22ème jour : quelle guerre ?

Publié le par Boyer Jakline

Hier, un voisin que je n’avais pas vu depuis longtemps, m’appelle : qu’est-ce qui se passe avec la Russie ? Il paraît que les Russes ne savent pas qu’il y a la guerre.

Merci à lui, car cela m’a permis de mesurer et de lui faire toucher du doigt l’intensité de la désinformation que nous subissons. Rendez-vous est pris avec lui, pour aller plus au fond. 

Je voudrais m’en tenir aux mensonges délirants qui nous sont assénés en permanence. (Les propos de V. Zélenski appelant Biden à être le leader de la paix en témoignent). Une grille de lecture nous a été fournie,  appuyée sur un "narratif" construit depuis des années : réécriture de l’histoire de la Grande Guerre Patriotique,  et Poutine... pour faire vite. Donc, les rares médias pro-russes sont virés.  En Allemagne dès le mois de janvier,  RT a vu ses canaux fermés. Et nous sommes priés de prendre pour argent comptant tout le narratif. Les faits, souvenez-vous, libres le sont de plus en plus.  L’encadrement de l’armée nationale ukrainienne par des radicaux qui se réclament eux-mêmes des nazis n’existent pas. Certaines vidéos qu’ils postent circulent au Canada.  Pas chez nous. Ça ferait désordre. Un se réclame de Heichman, photo à l’appui, et explique qu'il faut tuer les enfants,  pour éviter tout désir de vengeance si c’était les adultes qui étaient assassinés... Bref, du beau monde. 

La semaine dernière,  lors de son dernier entretien avec Macron et Sholtz, V. Poutine leur a expliqué que ces  bataillons pratiquaient la politique de la terre brûlée.  Semer le chaos, face à une défaite annoncée qui leur promet la mort ou le tribunal. Donc, le chaos à  Marioupol : maternité,  théâtre.  La population empêchée d’emprunter les corridors humanitaires,  les populations civiles systématiquement visées, et atteintes... Comme à Donetsk encore lundi dernier.  Etc... Dans nos médias, cela est mis au "crédit " de l’armée russe. Le ministère des affaires étrangères peut protester énergiquement et rétablir les faits, il est chez nous complètement démonetisé. 

Notre société est une nouvelle fois prise en otage après les impossibles débats sur la gestion de la pandémie : vraiment sanitaire ? Aujourd'hui le cabinet conseil McKinsey est pointé du doigt. Il a vendu ses recettes à de très nombreux pays. Les mêmes recettes.  S’est engraissé fabuleusement.  Ne payent aucun impôt en France,  un cas d’école... Macron. 

Un ami lui pense que cela fait de nous des complices. 

En fait,  l’adhésion sans aucun recul à tout ce qu’on nous raconte  est massive.  Cela commence avec les "journalistes". Guillemets par respect pour ceux qui font leur travail.  Pas sur les plateaux télé. 

La journaliste russe protestataire en direct est devenue une star. Mais qui le  ferait chez nous : on nous ment ? J’ai posé cette question,  silence éberlué en réponse. 

Je vous propose l’analyse publiée sur le site Histoire et Société.  Il dit ce tournant historique qui se présente.  

Ce site publie l’état des combats au jour le jour. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article