Douce France : ainsi soit Macron.

Publié le par Boyer Jakline

Il vient d’être réélu. 

Par une non-campagne, exercice maîtrisé de manipulation,  s’appuyant en orfèvre sur ce qu’offre la constitution monarchique, il réussit à rester à l’Élysée. Lui dont la politique dure à l’égard des plus démunis,  des soignants,  des enseignants, a accompagné la dédiabolisation de Le Pen, la dédiabolisation d ’un Pétain ou d’un Maurras. Tout son quinquennat a ouvert grandes les portes des idées d’extrême droite, portées par cette presse et ces médias qui ont fait sa campagne en 2017 et ont désormais envahi tout le champ "informationnel" .

Conclusion logique : l’extrême droite sort renforcée de ce quinquennat, lui qui annonçait que grâce à sa politique elle baisserait.  Et l’abstention aux causes multiples... dont l’écœurement.

Évidemment,  retrouvant des accents prémonitoires,  il a appelé à l’aide, se saisir de sa candidature pour "faire barrage" selon l’expression désormais consacrée. 

Appeler à  voter pour un président qui n’a eu de cesse de vous frapper,  au propre et au figuré, dans un scénario qu’il a organisé- il ne voulait que Le Pen face à lui- refusant un débat au premier tour,  appeler donc à voter pour lui est complètement pervers. La peur brouillant toute réflexion,  impossible débat.

Le piège paraissait déjoué..  mais impossible pour des millions de ne pas y tomber... consciemment. De victimes consenties à complices.... 

L’habitude est prise de se conformer. Suffisamment pour assurer sa réélection. 

18 millions l’ont fait,  sur 48 millions d’électeurs.  15 millions, presque 16 entre abstentions blancs et nuls, ne se sont pas conformés... Dont moi.

 

5 ans plus tard... Le même.

Publié dans Humeur

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article