Prévenir l’effondrement nucléaire : un cri d'alarme.

Publié le par Boyer Jakline

Ici, le délire n’a pas de limites : un grand quotidien régional titre, ce 11 août "si la centrale de Zaporojié est frappée, les Russes bombarderont immediatement Washington et Londres".

On est en droit et en urgence de se demander à qui profite un tel discours, qui finalement laisse entendre que c'est Kiev qui bombarde... Et en effet comme en témoignent les traces incontestables laissés par les engins américains Himars.

Toujours faire fi de la réalité, les expériences marquées au fer rouge dans la conscience russe : Tchernobyl,et  le 20-25 millions de morts de la deuxième guerre mondiale. 13 millions de civils. 

Ce qui n’est le cas ni de Londres ni de Washington à la manœuvre dans cette infâme propagande. Rappelons nous le choc subi par la population américaine, et la planète, lors du  spectaculaire attentat du 11 septembre 2001. Pourtant incomparable quant au nombre de victimes. Et la fragilisation mentale,  durable,  qui s’en est suivie.

Aux antipodes et ouvrant une autre perspective,  l’analyse et le cri d’alarme du président du KPRF,  Guenadii Ziouganov.

 

Texte publié le 10 août. D'où quelques petits ajustements nécessaires.

Hier, 16 août,  le président français a eu une "longue conversation téléphonique" avec le président ukrainien.  À la suite de quoi il demande à la Russie de quitter la région de Zaporojié, épousant les propos mensongers de Volodomyr Zélenski.

Nous en sommes là,  rangés sous cette sinistre bannière.

 

 

 

Traduction :

Au cours de l'opération militaire spéciale, les forces armées russes, en collaboration avec la milice populaire des Républiques de Donetsk et Lougansk, augmentent le nombre de colonies libérées de Bandera. Anticipant leur fin imminente, les formations armées des nationalistes ont tenté des attaques à la roquette sur des bâtiments de la centrale nucléaire de Zaparojié.

Moscou le 10 août. 

Pour le moment, l'affaire s'est déroulée sans coups directs sur les réacteurs. Cependant la destruction d'un seul de ces éléments peut avoir des conséquences catastrophiques... Un accident à ce niveau serait bien plus destructeur que la catastrophe de Tchernobyl dont les conséquences se font encore sentir.

Il est clair que le bombardements des centrales nucléaires n'est pas l'oeuvre de fanatiques solitaires. Les unités militaires agissent sous les ordres directs des dirigeants politiques de l'Ukraine. Les néonazis ont prouvé leur volonté d'utiliser massivement des civils comme boucliers humains, de détruire impitoyablement des villes, des entreprises industrielles, des infrastructures civiles.

Le terrorisme d'état est devenu la base de la politique du groupe criminel de Zélenski. Le bombardement des centrales nucléaires est une étape fondamentalement nouvelle et la plus dangereuse qui témoigne de leur folie.

Au printemps 1945, assis dans le bunker de la Chancellerie du Reich, Hitler donna l'ordre criminel de détruire ponts, usines, centrales électriques, immeubles résidentiels, hôpitaux dans toute l'Allemagne. Après l'entrée des unités de l'Armée Rouge à Berlin, il a ordonné que le métro de Berlin soit inondé avec les personnes qui s'y réfugiaient contre  des bombardements. La grande majorité étaient des femmes, des enfants, des personnes âgées. Selon la logique perverse du Führer, "l'Allemagne et le peuple allemand n'auraient pas dû avoir le droit d'exister", après l'effondrement du nazisme.

Ceux qui siègent à Kyiv (Kiev... en ukrainien... J.B) font de même  aujourd'hui. Ils ne donnent pas moins d'ordres criminels. La seule différence est qu'Hitler n'avait pas la possibilité d'utiliser l'énergie atomique pour détruire les gens. Ces créatures de la CIA en sont capables. Nous avons affaire à un chantage nucléaire à l'humanité. Dans cette situation, nous sommes frappés par la faible réaction de l'ONU et de son agence à l'énergie atomique ( AIEA). Le moment est venu de faire sonner tous les tocsins et d'exiger l'arrêt immédiat du bombardement de la centrale nucléaire de Zaporojié

La destruction des centrales nucléaires en Ukraine peut conduire à un génocide à grande échelle sans précédent dans l'histoire de l'humanité. En cas d'attaques, les boîtiers détruits des groupes électrogènes deviendront une source de contamination qui tue toute vie sur de vastes territoires. Cela affectera non seulement la Russie et l'Ukraine, mais aussi la Roumanie, la Hongrie, la Pologne, la République Tchèque, la Bulgarie, l'Allemagne et de nombreux autres pays. Tout le monde en souffrira, y compris les états qui soutiennent le plus ardemment les Banderistes au pouvoir. Les nuages radioactifs ne reconnaissent pas les frontières des états. La poussière mortelle dans l'air peut faire plusieurs fois le tour du globe, propageant la mort sur la planète, beaucoup plus rapidement que la peste, le choléra ou le Covid-19.

Hélas, les autorités européennes ferment les yeux sur la catastrophe possible. Les politiciens occidentaux doivent cesser de tromper la population de leurs pays. Ils doivent reconnaître l'extrême danger qui pèse sur la planète suite aux aventures de la junte néo-nazie de Kyiv. C'est encore plus vrai pour les Etats Unis. Washington porte la  responsabilité première du cours des plus dangereux pris par les événements. C'est Washington qui dirige les flux d'argent et d'armes vers l'Ukraine. On sait que ce sont les militaires américains qui actionnent les armes de frappe.(1) ce sont ces armes ( Himers.J.B) qui sont utilisées pour frapper la centrale.

Un tel développement monstrueux doit être arrêté !. Le Parti Communiste de la Fédération de Russie s'adresse au président de la Russie, aux dirigeants du pays, politiques, publics, religieux de tous les pays du monde afin d'empêcher cet effondrement nucléaire.  Le Conseil de sécurité russe doit se réunir séance tenante et envisager une série de réponses.

Nous appelons les dirigeants e la Fédération de Russie à faire pression sur les cercles dirigeants américains par des initiatives diplomatiques. Les curateurs de la politique ukrainienne à la Maison Blanche, au Pentagone, au Département d'Etat, à la CIA doivent prendre conscience de la gravité exceptionnelle de la situation. Il est temps qu'ils se souviennent de leur "responsabilité envers le monde" qu'ils n'ont de  cesse de proclamer si fort.

Ils sont tout simplement obligés d'exercer toute l'influence nécessaire sur leurs protégés de Kiev.

Le néofascisme qui subit une défaite sur le terrain est prêt à anéantir des millions de personnes.

Fin de la traduction.

(1) la demande la Russie de dépêcher une délégation de l'AIEA sur le site a été finalement entendue par l'ONU. Mais au dernier moment, le 13 août, l'ONU a bloqué l'accord... Une telle visite clarifierait d'un coup le (faux) "débat" dans lequel on veut nous noyer : qui tire ? Russes et Ukrainiens se renvoient la balle... Or, les tirs opérés à partir des Himars américains sont une signature incontestable...

Puis, le G7 dans ses oeuvres a  une déclaration où il demande à la Russie de se retirer de ce site... 

Le 16 août 2021, les troupes américaines fuyaient l’Afghanistan,   après 20 ans de présence.  On se souvient des images incroyables. Ils sont partis sans ARMES ni bagages... Tout est resté sur place.

Fantastique gomme à effacer : les ondes sont pleines du " retour des talibans " du sort des femmes afghanes. On pourrait envisager un tout autre titre :

il y a tout juste un an les Américains, après 20 ans de présence,  fuyaient l’Afghanistan, laissant le pays aux mains des talibans.

Un peu plus long,  mais plus conforme à la réalité,  non ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article