Lizz Truss : une faucone à Downing Street ?

Publié le par Boyer Jakline

Actuelle ministre des Affaires étrangères, elle se rêve en Margaret Thatcher.  

Lors de son dernier séjour à Moscou,  en janvier de cette année (!), elle a  pris la pose devant les monuments et lieux visités par Margaret Thatcher,  vêtue à  l’identique. Auparavant,  ou après,  on l’a vue en Pologne,  casquée,  hissée sur un char.

Dans les mois qui ont précédé ce 24 février,  elle avait multiplié les déclarations qui indiquaient clairement qu’elle ne connaissait ni l’histoire, ni la géographie de la Russie. (1).

Autant dire que cela fait des mois qu’elle est dans le collimateur des commentateurs russes. Et des mois que son arrivée a Downing Street est envisagée,  signe d’un durcissement de la politique britannique  à l’égard de la Russie.  Si c’est possible. 

Mais ce durcissement ne concerne pas seulement la Russie et la guerre en Ukraine. 

Les cheminots britanniques entament une grève qui s’annonce dure. Lizz Truss  pas encore élue  annonce qu’elle va restreindre le droit de grève. 

 

Brexit ou pas, le capitalisme britannique est toujours aux avant postes.

Je dédie ce petit article aux féministes radicales.

 

(1) Lors d’une rencontre avec Serguéï Lavrov,  peu de temps avant le déclenchement  militaire des hostilités, Lizz Truss a déclaré qu’il fallait garantir la souveraineté de Rostov sur le Don et Voronej, deux villes russes que Lizz Truss pensait ukrainiennes. 

Auparavant, elle avait évoqué la dure histoire ukrainienne avec l’invasion tataro- mongole (12- 14 ème siècles), oubliant allègrement l’invasion nazie et ses millions de victimes, ce qui la disqualifie immédiatement aux yeux de la société russe.

Ce qui a fait écrire à  un universitaire spécialiste de géopolitique que ces dirigeants sont incultes,  pas à leur place, dont la seule force est ce goût pour la guerre. Serguéï Lavrov se déclarait déçu à l’issue de la rencontre : aucun dialogue n’est possible. Ces dirigeants parlent comme des "tweets sonorisés"... déclarait un autre responsable politique.

Difficile de ne pas entendre cette analyse. 

Elle est l’auteur de ces mots, dernièrement "non à une mauvaise paix"... comme BHL. Pas question de demander leur avis aux Ukrainiens,  of course.

Lizz Truss, Moscou le 10 février 2022.  "Il faut bloquer Nordstream 2", sa bataille.
Lizz Truss, Moscou le 10 février 2022.  "Il faut bloquer Nordstream 2", sa bataille.

Lizz Truss, Moscou le 10 février 2022. "Il faut bloquer Nordstream 2", sa bataille.

 

 

 

 

 

Dernière déclaration fracassante de Lizz Truss dans sa campagne électorale.

Publié dans Humeur

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article