Paranoïa ? Vraiment ?

Publié le par Boyer Jakline

Lech Walesa, prix Nobel de la paix,  fait une déclaration qui semble normale, enfin,  en tout cas,  nulle protestation politique ici : il faudrait, dit-il, ramener la Russie à 50 millions de personnes et la partager (en plusieurs états)

Pour avoir enfin la paix" fin de citation.

Quand les Russes dénoncent des propos de haine à leur égard : tuer un maximum de Russes, ligne quasi officielle de responsables américains et d’enfants... ukrainiens... on leur réplique paranoïa. 

Quand Vladimir Poutine dénonce un génocide dans le Donbass,  on critique l’excès du propos et le secrétaire général de l’Onu en personne.  Bon, 14000 morts, ce n'est pas un génocide...OK, ces tristes comptes... Mais interdire à un peuple sa langue, c'est quoi  ?

Déjà Margaret Thatcher,  se réjouissant de la disparition de l’URSS,  prédisait : la Russie ne pourra nourrir que 80 millions de personnes.  C’était au début des années 90 et j’avais eu cette discussion avec un ami, converti au libéralisme et qui soutenait l’idée de la partition du territoire : républiques de Sibérie, de Yakoutie.... etc.

Cette "carte" est ressortie dernièrement des cartons américains. Le projet s’appelle "décoloniser la Russie", pas moins. Voyez la carte. Voyez le rêve américain appliqué à la Russie. Rêve dément...mais ne pas sous-estimer tous les immenses moyens mis en œuvre.... dont l’anéantissement de l’Ukraine : ou annexée à l’OTAN ou transformée en terre brûlée. 

Cette théorie a ses émules en Russie même.  Le gouverner d’Ekaterinbourg se rêve en président de la République de Sibérie.  Il fut un temps où une monnaie originale avait été conçue et produite. La Sibérie,  véritable coffre fort des richesses russes si convoitées. ’

Je ne vois plus cet ami, devenu oligarque aux petits pieds et installé à Chypre... Tiens,  comment vit-il la situation actuelle ? Est-il d’ailleurs toujours à Chypre où la laisse a été raccourcie ?

Et comme toujours,  propagande inversée,  on voit traîner ici et là que la Russie voudrait récupérer l’Alaska.  L’Alaska comme la Californie étaient... russes jusqu'au XIXe siècle.  L’Alaska a été vendu par le tsar aux États-Unis en 1867 dans un traité commercial en bonne et due forme, 7 millions de dollars. . On peut y voir la conception russe d’une certaine continuité et unité territoriales. 

Pour la Californie,  l’histoire est différente au début du XIXe siècle,  fut construite la forteresse Ross, à  80 km environ au nord de San Francisco.  Il s’agissait d’un comptoir commercial. Les Russes y entretenaient de très bonnes relations avec les Indiens et les Mexicains. On était en 1810. La forteresse fut achetée par un industriel, autour des années 1840. Il y aurait encore aujourd'hui une "russ river", mémoire d’une russia river.

À cette époque là,  la Russie avait fait une incursion dans les îles Hawaï.  Mais ne s’y est pas installée. Le tsar n’y était pas favorable...

Dans la presse américaine en juin dernier.

Dans la presse américaine en juin dernier.

Je ne résiste pas à partager les quelques réflexions de Karine Bechet-Golovko autour du theme du drapeau ukrainien omniprésent, en ce lendemain de 14 juillet.

Et vous, ce bleu et jaune partout ?

Sans son cocorico cependant ...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article