Tchekhov en allemand à Avignon.

Publié le par Boyer Jakline

Au risque de paraître plus royaliste que le roi, je dois dire mon incrédulité devant le spectacle d’ouverture du Festival d’Avignon,  diffusé en direct par Arte, merci, cependant, Arte : donc, Kirill Serebrennikov,  Tchekhov et le moine noir. " adapté librement".

La première liberté, c’est de produire une adaptation dans la langue de Goethe et non celle de Tchekhov. Certes, Berlin est la nouvelle terre d’accueil du créateur enfin libéré. Cette  pratique dont ne semble pas pouvoir se débarrasser la Russie,  tsariste,  soviétique,  néoliberale, pourtant largement contre productive : assigner à résidence, comme le fut Serebrennikov.  Ce qui ne l’a pas empêché de créer. C'est le paradoxe.  Mais soit, c’est la politique intérieure russe, dont, svp, il ne faut pas se mêler...

Autant vous dire que je suis partie ailleurs,  je n’ai pas regardé le massacre. 

Du coup,  je n’ai pu manquer de m’interroger encore et encore sur la "Cancel culture".   Quésaco ?

Le sujet revient très souvent dans les débats russes,  car l’ostracisme violent dont sont victimes leurs créateurs vivants ou morts les  force à l’analyse.  Tout de même,  bien avant ce 24 février,  les sportifs de haut niveau sont interdits de compétition internationale. C'est bien connu, il n’y a qu’en Russie qu’on dope des champions. Souvenez-vous : depuis quelques années,  les athlètes russes sont interdits de drapeaux,  d’hymnes.  On ne veut plus les voir... ce qui, bien sûr ne les empêche ni de participer,  ni de gagner. 

Depuis le 24, c'est un festival.  Il ne s’est trouvé que John Mac Enroe pour inviter les champions de tennis à boycotter Wimbledon. Ce geste n’a fait que renforcer la grande admiration que j’éprouve pour ce poète de la raquette.

Cela a commencé en Ukraine,  Donbass,  Odessa : interdiction de parler russe, d’étudier en russe, de lire en russe.  Tous les classiques russes traduits en ukrainien etc... Une monstruosité.  

Depuis le 24 février,  c’est le déchaînement. 

La cantatrice Anna Netrebko a été immédiatement rayée du programme à  Munich. Voir l’article de France info  en suivant.

Il en a été de même pour le chef d’orchestre de l’opéra de Capitole à Toulouse,  venu du Bolchoi. Viré manu militari.

Certains États ont recouvré leurs esprits et honoré à nouveau leurs contrats avec ces artistes russes. Dont le nôtre, ouf !

La Grande Bretagne et les États-Unis  restent le fer de lance : la Grande Bretagne prête à "discuter" avec l’artiste si elle condamnait fermement le président de son pays, ce qu’elle a fait... 

Évidemment,  personne ne demande des comptes à Angelina Jolie quand G.Bush massacre l’Irak,  en comparaison duquel l’Ukraine est un hors d’œuvre. Mais peut-être ne devrais-je pas écrire ça... Angelina Jolie qui a fait son petit tour à Kiev,  comme Sean Penn... guerre et cinéma, guerre et Hollywood : c'est pour nous.

Je ne sais pas dans quelle catégorie  entrent ces comportements,  aussi débiles qu’inefficaces. 

Publié dans Humeur

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article