Le Conseil des Droits de l'homme, vous connaissez ?

Publié le par Boyer Jakline

Définitivement paria, empire du Mal, (on vous l’avait bien dit, sussurent les médias aux ordres) la Russie est petit à petit exclue de toutes les instances internationales où domine le "milliard en or".

Nous arrivons au comble de la tartufferie avec l’exclusion de ce pays du Conseil des Droits de l'homme.  Du coup,  c'est éclairant. Cette procédure n’a été utilisée qu’une seule fois,  en 2011, contre la Libye.  Décidément,  éclairant.  

Le résultat du vote est le suivant : 93 pour, 54 abstentions,  24 contre.

Ce vote a eu lieu devant l’Assemblée générale de l’ONU. 

Le résultat est un signe avant coureur de la fin de cette instance internationale qui n’est qu’un outil de plus dans les mains du boss et de ses vassaux. 

Déjà la résolution condamnant l’intervention russe en Ukraine a subi un échec relatif.

Ces votes envoient un autre message du monde.

Il est évident que pour un grand nombre de pays il est impossible de joindre leurs voix à celles des maîtres du monde, "le milliard en or". Beaucoup connaissent ou ont connu la pax americana.  

 Le président de ce fameux Conseil des Droits de l'homme n’est autre que le prince saoudien,  Mohamed Ben Salmane... MBS.

Sans commentaire supplémentaire. 

 

Quelques remarques en vrac :

Notre pays participe à l’engagement dans la guerre, envoi d’armes, de "spécialistes", de membres de la Légion étrangère aux côtés de l’armée ukrainienne. Celle ci est quasiment défaite et désormais ce sont non seulement des mercenaires venus de partout, mais également des criminels qui combattent. 

L’Union Européenne proteste ce matin contre le renvoi de Moscou de 18 fonctionnaires européens.  Ne jamais oublier que ce sont toujours des réponses aux actes des différents pays qui expulsent les uns après les autres les diplomates russes. Je renvoie à l’analyse de Fiodor Loukianov,  publié ici le 11 avril dernier : où ces élites européennes nous entraînent-elles.

Je lis hier sur France info que des Ukrainiens en France depuis un mois  refont leurs valises en sens inverse : rentrer chez eux...  Cela vient contrarier le discours sur la guerre tenu ici. Mais confirme ce que me disent les Ukrainiennes que je reçois dans ma permanence au Secours Populaire. 

De même que j’ai été surprise de ce bal incessant des dirigeants européens et britannique se promenant dans Kiev. De quoi est-il question au juste ? Imagine-t-on De Gaulle se promenant dans un Paris tranquille en 1942 ?

Pousser à la négociation,  au lieu de pousser à l’élargissement de la guerre : une urgence européenne.

Pour le  nouveau président ? Ou la nouvelle ? (ce duel dont 80% des Français ne voulaient pas...).

Publié dans Humeur

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article