Coup de gueule.

Publié le par Boyer Jakline

Il est question dans nos médias de mouvements de troupes à la frontière biélorusse. 

Je rappelle que la Pologne a signé avec Zélenski un accord privilégié qui donnent aux Polonais les mêmes droits qu’aux citoyens ukrainiens,  hormis le droit de vote. Ils peuvent occuper des postes à responsabilité,  soit être ministres,  et la Pologne, premier de la classe de l’OTAN, peut de fait entrer en Ukraine avec son armée.  Elle lorgne depuis longtemps sur la région de Lviv-Lvov. Comme la Hongrie sur les territoires frontaliers ukrainiens. Bref le dépeçage du pays est bien avancé, tandis que son économie est pillée depuis deux décennies au moins. Ce qui fait dire à la Russie : plus le conflit durera,  plus sera remise en cause la légitimité en tant qu'état de l’Ukraine. Mais on n’entend nulle part ici que Zélenski  aurait envie de reconquérir  ces territoires.  Au contraire,  le pays est livré à l’encan.

 Il faut bien constater qu’à l’occasion de ce bras de fer, les états européens sont eux aussi mis à l’encan et leur légitimité en tant qu'états bien mal en point. 

Nos "analystes" ici s’en tiennent scrupuleusement à la même version. La distribution de passeports russes aux citoyens du Donbass fait scandale. Les référendums prévus aussi. Les habitants de Zaporojié sont favorables à l'organisation d'un rérérendum et très majoritairement favorables au rattachement à la Russie. C'est pourquoi ils sont bombardés copieusement et le gouvernement ukrainien en la personne de la vice-première ministre a promulgué une loi qui punit de prison et de spoliation des biens tout citoyen favorable à la consultation par voie de référendum.

Le double standard permanent fait d’autant plus de ravages que c’est la guerre. 

Je vois avec tristesse des gens de gauche, tous les dirigeants de gauche, encourager les sanctions,  qui est l’arme insupportable de l’impérialisme: Cuba, l’Iran, l’Afghanistan même,  la Chine.  Et j’en oublie. Comment peut-on penser qu’appliquées à la Russie,  elles vont mettre en difficulté Vladimir Poutine, billard à 3 bandes ? 

Pour la gauche,  c’est la répétition de la "faillite de la deuxième internationale en 1914, ralliée à la guerre,  future boucherie.

En 1912.

Certes, dans la guerre impérialiste actuelle, il n’est pas commode de trouver le bon positionnement,  savoir ce qu’il ne faut pas faire indique une voie.  Par exemple on ne peut trouver acceptable la "solution" des sanctions. Les peuples européens sont embarqués dans la galère. Guerre contre le Covid,  guerre contre la Russie, via un soutien à Zélenski. Mises au pas des populations "sobriété", après la gestion très contraignante du Covid, dont l'efficacité thérapeutique est de plus en plus questionnée.

Les 10 millions de citoyens victimes de précarité énergétique apprécieront. 

 Difficile de ne pas voir toutes les opportunités que présentent ces situations pour que  l’impérialisme garde la main contre ses populations. 

Quelques voix s’élèvent désormais en France et en Europe pour pousser à la négociation,  arrêter de livrer des armes  et de tuer. Redonner sa place à la diplomatie en se rappelant que pour négocier il faut être au moins deux. Que le déploiement des troupes signe l’échec de la diplomatie. Se souvenir que, une semaine après le début de la guerre, s’ouvraient  des négociations à Minsk. De retour à Kiev,  le responsable de la délégation ukrainienne est assassiné,  un autre est porté disparu. À qui profite le crime ?

 

 "Le seul moyen qui reste aux diplomates américains pour bloquer les achats européens est d’inciter la Russie à une réponse militaire et ensuite de prétendre que la vengeance de cette réponse l’emporte sur tout intérêt économique purement national. Comme l’a expliqué la sous-secrétaire d’État aux affaires politiques, Victoria Nuland, lors d’un point de presse du département d’État le 27 janvier : « Si la Russie envahit l’Ukraine d’une manière ou d’une autre, Nord Stream 2 n’avancera pas. Le problème est de créer un incident convenablement offensif et de dépeindre la Russie comme l’agresseur ».

Extrait d’un article américain que je remets en ligne.

Le 5 septembre, Sarah Wagenknecht, députée du Bundestag, Die Linke.

Poutine se moque de nous.

: Sarah Wagenknecht, députée du Bundestag et membre du parti Die Linke, a déclaré que la ruine de l'Europe ne profite qu'aux États-Unis, qu'il faut forcer Zelensky à entamer d'urgence des négociations, et que la ministre écologiste allemande des Affaires étrangères Annalena Baerbock a des positions délirantes.
"La question est de savoir quels objectifs sont réalistes. 

La Russie est une puissance nucléaire, et si vous insistez pour expulser les Russes de Crimée, alors cette terrible guerre continuera pour toujours. Les Russes ont leur flotte de la mer Noire en Crimée depuis des décennies, et ils ne l'abandonneront pas.

Voulez-vous sacrifier des dizaines de milliers, voire des centaines de milliers de vies pour un objectif totalement irréaliste ? Nous devons décider jusqu'à quel point nous soutenons les dirigeants ukrainiens. L'Europe n'est pas intéressée par une nouvelle escalade de la guerre, nous devons l'expliquer à Zelensky.

Des négociations sont nécessaires".

Peut être une image de 2 personnes et texte qui dit ’t-online. Linken-Politikerin Wagenknecht 'Putin lacht sich doch tot über uns" INTERVIEW Von Tim Kummert Aktualisiert am 04.09.2022 12:31 Uhr Lesedauer: 7 Min. Unsere Interew-Reg’

Publié dans Humeur

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article