Publié le par Boyer Jakline

TEXTE ÉCRIT LE 23 FÉVRIER :

A Donetsk lundi soir, c’était là liesse. Malgré le couvre-feu, tous sont sortis dans la rue, drapeaux russes au vent, feux d’artifice, hymnes.

Le couvre-feu, car depuis le week-end dernier l’armée ukrainienne a lancé une nouvelle attaque.  Hier encore 3 civils ont été tués. Kiev dit que ce sont " des auto bombardements". Sans commentaire. 

À Moscou sur les plateaux télé on se réjouit de la décision (enfin) prise mais il y avait de la gravité.  Nous allons au devant de moments difficiles,  mais nous avons fait notre devoir.  Nous n’avions pas le choix.

Ce pays, ces régions,  ces gens qui vivent dans les difficultés économiques vont accueillir dignement ceux que beaucoup considèrent comme leurs frères. 

Déjà de très nombreux habitants du Donbass, voire d’Ukraine,  sont là, installés.

J’en ai rencontré chez des amis à  Moscou.  Yaroslavl aussi a  accueilli.  

Ils seront plus nombreux.

"Ce n’est une décision facile,  mais c'est la seule possible" déclare entre autres le ministère des affaires étrangères. Il se réfère à  une disposition de l’Onu qui autorise ces reconnaissances sur la base de la volonté exprimée des peuples à leur indépendance.  La Russie appelle d’autres états à  reconnaître les deux républiques. 

En ce moment historique,  que la Russie a le sentiment de vivre,  on apprend qu’en 2000, le tout nouveau président russe,  Vladimir Poutine,  a proposé à Bill Clinton que la Russie intègre l’OTAN.  Ce fait est largement commenté : "qu’aurions-nous pu faire ensemble, contre le terrorisme par exemple... Mais nous sommes trop grand... avec l’arme nucléaire,  ils nous voudraient affaiblis , diminués"...

Revient aussi la phrase de Vladimir Poutine,  venue de son expérience des cours de sa cité d’enfance : quand la bagarre est inévitable, cogne le premier.

Alors, nous, citoyens européens,  pris au piège des stratégies de la Maison Blanche et de ses inféodés de la concurrence libre et non faussée,  adossés aux marchands d’armes, comment allons nous les interpeller ? Pas question d’hurler avec les loups.

Déjà,  les Allemands qui se chauffent à 50% avec le gaz russe,  vont passer au gaz de schiste... américain.  Plus sale et plus cher.  Vive les sanctions

 

REPRISE AUJOURD'HUI,  24 :

Le  Parti Communiste Allemand a  fait une déclaration où il met en cause les stratégies européennes à l’égard de la Russie. 

Dans cet autre coin d’Europe il est question de vie, de survie et de mort.

Mon ami Roustem Vahitov a réagi immédiatement à l’allocution du président russe. Il a été interpellé comme je le fus par la violente charge anticommuniste du président. Ce qu'il écrit sur le Donbass  m’a surprise. Il approuve le geste politique,  mais regrette qu’il vienne si tard.  De grands dirigeants du Donbass sont morts au combat. Les Républiques du Donbass  n’ont la maîtrise que du tiers du territoire du Donbass,  environ.  En effet lorsqu'elles ont signé les accords de Minsk 2, il était convenu de respecter une distance de 50km avec la ligne de front. Ce qu'elles ont fait.  A noter que lors de cette signature,  elles s’étaient déclarées indépendantes, soit les républiques "autoproclamées".

Son article devrait être publié dans Soviétskaya Rossia.

Donetsk fête la reconnaissance de son indépendance.

Ces réfugiés, 60.000, qui n’existent pas dans nos médias. Ici le premier train, 1000 personnes, arrive à Voronej.

Hier le canal 7 de la télévision italienne a diffusé cette série d’entretiens d’Oliver Stone avec Vladimir Poutine,  2017. Diffusé en France en 2017, et bien "encadré " par un débat.

En regardant un moment,  je n’ai pu m’empêcher de dire à mes amis : mais cela fait  15 ans, depuis le discours de Munich, que Vladimir Poutine s’adresse aux Occidentaux sur le même thème.  En réponse, il a eu le sourire de James Baker qui l’écoute et l’élargissement continu de l’OTAN vers les frontières russes.

À voir.

La population russe est à la fois  soulagée dans sa majorité,  et inquiète,  fatiguée par 2 ans de covid et ses confinements et une situation économique très dégradée,  avec une inflation plus que galopante. À nouveau les budgets militaires vont absorber une part trop grande des moyens financiers du pays.  Et puis, dans ce pays,  la guerre,  on sait ce que c'est.

Une partie de la population regrette la décision prise, comme non de nature à régler la question.  

Aux dernières nouvelles du front,  les missiles russes auraient détruits la quasi totalité des dépôts d’armes en Ukraine.  Les armées du Donbass ont lancé  une contre offensive. Une bataille se joue autour d’Odessa. Cette ville martyr dans la Maison des Syndicats le 2 mai 2014.https://bordeaux-moscou.over-blog.com/2015/05/2-mai-2014-massacre-a-odessa.html

Certains soldats gardes frontières ukrainiens sont passés en Russie.  Le commandant militaire de Donetsk s’est adressé aux soldats ukrainiens pour leur demander de déposer les armes : vous avez prêté serment à votre peuple,  non à une junte.

Gardez-vous de suivre les "informations " dans nos médias car la guerre  s’y poursuit et les mensonges qui vont avec.

Pour la Russie il s’agit de " désarmer et dénazifier" l’Ukraine".

Pour les citoyens occidentaux c’est une découverte : il existe le Donbass et il subit une guerre sans merci depuis 8ans.

À  suivre. 

Les informations sont nombreuses.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article